• Le XXe siècle voit l'éclosion d'une société moderne engendrant de nouveaux besoins, de nouveaux matériaux. Au cours de ce siècle de grands chantiers et de mouvements artistiques sans précédent dans le monde entier, on assiste aussi à une révolution dans l'organisation spatiale qui prend des formes multiples selon les architectes, les pays et les cultures.
    L'un des défis majeurs est de résoudre la crise du logement que l'on retrouve au coeur de tous les programmes et manifestes de ces années-là.

    À travers l'architecture, c'est l'aventure des femmes et des hommes modernes que l'on découvre : des entreprises ambitieuses menées collectivement par des architectes, en collaboration avec des ingénieurs, des urbanistes, des mécènes... pour créer des bâtiments à l'échelle monumentale, des cités-jardins, des maisons individuelles parfaitement intégrées à la nature ou encore des constructions emblématiques.

    Dans cet ouvrage richement illustré et outil d'apprentissage à entrées multiples, Simon Texier fait le point sur l'architecture contemporaine en décrivant son histoire par un biais thématique plutôt que chronologique, permettant ainsi d'aborder nombre d'aspects qui ont animé ce siècle foisonnant de création et d'innovation.

  • Internationalement reconnu comme l'auteur de deux chefs-d'oeuvre - l'hôtel Latitude 43 à Saint-Tropez (1932) et le Mémorial des martyrs de la déportation à Paris (1962) -, Georges-Henri Pingusson (1894-1978) est l'une des figures les plus attachantes et les plus atypiques du Mouvement moderne européen.
    Au cours d'une carrière de plus de cinquante ans, il a abordé quasiment tous les programmes et toutes les échelles : usines (la centrale thermique de Vitry), églises (Boust, Fleury, Corny, Borny), maisons individuelles, logements collectifs, mobilier, plans d'urbanisme... Se définissant comme un architecte moderne et traditionnel à la fois, il mène une recherche sur la poétique de l'espace et de la matière, avec le souci constant de contribuer à la modernisation de la vie quotidienne.
    /> Son approche fondamentalement humaniste du projet marquera plusieurs générations d'architectes. C'est d'ailleurs sous forme d'atelier pédagogique que Pingusson achève sa carrière, avec la construction de dix-huit logements sociaux au sein des ruines du village médiéval de Grillon.

  • À la fin du XIXe siècle, Paris donne le sentiment d'une ville finie, toujours enfermée, en 1900, dans l'enceinte de Thiers. Plus tard, le périphérique perpétuera ce dessin et accentuera la division sociale et architecturale entre la ville et sa banlieue. Le XXe siècle est un moment de tension particulière entre les nécessités de modernisation et d'extension qui imposent une nouvelle forme de ville et l'idée que le rayonnement de la capitale ne peut se perpétuer que dans cette enceinte devenue quasiment sacrée. Ce siècle est aussi marqué par une réflexion permanente sur l'îlot et la remise en cause des principes haussmanniens à leur retour dans les années 1980, en passant par toutes les formes d'ouverture de l'immeuble (qui deviendra dans les années 1960, totalement indépendant de la rue). Quel Paris veut-on conserver, comment veut-on le restaurer ? La défense du vieux Paris est une attitude ancienne, mais la prise de conscience de la nécessité de préserver certaines formes urbaines a tardé à se transformer en véritable projet. Et la forme d'une ville n'est pas seulement celle que l'on rêve, mais celle dont on hérite... Cet ouvrage est une nouvelle édition revue et enrichie de sujets sur le quartier Paris Rive Gauche, les nouveaux chantiers du XXIe siècle et des projets pour le Grand Paris, actuellement en discussion.

  • Un livre qui présente en 365 jours un panorama architectural mondial de monuments publics ou privés exceptionnels. En traversant tous les continents et les époques, on découvre ou redécouvre des sites incontournables comme la pyramide du Louvre ou le Colisée, ou moins connus comme la villa Malaparte à Capri ou le Terminal TWA à New York. Les textes signés Simon Texier sont très informatifs et documentés au regard d'une iconographie qui a fait l'objet de recherches auprès d'agences photographiques et d'architectes du monde entier.Une autre manière de voyager dans l'histoire de l'architecture pour n'en garder que le meilleur.

  • Ce panorama, autrement dit cette « vue qui embrasse tout », veut présenter l'architecture parisienne comme une suite de moments, de monuments, d'acteurs ou de traits distinctifs qui, chacun, ont contribué à façonner la ville. Le lecteur suivra ainsi le cours d'une histoire découpée, double page par double page, selon un mode à la fois chronologique et thématique.
    Il ne s'agit pas d'une seule succession de formes mais aussi des modalités de leur émergence et de leur diffusion. L'histoire vivante de l'architecture est faite d'influences, d'inventions, d'assimilations et de rejets. On passera ainsi en revue, dans des synthèses concises et claires agrémentées de photographies des exemples les plus significatifs, des époques et des styles (classicisme, romantisme, éclectisme, art nouveau...), des acteurs déterminants (architectes, souverains...), des notions (monumentalité, rationalisme, légèreté...), des motifs (clochers, dômes, tours...), des situations urbaines (l'immeuble d'angle), des matériaux (fer, brique, béton armé...).
    Ce vaste tableau ne se restreint pas aux seuls immeubles d'habitation mais englobe aussi les édifices - églises, hôtels particuliers, bâtiments publics...- qui composent le paysage urbain.

  • Chaillot, Théâtre national de la Danse se caractérise par une situation géographique urbaine capitale et une histoire exceptionnelle. Situé sous le parvis des droits de l'Homme et des Libertés, il est doté de deux salles de spectacle, de studios de travail et de vastes espaces d'accueil du public, dont le Grand Foyer qui se déploie face à la Tour Eiffel. Désormais dévolu à la danse, Chaillot se définit comme l'une des principales têtes de pont de la création chorégraphique contemporaine, nationale et internationale.

    Sa restructuration par l'agence Brossy & associés est une nouvelle étape, à la fois singulière et exemplaire, dans la vie de ce complexe qui, depuis 1878, a connu plusieurs métamorphoses. Conçu à l'origine comme une simple opération de mise aux normes, le projet de Vincent Brossy s'apparente à une réinvention, à une aventure souterraine où l'histoire et la création travaillent de concert à la cohérence d'un ensemble monumental.

  • À travers trois générations, les Lesage (Victor, Robert, Pierre) ont contribué à façonner le paysage parisien et francilien. Leurs carrières témoignent d'une attention à toutes les échelles d'intervention (de la devanture de magasin aux plans d'urbanisme), mais aussi à toutes les dimensions de l'aménagement parisien : des immeubles post-haussmanniens à la ZAC Paris Rive gauche en passant par des immeubles phares comme ceux de la Mutualité ou de l'actuel Barrio-Latino, des lotissements aux grands ensembles, mais aussi les reconstructions d'après-guerre dans le nord de Paris.
    Cette importante contribution se caractérise notamment par un refus de toute ostentation, ce qui n'empêche pas une qualité de la construction et la recherche d'un équilibre entre le beau, le vrai et l'utile. Ce siècle d'engagement familial au service de l'architecture et de la ville est exemplaire à bien des égards et méritait d'être relaté et évalué, d'autant que l'agence Lesage est souvent associée à de grands architectes des années 1930 comme Jean-Claude Dondelle ou encore Charles Miltgen qui signe de nombreux projets.
    La présente publication propose donc d'analyser les principaux projets de cette dynastie d'architectes bretons, en mettant l'accent sur le souci constant de chacun de répondre aux problématiques spécifiques du moment (logement, résorption de l'habitat insalubre, monumentalisation des entrées, équilibre du territoire, etc.). On cherchera ainsi à inscrire les travaux des Lesage dans le contexte historique spécifique de l'Île-de-France, plus particulièrement dans l'histoire des lotissements et des plans d'urbanisme que les trois générations ont établis. Cette dimension urbaine, à laquelle est naturellement associée celle des espaces libres et des jardins, constitue le fil rouge de l'ouvrage.


  • un autre regard sur l'espace public à paris : le vide et le plein ; espaces invisibles (publics) ; naissance d'un espace public ; variations sur l'haussmanisme ; métamorphoses de l'espace public & reconquête du centre ; la réinvention d'un espace hiérarchisé ; nouvelles pratiques, nouveaux espaces ? un ouvrage réalisé par 32 auteurs : historiens, architectes, chercheurs, paysagistes, urbanistes ; avec 800 illustrations, l'histoire illustrée du mobilier urbain et des législations de l'espace public parisien depuis le ier siècle jusqu'à nos jours en 200 dates, mais aussi 35 espaces publics exemplaires analysés ; 7 métropoles internationales étudiées.


  • Le brutalisme est un style architectural apparu dans les années 1950 qui s'inspire notamment des réalisations de Le Corbusier, en particulier de la Cité radieuse de Marseille (1952). Le terme même désignant le mouvement dérive de l'utilisation du béton « brut de décoffrage », sans ornements ni fioritures. Par la suite, d'autres matériaux, comme le métal, la pierre ou le verre ont pu être intégrés à des constructions se réclamant du même mouvement. Les édifices sont généralement massifs, anguleux et présentent des structures répétitives. Des éléments techniques habituellement dissimulés sont volontiers exposés.
    Prospérant à Paris et dans sa périphérie jusqu'à la fin des années 1970, le brutalisme a connu une désaffection au tournant du siècle avant de susciter un regain d'intérêt aujourd'hui.
    L'ouvrage présente une centaine de réalisations - immeubles de logements, bâtiments publics, équipements sportifs, ensembles industriels... - offrant autant de contrepoints dans un paysage à dominante hausmannienne.

  • Denis Honegger est l'un des plus grands architectes suisses du XXe siècle.
    Après un bref passage dans l'atelier de Le Corbusier, ce disciple d'Auguste
    Perret développera pendant trente ans, avec un degré de sophistication inégalé,
    la doctrine du « classicisme structurel » : c'est dans cet esprit qu'il conçoit
    l'université de la Miséricorde et l'église du Christ-Roi à Fribourg, ainsi que
    l'institut de physique de Genève. En France, où il fait l'essentiel de sa
    carrière après 1945, il est l'auteur de plusieurs ensembles de logements dans
    lesquels il parvient à concilier industrialisation, langage classique et
    composition urbaine. La rénovation du quartier de l'église de Pantin, son
    opération la plus importante, a reçu le label « Patrimoine XXe » en décembre
    2008. SOMMAIRE : - Denis Honegger : la tradition de la construction - Projet de
    théâtre populaire à Kharkov - L'université de la Miséricorde à Fribourg -
    Architectures religieuses - Logements « Gamma 57 » - L'ensemble des Hautes-
    Noues à Villiers-sur-Marne - Répertoire des oeuvres - Annexes : Bibliographie
    sélective / Biographie / Crédits photographiques / Remerciements AUTEURS :
    Simon Texier est maître de conférences à l'Université de Paris-Sorbonne. Auteur
    d'une monographie consacrée à Georges-Henri Pingusson (Verdier, 2006), il a
    récemment publié Les Architectes de la mémoire (photographies de Jean-
    Christophe Dartoux, Huitième Jour, 2007), Paris. Grammaire de l'architecture,
    XXe-XXIe siècles (Parigramme, 2007) et Accords chromatiques. Histoires
    parisiennes des architectures en couleurs, 1200-2010 (Pavillon de l'Arsenal,
    2008). Sébastien Radouan est titulaire d'un master en Histoire de l'Art,
    résultat de deux années de recherches sur les logements et les églises de Denis
    Honegger. S'intéressant aux rapports art/population, il développe aujourd'hui
    des projets dans l'espace public.

empty