Infolio

  • Rares sont les philosophes sur le «front urbain», alors même que l'urbanisation planétaire transforme tous les territoires et les modes de vie, et multiplie les brèches qui ne cessent de grandir entre les inclus et les exclus...
    C'est à une philosophie de l'urbain qu'invite Thierry Paquot en s'attaquant à des questions trop souvent minimisées?: les portes et les murs, l'architecture de verre, les rythmes urbains, la place de ceux qui n'en ont pas (les SDF), ce qu'habiter veut dire, la rupture avec l'urbanisme, ce moment occidental de l'urbanisation productiviste...
    Pour traiter ces thèmes qui concernent chacun d'entre nous, Thierry Paquot opte pour l'écologie comme démarche qui croise les processus, la transversalité et l'interrelation.

    Deuxième édition mise à jour et augmentée.

  • Le gratte-ciel, avec l'étalement urbain, le centre commercial et l'autoroute constituerait-il la négation de ce qui fait une ville ? Serait-il l'expression d'un avenir appartenant au siècle passé ? Enfin, serait-il une impasse en hauteur, une enclave sécurisée fermée ? C'est ce que tente de démontrer Thierry Paquot à travers ce plaidoyer pour la diversité des paysages urbains, l'originalité des formes contrastées loin de cette folie des hauteurs. Plongez dans cette réflexion qui remet en lumière le bien fondé desdites constructions, tant sur le plan social que sur les structures.

  • Quelle satisfaction que de marcher dans Paris pour rien d'autre que le plaisir d'observer le spectacle sans cesse renouvelé de ses rues?? Le promeneur, le badaud et le flâneur constituent un bon public?! Rien n'échappe à leur perspicacité, le flâneur paraît insatiable, il monte et descend les boulevards, pénètre dans les passages, s'attarde sur les quais, se repose un instant dans un square ou un jardin public, avant de poursuivre sa quête d'aventures, d'imprévus, de surprises... Revient-il bredouille de ses expéditions urbaines?? Non, il a toujours une anecdote à relater, un bon mot entendu ici à répéter, il sait que la flânerie, comme la définit si justement Balzac, est «?la gastronomie de l'oeil?». Bon appétit?!

    Avec des textes de Louis-Sébastien Mercier, Honoré de Balzac, Louis Huart, Paul de Kock, Auguste de Lacroix, Charles Baudelaire et George Sand.

    Choix de textes par Thierry Paquot, philosophe de l'urbain (qui signe aussi l'introduction) et Frédéric Rossi, archéologue et historien.

  • Au bonheur des titres

    Thierry Paquot

    • Infolio
    • 17 Septembre 2015

    On choisit souvent un livre à cause de son titre. Qu'il intrigue, attire, séduise ou irrite, l'essentiel est qu'il déclenche la curiosité. Les éditeurs le savent, ils s'évertuent à trouver le «bon» titre, celui dont on se souvient, qui crée la surprise, provoque une réaction.
    Comment les titres prennent-ils forme, vivent-ils, vieillissent-ils? Comment un romancier ou un poète trouve-t-il le juste titre? Y a-t-il un style de titre pour le polar, le récit érotique, le roman? Comment le titre subit-il l'assaut de la critique? Thierry Paquot, à partir de mille et une anecdotes, sérieuses et amusantes, explore la planète littéraire au plus près des mots.
    Il nous offre un voyage dont chaque escale est un titre.

    Thierry Paquot, philosophe de l'urbain, se révèle aussi et surtout un lecteur gourmand. Jamais rassasié, il a été directeur littéraire dans plusieurs maisons d'édition (La Découverte, Quai Voltaire, Lieu Commun, Descartes & Cie.) et a publié une cinquantaine de titres, dont L'Ami-Livre. Confidences d'un bouquinomane.

  • Le mouvement situationniste, né en 1957, a défendu ses thèses sur la "psychogéographie", la "dérive", "l'urbanisme unitaire". dans sa revue L'Internationale Situationniste. Ces notions ont parfois été altérées par des thuriféraires zélés ou par des contradicteurs indélicats. Contre l'architecture académique, contre l'architecture fonctionnaliste, elles exaltent la ville labyrinthique, les rencontres, les surprises, les détournements, la gratuité, et dénoncent les conformismes. Plutôt que d'évaluer la pertinence de ces thèses, ce livre a l'ambition de poursuivre leur salutaire oeuvre de dénonciation des pièges consommatoires et de contribuer à résister là où il y a oppression, à inventer là où il y a imposition d'un modèle libéralo-technocratique, à expérimenter là où la globalisation favorise la répétition du même.

  • Les " portraits " de concepteurs de villes, d'urbanistes, d'aménageurs, de rêveurs, déjà publiés dans la revue Urbanisme et regroupés ici, souhaitent raconter l'histoire de l'urbanisme occidental moderne. Du moins, offrir des jalons d'une histoire globale ? c'est-à-dire mondiale ? et critique des pratiques et des théories urbanistiques.
    Ces monographies sont délibérément écrites pour le grand public, elles sont faciles à lire et s'enchaînent aisément. Elles tiennent compte des travaux savants les plus récents et indiquent une bibliographie qui permettra à l'étudiant ou au chercheur de compléter son information. Elles contribuent à décrire cette pratique professionnelle grosso modo sur un siècle (1850-1950, de Haussmann à Aalto), et offrent une réflexion théorique sur ce " quelque chose " difficile à nommer ? la ville ? l'urbain ?, qui change rapidement, évolue de façon souvent imprévue, se transforme sans avertir, mue plus ou moins de manière autonome, au point de se fondre en un " urbain généralisé ".
    Une série d'essais stimulants pour quiconque s'intéresse à la ville et à ses métamorphoses.

  • L'urbanisation est d'abord une localisation, c'est-à-dire une occupation du sol, d'où la réflexion de Vincent Renard sur le foncier, les formes de propriété, la spéculation, les usages, etc. Mais l'urbanisation n'est pas figée, les citadins circulent et sont réseautés, c'est ce qu'explore Jean-Marc Offner en constatant que nous assistons à la fin du modèle unique et que nous entrons dans une nouvelle ère des mobilités, marquée aussi bien par les économies d'énergie que par la multiplication des échanges. Les formes de l'urbanisation planétaire génèrent plus ou moins d'exclusions et de ségrégations qui se traduisent par de l'insécurité ou de la sécurité, ce qu'explore Sophie Body-Gendrot. Il serait absurde de nier le réchauffement climatique, la future pénurie d'énergie fossile, la surconsommation de matières premières aux réserves limitées, etc., d'où la nécessité d'imaginer d'autres architectures, d'autres paysages, ce à quoi s'exerce Frédéric Bonnet. La prise en compte de la question environnementale change le paradigme sur lequel reposait l'urbanisme productiviste, Chris Younès esquisse ces nouveaux milieux urbains dans lesquels nous sommes appelés à bâtir notre demeure. Mais vivre ensemble exige des accords et des désaccords, ce qu'on nomme « la politique » : quelles en sont les territorialités, réelles ou virtuelles ? Ce dernier sujet est traité par Thierry Paquot.
    Six thèmes, six auteurs pour comprendre l'urbanisme et le repenser à l'heure de l'impératif écologique et de la configuration d'aires numériques inédites. Une démarche rétroprospective qui combine ce que le passé nous révèle et ce que le futur nous inspire.

    Une réflexion de fond par les meilleurs spécialistes sur un sujet d'actualité.

    Contributions : Sophie Body-Gendrot, Frédéric Bonnet, Jean- Marc Offner, Thierry Paquot, Vincent Renard et Chris Younès.

empty