• Cultiver son jardin urbain, démarche éco-citoyenne pour la ville de demain !
    Développer la place de la nature : c'est l'objectif de la mairie de Paris, mais également d'autres villes de France. En réponse à cette envie, ce guide donne toutes les clés pour apprendre à végétaliser les mini-espaces (trottoirs, poteaux, pourtours d'arbres, murs et clôtures, terrasses, friches...) et contribuer individuellement à réintroduire la nature en ville.
    Une foule d'infos pratiques (choix des semences, astuces pour bouturer et réussir ses semis, permis de végétaliser, concevoir son projet, analyser la terre, signalétique, entretien...) assorties de fiches techniques (fabrication de contenants, treilles verticales...) pour mener à bien un projet de «jardin de poche».

  •   À la manière des «Images de pensée» de Walter Benjamin, Rem Koolhaas s'interroge sur les profonds bouleversements qui touchent la nature même des villes contemporaines. Que ce soit Atlanta, Singapour, Paris, Lille, Berlin, Tokyo, Moscou, New York, Londres, une question revient : qu'est-ce que la ville aujourd'hui ? Pourquoi des architectes, des systèmes politiques, des cultures (américaine, européenne, asiatique) complètement différents en arrivent à des configurations relativement similaires ?

  • Le brutalisme est un style architectural apparu dans les années 1950 qui s'inspire notamment des réalisations de Le Corbusier, en particulier de la Cité radieuse de Marseille (1952). Le terme même désignant le mouvement dérive de l'utilisation du béton « brut de décoffrage », sans ornements ni fioritures. Par la suite, d'autres matériaux, comme le métal, la pierre ou le verre ont pu être intégrés à des constructions se réclamant du même mouvement. Les édifices sont généralement massifs, anguleux et présentent des structures répétitives. Des éléments techniques habituellement dissimulés sont volontiers exposés.
    Prospérant à Paris et dans sa périphérie jusqu'à la fin des années 1970, le brutalisme a connu une désaffection au tournant du siècle avant de susciter un regain d'intérêt aujourd'hui.
    L'ouvrage présente une centaine de réalisations - immeubles de logements, bâtiments publics, équipements sportifs, ensembles industriels... - offrant autant de contrepoints dans un paysage à dominante hausmannienne.

  • L'urbanisme

    Pierre Merlin

    L'urbanisme, terme apparu récemment dans la langue (au début du XXe siècle), n'est pas aisé à définir. Il a suscité de nombreuses « théories » dont aucune n'a fait l'unanimité. Peut-être cette difficulté s'explique-t-elle par le caractère essentiellement pluridisciplinaire d'une activité qui vise à créer dans le temps une disposition ordonnée de l'espace, en re-cherchant harmonie, bien-être et économie. En effet, l'urbanisme relève autant de l'art que de l'architecture, de l'économie que de la sociologie, de l'histoire que de la géographie, du droit que de l'ingénierie.
    Quelle est l'histoire de l'urbanisme depuis son origine, et en quoi consiste concrètement sa pratique en France depuis la loi « Solidarité et renouvellement urbains » de 2000 ?

  • Une des questions majeures que rencontre aujourd'hui l'humanité, en tant qu'espèce et en tant que société, est celle qui concerne la condition écologique de son existence. Elle est en crise et connaît de profonds et vastes bouleversements qui se traduisent dans les paysages et leurs dégradations, qui en sont comme le reflet et le dépôt.
    Ce livre et la collection qu'il introduit voudraient orienter l'attention vers le paysage considéré non comme une conséquence mais plutôt comme une condition de départ de l'existence humaine. S'il y a une nécessité du paysage, c'est avant tout parce qu'il est une donnée constitutive et incontournable de l'existence humaine, individuelle et sociale.

  • Texte de Christophe Laurens Entretien entre Patrick Bouchain et Jade Lindgaard Dessins des étudiants en master Alternatives Urbaines de Vitry-sur-Seine Photographies de Cyrille Weiner

  • L'urbanisme naît dès lors que quelqu'un entend engager ou provoquer une action pour transformer les modes d'utilisation de l'espace en ville afin d'aboutir à une situation jugée préférable. Parce que toute démarche d'urbanisme mêle des savoirs multiples - connaissances scientifiques, références techniques, savoir-faire et talents de maîtres d'oeuvre, mais aussi normes juridiques ou encore pratiques socio-politiques -, la manière d'effectuer des choix, et donc d'élaborer des critères de décision, est essentielle dans ce domaine.
    D'une manière concrète, cet ouvrage présente et étudie en tant que telles les pratiques professionnelles mises en oeuvre depuis une cinquantaine d'années en matière d'urbanisme.

  • « Ce magnifique ouvrage a obtenu le "prix des libraires du livre d'art et du beau livre 2017" ... Une référence absolue ! »

  • Le gratte-ciel, avec l'étalement urbain, le centre commercial et l'autoroute constituerait-il la négation de ce qui fait une ville ? Serait-il l'expression d'un avenir appartenant au siècle passé ? Enfin, serait-il une impasse en hauteur, une enclave sécurisée fermée ? C'est ce que tente de démontrer Thierry Paquot à travers ce plaidoyer pour la diversité des paysages urbains, l'originalité des formes contrastées loin de cette folie des hauteurs. Plongez dans cette réflexion qui remet en lumière le bien fondé desdites constructions, tant sur le plan social que sur les structures.

  • La rencontre entre un architecte et un projet adopte parfois des voies inhabituelles. Patrick Bouchain et l'agence Construire souhaitaient depuis un certain temps s'attaquer à la question du logement. Montrer par leur façon de faire que la violence inhérente au terme loger pouvait être remplacée par la politesse du terme habiter.

  • Pour mieux habiter nos villes, il nous faut arpenter leurs marges. Explorer, à pied, ces zones méconnues.
    Y passer la nuit.
    Au sein de la scène contemporaine des « artistesmarcheurs » et des « sentiers métropolitains », le programme des Refuges périurbains, inventés sur le territoire de Bordeaux-Métropole, est une expérience pilote, en plein développement.
    Ce livre raconte un programme unique au monde : la conception, la construction et l'usage de 10 refuges périurbains - 10 oeuvres d'art, qui dialoguent avec un territoire et accompagnent de nouvelles pratiques sociales. Situées dans des enclaves de verdure au sein d'un environnement urbain dense, ou offrant une vue spectaculaire sur l'industrie, le port, l'aménagement, les refuges mettent en scène la relation du bâti et du site... Adossées à un Sentier Métropolitain de randonnée pédestre de 200 km, ces refuges sont des oeuvres performées par les marcheurs qui y passent, y dorment, y rêvent.
    A travers un grand nombre d'images, de dessins, de cartes, de documents d'archives, le livre présente à la fois les oeuvres, mais aussi à travers elles le territoire singulier où elles sont nées.

  • Depuis vingt ans, l'Atelier Le Balto dessine et réalise des parcs et des jardins oscillant aux frontières de l'art et du paysage. Escales propose de s'attarder sur certains d'entre eux, à Paris, Berlin ou Göteborg. Des jardins disparus, d'autres qui ne cessent de s'inventer, ou encore des expérimentations à grande échelle.
    D'escale en escale, le lecteur est amené à découvrir la démarche de l'atelier par des chemins de traverse évoquant tour à tour le dessin, les hivers, les débordements, les savoir-faire. L'ouvrage se propose de témoigner d'une manière d'être paysagiste. En donnant toute sa place aux processus mis en oeuvre dans chacun des projets, en faisant la part belle à l'audace des plantes, Escales atteste également de cette belle aventure humaine qu'est la création d'un jardin.

  • « Il faut accepter d'emblée la logique du désordre urbain. D'où le chaos. Un chaos sublime ».

    Ce livre est l'histoire d'une amitié, puisqu'il est issu de vingt ans de conversations avec Paolo Conti, écrivain et journaliste italien. Il est né aussi du besoin de comprendre les processus de création contemporains, en tenant compte des passions politiques et sociales de notre temps qui ont bouleversé et bouleverseront notre façon d'habiter la ville.

    C'est à travers cette vision de l'architecture que sont abordés tous les grands thèmes contemporains des croissances des villes, des banlieues, des oeuvres d'art comme des faillites de l'architecture.

  • La question du logement de masse est au coeur de la réflexion urbanistique et architecturale des villes européennes.
    Elle a donné lieu à des réponses hétéroclites, proposant une grande diversité d'approche et de solutions.
    Dans ce cadre, Vienne et Francfort s'affirment comme les résultats les plus convaincants: le Hof et la Siedlung constituent ainsi deux modèles distincts et cohérents pour aborder des problématiques communes.

  • Comment associer ce mot archaïque et désuet - « urbanisme » - au plaisir de faire la ville, à la modernité, à l'appétence pour toutes les disciplines, toutes les évolutions de modes de vie, de modes de faire, d'inventions sociales et technologiques ? Ariella Masboungi livre ici ses réflexions, ses convictions, ses «leçons» du projet urbain, persuadée que la ville est la clé du développement durable et que c'est elle, et non l'Etat, qui sait innover, qu'il faut picorer dans les expériences européennes, capitaliser et diffuser, mais surtout impulser de nouvelles directions au service du bien public et du plaisir que la ville porte par définition.

  • La référence pour découvrir et décrypter les merveilles architecturales de Paris

  • La fabrique des villes s'est transformée. Après le temps de la planification, associée à la croissance, imperméable aux attentes des habitants et à l'environnement, est arrivé celui de l'ouverture aux changements. Une mondialisation par le bas a introduit de nouvelles manières d'aborder les notions de territoire et de temporalité, favorisé la multiplication des expériences et impose désormais la notion de mutabilité urbaine, entendue comme la capacité des villes à accueillir les changements et à favoriser les possibles.

  • ABC ville

    Francesco Acerbis

    Il suffit de lever le nez ou d'observer les traces sur la chausse´e : la ville est vivante et si on y regarde bien, elle se donne a` lire comme un livre ouvert. Ici, un bout d'immeuble perce´ de fene^tres forme un E ; la`, un e´le´ment de trottoir dessine un C ; la`-bas, un e´chafaudage rece`le un grand T - cet abe´ce´daire surprenant, tout en prises de vue in situ, invite a` traquer les vingt-six lettres de l'alphabet dans l'univers urbain. On cherche : tanto^t c'est facile, tanto^t le de´fi a` relever est moins e´vident - dans tous les cas, la solution est pre´sente´e sous un rabat a` droite, isolant la lettre recherche´e au sein de la photo. L'ordre alphabe´tique est a` la fois une indication directe, pour les plus grands qui le connaissent de´ja`, et le moyen de le me´moriser pour les ne´ophytes. Un rappel complet de l'alphabet sur le dessus du rabat, avec la lettre a` chercher de´ja` e´claire´e parmi les vingt-cinq autres, apporte a` tous un indice comple´mentaire.

  • Cette vaste synthèse étudie l'occupation urbaine depuis le XVIIe siècle par les plantes, parcs et jardins, mais aussi plantes « hors-sol » qui circulent dans l'espace urbain (fruits et légumes, fleurs coupées, déchets végétaux, etc.). Il s'agit de montrer que loin d'être un espace absolument artificialisé, non « naturel », la ville a constamment été imprégnée de végétaux, mais que cette présence a fluctué au fil des siècles. Sont interrogés les raisons, les acteurs et les défis de la végétalisation urbaine qui repose sur des motivations nombreuses, esthétiques, sanitaires, écologiques. De même, la végétalisation a sans cesse été soutenue par ceux que nous appelons les mains vertes, qui sont tout aussi bien des particuliers, des professionnels que les pouvoirs publics. Mais étendre ou maintenir la présence végétale en ville impose de relever de multiples défis (fonciers, financiers, esthétiques, biologiques...) qui ont pu varier au cours des siècles.

    Ce livre propose aussi une réflexion neuve sur les usages qui ont été faits de la nature en ville, paradoxalement instrument d'urbanité, de sociabilité et donc d'affirmation sociale, mais aussi inversement jungle, ferment de discorde et d'ensauvagement, objet d'affrontements politiques. On peut également faire usage du végétal pour bien être et bien vivre, accompagner les plaisirs, exercer les corps ou cultiver les esprits. Plus prosaïquement, la ville est aussi, tout au long de ces quatre siècles, un lieu de production et de consommation important de végétal. Enfin, c'est aussi en ville qu'une science botaniste et un savoir sur les plantes se développent.

    Ce tableau général, inédit, permet ainsi de voir la ville autrement et d'offrir des pistes de réflexion sur la nature en milieu urbain aujourd'hui.

  • Le Paris d'Haussmann

    Patrice de Moncan

    • Mecene
    • 8 Décembre 2009

    Quand Napoléon III, en 1853, nomme Haussmann Préfet de Paris, la capitale est encore une ville moyenâgeuse, surpeuplée et insalubre, rongée par le choléra et toutes sortes d'épidémies, organisée autour d'un lacis de ruelles sinueuses et mal éclairées.
    L'empereur le charge d'une mission claire : faire de Paris la ville la plus moderne de son temps, en commençant par lui donner : "de l'air et de l'eau". Haussmann entreprendra alors le plus grand chantier jamais réalisé dans une ville en activité. En 17 ans seulement, 20.000 immeubles insalubres seront abattus et remplacés par 30.000 bâtiments nouveaux ; 300 km de voies tracées et éclairées, 600 km d'égouts percés, un million d'arbres plantés, 24 squares dessinés, les Bois de Boulogne et de Vincennes transformés, les grands parcs créés, sans oublier la construction de nombreux monuments publics (Opéra, églises, halles...), créant un style architectural original à Paris, fait de grandes façades harmonieuses en pierre de taille.
    En exécutant la volonté de Napoléon III, Haussmann a inventé le Paris dans lequel nous vivons encore, un siècle et demi plus tard. Voici l'histoire extraordinaire de ces travaux racontée par Patrice de Moncan qui a reçu pour ce livre le Prix Haussmann et le Prix Charles Garnier de la Société de Géographie.

  • Quelle place demain pour Paris dans la compétition des villes mondes: une destination touristique comme Venise et Prague ou un leadership partagé avec New York, Londres et Tokyo, sans crainte des dizaines de mégapoles émergentes en Asie? La création du Grand Paris est une chance historique pour la métropole et pour un modèle de développement européen attentif aux fractures environnementales, culturelles et territoriales. Saurons-nous la saisir et éviter d'en faire un simple échelon administratif de plus?

    Alain Cluzet, docteur en urbanisme et directeur des services de collectivité au sein du Grand Paris, a exercé dans plusieurs territoires de la métropole, notamment le pôle scientifique de Saclay et le quartier d'affaires de La Défense. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles dans le champ de l'urbanisme et de l'environnement. Il a été président du Conseil français des urbanistes.

  • Ce livre offre pour la première fois un outillage conceptuel et empirique sur la nature urbaine, à l'intersection des processus " d'écologisation, de participation et de néolibéralisation ". Il se penche sur trois politiques publiques locales de nature en ville : écologisation, politique événementielle de végétalisation, jardinage collectif. A travers cette dernière, l'ouvrage interroge le rôle émergent du citadin comme coproducteur d'espaces publics à l'heure de l'austérité.

  • L'ouvrage de Paola Viganò combine, dans un montage théorique serré :

    - des réflexions sur certain thèmes centraux de l'urbanisme contemporain (porosité, isotropie, etc.) ;
    - des analyses "techniquement pertinentes" de projets et de théories de l'architecture et de l'urbanisme du 20e siècle ;
    - les projets que l'auteur a développés pour certaines villes et territoires spécifiques ;
    - plusieurs explorations méthodologiques dans le domaine de la description du territoire et de l'élaboration de "scénarios".

    Avec Les territoires de l'urbanisme, Paola Viganò propose une démarche déterminante pour repenser le rôle social de l'architecture et de l'urbanisme et tenter d'élaborer, à nouveau, une vision critique du monde.

empty