Histoire de l'architecture

  • Cet ouvrage, le premier d'une série de trois consacrée à l'histoire de l'architecture française, traite du Moyen Âge (du IVe siècle aux années 1500). Ainsi se trouve défini un grand Moyen Âge qui se singularise par trois grands moments : . L'Antiquité tardive-haut Moyen Âge qui s'inscrit dans la rupture par rapport à la conception romaine classique. . L'époque romane qui est d'abord reconstruction et bientôt invention par rapport à l'Antiquité. . Le monde gothique qui établit la synthèse entre l'architecture du ive siècle charpentée et celle du second âge roman, voûtée de pierre. L'histoire de la création architecturale ne peut se réduire à une simple évolution des formes, elle est liée à son temps. Les monuments sont un témoignage de la société, de ses goûts et de ses aspirations. Des architectes s'affirment comme de grands créateurs alors que d'autres sont plus traditionnels. Il en va de même de la technique dont la qualité est conséquente des moyens financiers mis en oeuvre. Il y a donc là une étonnante diversité. Cette histoire ne se réduit pas à la seule architecture religieuse ; elle n'est qu'une des composantes, même si elle a été innovante, notamment dans le domaine de la maîtrise technique, et si elle est souvent mieux conservée.

  • Deuxième tome de l'Histoire de l'architecture française, cet ouvrage est consacré aux temps modernes, période historique allant de la Renaissance à la Révolution (environ 1450-1800).
    « Les temps modernes sont une période de transition », écrit Jean-Marie Pérouse de Montclos. Délimités par ces deux événements majeurs que sont la fin de la Guerre de Cent Ans et la Révolution de 1789, ils se situent à la croisée d'un Moyen Âge fort d'une étonnante diversité, et d'une naissance de la modernité ponctuée de multiples évolutions, dont l'apogée sera manifeste lors de la Révolution. La naissance des théories, l'apparition de nouvelles techniques, l'effacement des particularismes au profit de la richesse de l'éclectisme, les influences italiennes et antiques, sont autant d'innovations qui enrichissent l'architecture en France entre la fin du XVe et la fin du XVIIIe siècle, et dont ce livre se veut le témoin.
    Jean-Marie Pérouse de Montclos démontre, à travers une étude claire et de riches illustrations, dont de nombreux plans et coupes, que la période moderne se caractérise non seulement par une extraordinaire diversité de réalisations, mais également par une profonde unité. Ici se dévoile en filigrane l'idée que l'architecture est un langage à vocation universelle.

  • Avec ce troisième ouvrage, s'achève la rétrospective consacrée à l'histoire de l'architecture française. De Boullée, Legrand, Perrault. à Le Corbusier, Nouvel, Pei. François Loyer retrace le passage du classicisme à la modernité en montrant la spécificité de la production architecturale française depuis deux siècles. Transformant l'économie et la société, la révolution industrielle a élargi le domaine de l'architecture (touchant désormais l'habitat, l'urbanisme ou le paysage), renouvelé ses techniques grâce à l'emploi systématique du fer et du verre, puis du béton et de l'acier et a radicalement modifié son rôle. Elle traduit des ambitions opposées, symbole de la rivalité entre les civilisations. À travers la divergence des formes comme de leurs références s'affichent des messages dont la portée est idéologique. La France contemporaine n'est pas seulement le pays des grands monuments. Elle est aussi celui des palais de justice et théâtres de province, des immeubles bourgeois et des villas balnéaires, des écoles Jules Ferry, du logement social, des monuments aux morts et même des pavillons de banlieue avant les grands ensembles ! Bien au-delà de la vision militante qui avait été celle du modernisme, ce livre s'efforce de souligner la richesse et la diversité de la production française depuis deux siècles.

  • Le XXe siècle voit l'éclosion d'une société moderne engendrant de nouveaux besoins, de nouveaux matériaux. Au cours de ce siècle de grands chantiers et de mouvements artistiques sans précédent dans le monde entier, on assiste aussi à une révolution dans l'organisation spatiale qui prend des formes multiples selon les architectes, les pays et les cultures.
    L'un des défis majeurs est de résoudre la crise du logement que l'on retrouve au coeur de tous les programmes et manifestes de ces années-là.

    À travers l'architecture, c'est l'aventure des femmes et des hommes modernes que l'on découvre : des entreprises ambitieuses menées collectivement par des architectes, en collaboration avec des ingénieurs, des urbanistes, des mécènes... pour créer des bâtiments à l'échelle monumentale, des cités-jardins, des maisons individuelles parfaitement intégrées à la nature ou encore des constructions emblématiques.

    Dans cet ouvrage richement illustré et outil d'apprentissage à entrées multiples, Simon Texier fait le point sur l'architecture contemporaine en décrivant son histoire par un biais thématique plutôt que chronologique, permettant ainsi d'aborder nombre d'aspects qui ont animé ce siècle foisonnant de création et d'innovation.

  • Niemeyer

    Philip Jodidio

    Jusqu'à sa mort, à l'âge de 104 ans, Oscar Niemeyer (1907-2012) fut animé d'une force irrésistible en matière d'architecture. Durant plus de soixante-dix ans de carrière, il a conçu près de 600 bâtiments, des gratte-ciel en mouvement de Bab-Ezzouar en Algérie au chef-d'oeuvre qu'il réalisa pour son pays, Brasília.

    Le travail de Niemeyer emprunte aux formes simplifiées du modernisme pour leur insuffler une grâce fluide. Loin de toute sévérité austère, ses constructions ondulent sous l'effet de leurs lignes sinueuses et envoûtantes. À l'image de bâtiments tels que le musée d'art contemporain Niterói, l'Edifício Copan ou la cathédrale de Brasília, il a apporté cambrure et rondeur à la jungle bétonnée des villes. Pour Brasília, la capitale fédérale futuriste, il a réalisé près de la totalité des édifices publics et est ainsi devenu inséparable de l'image du Brésil dans le monde.

    À travers de riches illustrations et des mises en lumière de certains moments de sa prolifique carrière, cet ouvrage présente la vision unique de Niemeyer et sa profonde influence sur les bâtiments d'affaires, les édifices religieux ou culturels, et sur l'image du Brésil dans l'inconscient collectif.

  • L'Ornement est un crime célèbre et réexamine l'architecture moderniste d'un oeil nouveau.
    Le modernisme n'y est plus cantonné dans sa défi nition traditionnelle : il existe dans les oeuvres emblématiques du Mouvement moderne (Le Corbusier, Mies van der Rohe, Walter Gropius) comme dans les édifi ces conçus par quelques-uns des meilleurs architectes du XXI e  siècle. Cet ouvrage, véritable manifeste visuel, met en lumière l'importance décisive de cette grande tendance architecturale.
    - Un ouvrage présentant des créations de grandes fi gures du XX e siècle, tels Le Corbusier, Mies van der Rohe, Frank Lloyd Wright, Marcel Breuer, Walter Gropius ou Arne Jacobsen, ainsi que d'architectes contemporains, tels Snøhetta, David Adjaye, Sou Fujimoto, Tadao Ando ou John Pawson.
    - Un titre inspiré d'Ornement et Crime (1908) de l'architecte autrichien Adolf Loos, l'un des grands pionniers de l'architecture moderne, qui attaquait avec virulence le style ornemental prédominant à l'époque.
    - Le complément parfait d'Archibrut de Peter Chadwick, sur l'architecture « brutaliste », qui plaira aux architectes et aux amateurs d'architecture.

  • Au sein de l'histoire longue du métier d'architecte, la période moderne occupe une place cruciale en Europe. Succédant aux « maîtres des oeuvres » du Moyen Âge et précédant les professionnels diplômés de l'époque contemporaine, l'architecte sort alors de la seule sphère de la construction et des arts pour s'imposer comme une figure de premier plan dans la société.Dans le prolongement du catalogue de l'exposition Dessiner pour bâtir, le métier d'architecte au XVIIe siècle (Archives nationales-Le Passage, Paris, 2017), huit historiens et historiens de l'art explorent ici différentes facettes de cette évolution : distinction croissante des responsabilités sur le chantier, passage de l'atelier à l'agence, nouvelles formes de production et de diffusion du dessin d'architecture, développement de la théorie et apparition de l'enseignement, enfin affirmation de l'image sociale de l'architecte.


    Sous la direction d'Alexandre Cojannot et d'Alexandre Gady.
    Auteurs : Basile Baudez (Princeton University), Robert Carvais (cnrs-université Paris-Nanterre), Alexandre Cojannot (Archives nationales), Étienne Faisant (labex ehne), Guillaume Fonkenell (musée national de la Renaissance), Alexandre Gady (Sorbonne Université), Claude Mignot (Sorbonne Université) et Martin Olin (Nationalmuseum, Stockholm).

  • Dans tous les ouvrages d'histoire de l'art relatifs à l'architecture, ce sont les styles qui sont mis en avant comme donnée fondamentale ; on parle d'architecture romane, d'Art nouveau etc... Pourtant le style n'est que l'une des données.
    Un bâtiment peut se décrire aussi par son usage, donc le programme de construction, par les matériaux et les techniques employés. et dans ces domaines, il a existé des continuités et des ruptures qui ne correspondent pas forcément à des ruptures stylistiques.
    Cet ouvrage aborde l'histoire de l'architecture d'une façon nouvelle, en la considérant sur un temps long, depuis la fin de l'Antiquité jusqu'à nos jours. On y aborde successivement les programmes, les techniques et les données stylistiques.
    C'étaient déjà les trois aspects de l'architecture mis en avant par... Vitruve.
    Parmi les programmes, deux essentiels sont traités, l'église et l'habitation. Sont envisagés ensuite les matériaux et les techniques, aussi bien la pierre de taille ou la terre banchée que le béton armé ou l'aluminium, la manière de monter un mur que l'évolution des circulations. Le style est présent, non pas sous forme de récit chronoogique mais par le biais de l'exposé de grands principes de base tels les proportions, la conception des volumes, le traitement des surfaces murales ou des vides, l'omniprésence de l'Antiquité classique ou encore par celui de questionnements : quels sont les principes qui permettent de distinguer un style d'un autre, pourquoi passe-t-on d'un style à l'autre...
    Un ouvrage essentiel pour mieux comprendre notre environnement bâti.

  • Qui n'a rêvé devant les somptueuses façades des palais du Rialto et du Grand Canal ?
    Réputé dans le monde entier pour ses ouvrages sur la Sérénissime, Alvise Zorzi, l'un des meilleurs spécialistes de l'histoire de Venise, fait revivre les sept siècles où s'épanouirent tant d'édifices uniques.
    Sans rompre le charme et le mystère des lieux, il analyse l'architecture de ces palais singuliers et retrace l'histoire brillante des personnages du partiarcat vénitien, les propriétaires de ces demeures. Les heures glorieuses des Corner, des Barbarigo, des Pisani, des Loredan, des Foscari et de tant d'autres revivent sous les yeux éblouis du lecteur. Les armoiries de chacune de ces grandes familles font d'autre part l'objet d'une étude approfondie.
    Quant aux 949 photographies, elles sont l'oeuvre de Paolo Marton qui confirme ici son immense talent de photographe d'art et d'architecture. Il révèle les détails les plus infimes des appartements princiers, s'attarde sur les arcades des blacons, flâne à la croisée des ruelles et des campielli...
    Les Palais vénitiens reste l'ouvrage de référence sur un sujet particulièrement attrayant.

  • Journaliste et critique d'architecture, Ulrich Conrads est le premier à entreprendre une anthologie de textes phares de l'histoire architecturale du XXe siècle. Publiée en 1964, elle présente chronologiquement soixante-dix programmes et manifestes significatifs d'une grande variété thématique rédigés entre 1903 et 1963. À travers cet ouvrage, Conrads démontre que les écrits des acteurs de la scène architecturale contemporaine sont aussi importants que leurs oeuvres construites pour appréhender leurs gageures et idéaux respectifs. En parallèle, il fournit aux lecteurs une compilation pédagogique accessible et efficace pour s'initier et comprendre l'évolution de l'architecture sur six décennies.
    Objet de multiples traductions depuis sa parution, l'ouvrage d'Ulrich Conrads demeure une référence bibliographique incontournable.

  • La construction à Marseille, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, d'un château par les frères Louis-Joseph-Denis et Honoré Borely, n'est pas une foucade improvisée de riches négociants fraîchement anoblis qu'ils étaient. Ce geste architectural est au contraire à considérer dans la perspective d'un long terme, aboutissement d'une démarche où plusieurs générations contribuèrent progressivement à l'assise économique et sociale de la famille.
    Cette demeure reconnue exceptionnelle dès l'époque - au point, pour la désigner, de substituer la dénomination de « château » à celle, traditionnelle, de « bastide » - et les biens qu'elle renferme viennent, à quinze ans de la Révolution à peine, parachever symboliquement, selon les codes de l'Ancien Régime, une ascension collective de près de deux siècles.
    /> Traiter de l'histoire du château Borely de Marseille, c'est donc en amont de son édification approcher la vie de ce groupe familial, s'attacher à la constitution du domaine sur lequel il fut érigé, détailler son chantier même. C'est ensuite étudier jusqu'à nos jours le devenir culturel des lieux entre les mains des héritiers, puis de la Ville de Marseille.
    De l'achat d'une ferme suburbaine par un négociant à la fin du XVIIe siècle à l'ouverture d'un musée consacré aux Arts décoratifs et à la Mode en 2013, est ici proposée l'histoire d'un lieu et des ambitions qui s'y exprimèrent jusqu'à nos jours.

  • Découvrez à travers cet ouvrage les grands principes de l'architecture moderne ou Style international à travers sa naissance et ses principes de base.

    Retrouvez les précurseurs que sont Henri Sauvage et Auguste Perret, les modernes purs et durs tels que Le Corbusier, Mallet-Stevens, Pingusson, Fisher puis les modernes tempérés comme Roux-Spitz, Ginsberg, Sirvin, Madeline. Plongez enfin au coeur des trois palais édifiés à l'occasion de grandes expositions : le Palais de Chaillot, le Palais de Tokyo et le Palais des colonies.

  • Cette petite histoire de l'architecture présente plus de quatre-vingts monuments incontournables de Paris. Le livre invite à une promenade au fil des rues et des siècles, où les courants architecturaux se succèdent.

    Amoureux de la ville, passionnés d'architecture ou promeneurs occasionnels, tous les publics trouveront dans cet ouvrage un portrait de la ville à travers ses édifices. Des hôtels particuliers de la période classique aux architectures novatrices du XIXe siècle, en passant par la ville médiévale, laissez-vous guider par les chefs-d'oeuvre de Paris !

  • « Mon frère est surtout décorateur, je suis surtout constructeur, mais nous étudions ensemble construction et décoration. Mon frère, cependant, conçoit seul ses ameublements », ainsi s'exprimait Louis Gomez en 1931, à propos du tandem qu'il formait avec Benjamin.
    Complémentaires dans leurs talents, ils ont créé quelquesunes des oeuvres les plus abouties du style néo-basque de l'entre-deux-guerres, conçues comme un tout, où architecture, décor et mobilier se conjuguent admirablement. Militant pour la cause régionaliste tout en restant au fait des tendances les plus modernes, les frères Gomez ont su mêler les modèles basques aux lignes sobres de l'Art déco.
    De la Côte basque à la station balnéaire d'Hossegor, ce livre offre un vaste panorama d'une oeuvre passionnante que de nombreux documents graphiques originaux (plans, croquis, aquarelles) viennent enrichir.

  • Au coeur du Languedoc, dans les gorges de l'Hérault, l'abbaye de Saint-Guilhem-le-Désert est l'un des édifices romans les plus remarquables du Midi, avec ses proportions tout en harmonie et son dépouillement propre à l'art monastique.
    Cet ouvrage magnifique retrace la longue histoire d'un édifice construit par les bénédictins (XIe-XIVe siècles) dans ce « désert » des Causses, agrandi par les mauristes (à partir du XVIIe siècle), sauvé de la ruine au XIXe siècle,et animé depuis 1978 par les soeurs du carmel Saint-Joseph.
    Étape du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, l'abbaye de Gellone vit toujours au rythme des pèlerins, mais aussi des touristes, amateurs d'art et mélomanes attirés par ce haut-lieu patrimonial et naturel, classé depuis 1998 au Patrimoine mondial de l'Unesco.
    />
    Avec ses 288 pages et 350 superbes illustrations, ce livre de grand format, magnifiquement relié - et pesant près de 3 kilos ! - propose la somme des connaissances les plus actuelles sur l'abbaye de Gellone.

    Sous la direction de Mgr Pierre-Marie Carré, archevêque de Montpellier.
    Direction scientifique : Matthieu Desachy, Daniel Le Blévec, Géraldine Mallet.
    Photographies : Jean-Pierre Gobillot.
    Dans la lignée de la collection « La grâce d'une cathédrale ».

  • Microarchitectures médiévales

    Collectif

    • Picard
    • 5 Septembre 2018

    La prolifération des formes architecturales dans toutes les formes d'art ne cesse d'interroger, en particulier à partir du Moyen Âge. Ce phénomène ne peut être véritablement compris que si l'on prend en compte la question du changement d'échelle, avec les conséquences sur le travail des artisans et sur les significations symboliques qu'un tel processus de miniaturisation implique.

  • Les plans de Paris sont à la fois bien connus des historiens, et encore peu accessibles aux amateurs de Paris, hormis évidemment le fameux plan dit « de Turgot », familier des touristes même. L'historien, l'urbaniste, le simple curieux n'a pas à sa disposition un atlas rassemblant simplement les principaux plans de Paris, des origines de la cartographie urbaine à nos jours, reproduits à une échelle suffisante pour être réellement lisibles et utilisables.
    La plupart des plans généraux ou plans d'ensemble présentés dans le présent atlas sont des plans gravés, pour la raison bien simple que les plans restés manuscrits sont rares. Exceptionnellement, nous avons retenu des plans manuscrits importants pour l'histoire de Paris, ou qui n'ont pas connu la gravure pour des raisons particulières, tels que des usages privés ou limités. Cet atlas présente donc essentiellement des plans généraux, mais sont présents aussi quelques rares plans partiels, car les seuls quelquefois à entrer dans le détail du tissu urbain.
    Nous avons privilégié une histoire de la cartographie qui exprime l'image de la ville, de sa formation, de ses transformations, des origines à nos jours.
    L'histoire des plans de Paris est bien incapable à elle seule de raconter l'histoire de la capitale, ne serait-ce que parce que la cartographie a pris en marche le train de l'histoire urbaine. Quand les plans apparaissent, dans la première moitié du XVIe siècle, Paris existe depuis plus de 15 siècles. Les premiers plans de Paris ne font donc qu'enregistrer l'état de développement de la ville à la fin du Moyen âge. Certes, certains d'entre eux montrent encore l'enceinte de Philippe Auguste (fin du XIIe siècle), mais la ville antique, par exemple, est oblitérée par la ville médiévale, et ne se voit pas en tant que telle sinon par la permanence de certains tracés viaires. C'est pourquoi nous ferons figurer des plans restitués aux XIXe et XXe siècle, des états de Paris avant le XVIe siècle, des plans historiques dans leur contenu et non par leur ancienneté.

    Ce livre est publié en coédition avec Paris bibliothèques, L'Atelier parisien d'urbanisme et la Bibliothèque nationale de France.

  • Les dix livres d'architecture du plus célèbre des architectes latins, Vitruve, sont un classique incontournable depuis des siècles.
    Vitruve vécut au Ier siècle avant notre ère, dédia son livre à Auguste. Il semble avoir servi comme ingénieur militaire en Espagne et en Gaule, et serait mort en 26 av. J.-C. De architectura constitue l'unique témoignage théorique qui nous soit parvenu de l'Antiquité sur l'art de composer et de bâtir les édifices.

  • Maison, immeuble, musée, opéra ou encore université, cet ouvrage magnifique présente et décrypte 50 bâtiments contemporains d'exception, conçus à travers le monde par les plus grands architectes, de Le Corbusier à Jean Nouvel, en passant par Louis Kahn ou Alvar Aalto.
    Du choix de leur forme extérieure à celui des matériaux employés, de la description de leur circulation intérieure à la façon dont ils s'intègrent dans leur environnement, chacun d'eux fait l'objet d'une analyse approfondie. Plus de 2500 schémas et dessins commentés, dont d'authentiques documents de travail établis pendant la conception, permettent de comprendre toute leur richesse et leur originalité.
    Un ouvrage fascinant destiné à tous les amoureux d'architecture qui souhaitent saisir, dans le détail, l'essence de notre patrimoine architectural contemporain, et comprendre comment naît un bâtiment d'exception.

  • « Paris est un monde », déclarait l'empereur Charles-Quint. On y retrouve différentes époques, genres et modes de vie... Tout se mélange et tout y est possible.
    Chaque place a son style et chaque style a sa place ! » Jean-Marc Larbodière illustre parfaitement ces propos dans son nouveau livre qui convie tous les curieux à la découverte de la richesse architecturale de Paris.

  • Les châteaux de la Loire sont apparus en Touraine et en Blésois à la fin du XVe et au début du XVIe siècle. Certains ont été bâtis par des rois (Amboise, Blois, Chambord), d'autres par de grands personnages de leur entourage (Azay-le-Rideau, Chenonceau, Chaumont...). Avec eux s'épanouit le « style fleuri » caractéristique de l'architecture de la première Renaissance française.
    - Les rois deviennent moins présents en Val de Loire à partir de 1525, puis cessent d'y paraître après 1685. Certains châteaux sont alors le théâtre de drames politiques, utilisés par le roi pour reléguer loin de la Cour des personnalités en défaveur, ou d'autres, comme Ménars ou Chanteloup, sont le cadre d'une brillante vie mondaine au XVIIIe siècle.
    Après la Révolution, les châteaux connaissent des moments difficiles, et certains sont démolis. Mais Valençay, sous la Restauration, et plus tard Chenonceau et Chaumont renouent avec l'éclat de la fête aristocratique.
    Cependant, cet éclat s'estompe peu à peu, et à partir du XIXe siècle, les châteaux de la Loire deviennent des monuments historiques qui s'ouvrent aux seuls touristes.

  • L'association Bâtiments durables méditerranéens a lancé en 2009 une démarche intitulée BDM concernant des immeubles neufs ou réhabilités en Provence-Alpes-Côte d'Azur. Sept ans plus tard, plus de 300 projets situés en PACA ou en Occitanie ont déjà été évalués, et cette approche innovante fait des émules dans d'autres régions.

    Le référentiel est associé à un accompagnement technique et humain, avec validation du niveau de performance (Or, Argent ou Bronze) par une commission interprofessionnelle. Afin de partager largement l'expérience acquise sur le terrain et d'essaimer rapidement les bonnes pratiques, ce livre présente les exemples les plus convaincants, en donnant les clés de leur succès.

    L'intelligence collective au service de la transition écologique !

  • Emmanuel Laurentin, animateur de l'émission La fabrique de l'histoire sur France Culture, a publié chez Bayard en 2010 un modeste ouvrage intitulé À quoi sert l'histoire aujourd'hui  ? Il a posé la question en apparence simple à des historiens qu'il a choisis parmi ses invités. Les textes rassemblés tiennent leurs promesses, sauf peut-être sur un point  : la quasi-absence de contributions relevant de l'histoire de l'art ou de l'histoire de l'architecture. Deux ou trois au plus pourrait être classées dans ce genre. Si cette absence est liée aux thèmes de l'émission produite par l'animateur, dans laquelle l'art et l'architecture sont relativement peu représentés, elle ne peut manquer de nous interroger, mais également de faire naître quelques frustrations.
    À quoi sert donc l'histoire de l'architecture aujourd'hui  ?

empty