• De février à mai 2022, la Fondation Cartier pour l'art contemporain consacre une grande exposition à Graciela Iturbide, figure emblématique de la photographie latinoaméricaine. Travaillant principalement en noir et blanc dans son pays natal, le Mexique, Graciela Iturbide s'intéresse à la cohabitation entre traditions ancestrales et rites catholiques, ainsi qu'à la relation de l'homme à la mort. Elle dédie également une part importante de ses photographies aux femmes et à leur place au sein de la société. Ces dernières années, ses prises de vues se sont vidées de toute présence humaine, révélant le lien fort qui l'unit aux choses, à la nature et aux animaux. À travers plus de 200 photographies, l'exposition et le catalogue réalisé à cette occasion présentent des oeuvres iconiques et une importante sélection de photographies inédites de Graciela Iturbide, ainsi qu'une série d'images couleur commandée spécialement par la Fondation Cartier, dévoilant ainsi une oeuvre sensible, poétique et humaniste.

  • éblouissante Venise ; Venise, les arts et l'Europe au XVIII siècle

    Collectif

    • Reunion des musees nationaux
    • 26 Septembre 2018

    Le contexte historique de la Venise du XVIIIe siècle, ses développements artistiques et son influence sur l'art européen. Le catalogue ouvre ainsi quelques perspectives sur les conditions de la naissance du rayonnement de la ville.

  • Bacon en toutes lettres ; catalogue de l'exposition

    Sous La Direction De

    • Centre pompidou
    • 11 Septembre 2019

    Le Centre Pompidou poursuit la relecture des oeuvres majeurs du 20ème siècle et consacre une vaste exposition à Francis Bacon.

    La dernière grande exposition française de cet artiste eut lieu en 1996, au Centre Pompidou. Plus de vingt ans après, « Bacon en toutes lettres » réunit des peintures de 1971 - année de la rétrospective que lui consacrent les galeries nationales du Grand Palais - à ses dernières oeuvres en 1992.

    L'exposition du Centre Pompidou s'attache aux oeuvres réalisées par Bacon durant les deux dernières décennies de son oeuvre. Elle comporte soixante tableaux (incluant 12 triptyques, ainsi qu'une série de portraits et d'autoportraits), issus des plus importantes collections privées et publiques. De 1971 à 1992, (date du décès du peintre), la peinture est stylistiquement marquée par sa simplification, par son intensification. Ses couleurs acquièrent une profondeur nouvelle, il use d'un registre chromatique inédit, de jaune, de rose, d'orange saturé.

    Le propos du catalogue traite tout particulièrement du puissant lien entre les oeuvres de Bacon et la littérature. En outre, les triptyques font l'objet d'une présentation exceptionnelle sous forme de dépliants, permettant de prendre conscience de leur impact visuel et de leur parenté, sous un angle littéraire inattendu.

    Commissaire : Mnam/Cci, Didier Ottinger

  • Toulouse-Lautrec

    Stéphane Guégan

    • Reunion des musees nationaux
    • 9 Octobre 2019

    « C'est de l'art, nom de dieu, et du plus chouette, du mélangé à la vie, de l'art sans mic-macs épateurs et à la portée des bons bougres. » Félix Fénéon, Le Père Peinard, 1893

  • Nous les arbres

    Collectif

    • Fondation cartier
    • 3 Août 2021

    De juillet à novembre 2019, la Fondation Cartier pour l'art contemporain organise la première exposition d'envergure dédiée aux arbres, ces êtres d'exception aux facultés insoupçonnées et pourtant largement menacés aujourd'hui. Associant le travail de peintres, photographes, architectes, sculpteurs, philosophes, botanistes et spécialistes en climatologie, le catalogue publié à cette occasion dévoile la beauté, l'ingéniosité, et la richesse biologique des arbres et plonge le lecteur dans le monde fascinant de l'« intelligence végétale ».

  • Henri Cartier-Bresson

    Clément Chéroux

    • Centre pompidou
    • 13 Novembre 2013

    Rarement une monographie de photographe a été aussi attendue que celle que Clément Chéroux consacre à Henri Cartier-Bresson.

    Dix ans après sa disparition, c'est à une relecture de son oeuvre que nous sommes invités grâce à l'ouverture des archives de la Fondation Cartier Bresson et quelques mois avant la grande rétrospective que le Centre Pompidou consacrera à " HCB " à partir du 9 février 2014.

    Car il n'y a pas un Cartier-Bresson mais des Cartier-Bresson. En près de 80 années de travail photographique, il voyage à travers le monde, découvre des cultures, côtoie différents groupes humains, participe à quelques-uns des plus grands mouvements de pensée.

    Du surréalisme à mai 68 en passant par la Seconde guerre mondiale, la décolonisation, la Chine de Mao et les Trente Glorieuses, ses images constituent un extraordinaire témoignage sur le XXème siècle.

    Avec son génie de la composition, son intelligence des situations et son aptitude à les saisir au bon moment, Cartier-Bresson est devenu l'une des légendes de l'art photographique.

    Le catalogue propose une sélection de 500 photographies, dont plusieurs inédites, accompagnées d'un texte de Clément Chéroux et de nombreuses illustrations pour éclairer le travail de l'artiste.

  • Le cubisme

    Sous La Direction De

    • Centre pompidou
    • 10 Octobre 2018

    Selon un parcours chronologique des oeuvres, le cubisme est présenté dans son intégralité, de ses origines aux concepts clés, pour comprendre l'évolution du mouvement. Cette analyse permet d'inscrire le cubisme dans les dimensions sociales, économiques ou politiques de l'époque.

  • Simon Hantaï

    Dominique Fourcade

    • Centre pompidou
    • 11 Mai 2013
  • Les nabis et le decor. bonnard, Vuillard, Maurice Denis...

    Collectif

    • Reunion des musees nationaux
    • 13 Mars 2019

    La contribution des Nabis aux arts décoratifs, pourtant essentielle, est encore méconnue. La question du décoratif comme principe fondamental de l'unité de la création s'imposa au moment de la formation du groupe à la fin des années 1880 chez ces artistes qui voulaient abattre la frontière entre beaux-arts et arts appliqués.
    Véritables pionniers du décor moderne, Bonnard, Vuillard, Maurice Denis, Sérusier, Ranson, Vallotton, ont défendu un art en lien direct avec la vie. Ils créèrent des oeuvres originales, joyeuses et rythmées, destinées à agrémenter les intérieurs contemporains en réaction à l'esthétique du pastiche alors en vogue.
    L'art décoratif des Nabis ne répond à aucune doctrine esthétique pré-existante mais exprime la fantaisie imaginative des artistes et l'audace de leurs recherches formelles. Cette expérience d'art total est basée sur le décloisonnement des techniques et l'influence du Japon.

  • Hergé

    Collectif

    • Reunion des musees nationaux
    • 6 Septembre 2016

    Ce catalogue est consacré à l'oeuvre d'Hergé, présentée à travers des essais, des citations, des documents et des illustrations. Avec une initiation en début d'ouvrage à la ligne claire, à la mise en couleurs, aux onomatopées, etc.

  • Guernica

    ,

    • Gallimard
    • 5 Avril 2018

    Ce catalogue de l'exposition «Guernica» présente l'histoire de l'un des chefs-d'oeuvre majeurs de Pablo Picasso à travers les liens qui unirent le tableau et l'artiste tout au long de sa vie, et la manière dont l'oeuvre a infusé la culture jusqu'à devenir une icône populaire.
    Créé en 1937, Guernica synthétise les recherches plastiques menées par Picasso depuis plus de 40 ans. Grâce à la reproduction de plus de 130 oeuvres de l'artiste, cet ouvrage propose une nouvelle lecture des chefs-d'oeuvre qui jalonnent la route de Guernica. Exposée, reproduite partout dans le monde, l'oeuvre fut à la fois un symbole antifranquiste, antifasciste et pacifiste.
    Si Guernica est encore aujourd'hui considérée comme une oeuvre d'une rare puissance, c'est aussi grâce aux contextes visuels, politiques et littéraires dans lesquels elle a été exposée : le Pavillon de l'Exposition internationale des Arts et Techniques de 1937 et l'importance d'hommes relais tels Michel Leiris ou Paul Éluard. Enfin, le catalogue présentera une dizaine d'oeuvres et témoignages d'artistes contemporains directement inspirés par Guernica.

  • Ce catalogue d'exposition « Alberto Giacometti entre classicisme et avant-garde » propose une relecture de l'oeuvre de Giacometti en dialogue avec les grands sculpteurs modernes de son époque.

  • Bleu sourire

    Contraire Bastien

    • Centre pompidou
    • 11 Avril 2018

    À paraître !
    Ce livre d'éveil tout carton met en scène six formes simples et monochromes, qui se répètent de la première à la dernière page, se transformant tour à tour en canard, en bateau, ou en visage.

    Bleu sourire invite les plus petits à user de leur imagination, en les laissant créer des situations à partir de formes simples et de couleurs éclatantes imaginées par l'auteur. Une fois la lecture terminée, l'enfant peut retourner le livre et utiliser la couverture comme un pochoir, en inventant de nouvelles combinaisons.

    Dans la lignée de la série Les Intrus, Bastien Contraire a conçu ce livre exclusivement avec des pochoirs, dont il apprécie la répétition et la simplification des formes.

  • Giampietro Campana, directeur du mont-de-Piété à Rome, a constitué la plus grande collection privée du XIX e siècle, qui rassemblait aussi bien des objets archéologiques que des peintures, des sculptures et des objets de la Renaissance. Cette collection se carac- térisait tant par sa quantité (plus de 10 000 pièces) que par sa qualité, comptant de nombreux chefs-d'oeuvre, du Sarcophage des Époux à La Bataille de Paolo Uccello et aux sculptures de Della Robbia. À travers cette collection, à nulle autre pareille, Campana mettait en lumière le patrimoine culturel italien, au moment même où émergeait l'Italie comme nation.
    Après ses démêlés avec la justice pontifi cale, Campana vit sa collection dispersée en 1861 entre la Russie du tsar Alexandre II et la France de Napoléon III, ce qui suscita alors une émotion profonde en Italie et en Europe. C'est ainsi que l'essentiel de la collection Campana arriva au musée du Louvre. Aujourd'hui encore, la galerie Campana, où sont exposés les vases grecs, garde le nom de cette collection qui a joué un rôle décisif dans la constitution des collections du Louvre.
    Ce catalogue entend donner, pour la première fois depuis sa dispersion, une vision d'ensemble de cette légendaire collection.
    Il présente la personnalité fl amboyante de Campana et la société dans laquelle il évolua, l'histoire de la collection, la reconstitution de salles du musée Campana à Rome, le goût du collectionneur pour les pastiches et les faux. Il met également en lumière l'infl uence immense de la collection Campana dans l'art et l'artisanat de la seconde moitié du XIX e siècle.

  • En quête de pouvoir : de Rome à Lugdunum

    Musée Lugdunum

    • Snoeck gent
    • 7 Octobre 2021

    Prolongeant les thèmes de l'exposition « EnQuête de pouvoir. De Rome à Lugdunum », ce catalogue montre comment, à la fin du Ier siècle av. J.-C., Auguste a fondé un régime politique original : le Principat. Unique en son genre, celui-ci combine la restauration des institutions traditionnelles de la res publica avec l'affirmation d'un pouvoir d'essence monarchique détenu par un prince, le premier des citoyens, celui que nous appelons empereur. Le Principat ne prévoit toutefois dans le droit aucun schéma fixe de succession héréditaire, ce qui fait naître le danger d'une guerre civile. L'exemple des affrontements de 193- 197, qui suivirent la mort de Commode et s'achevèrent par la bataille de Lyon le 19 février 197, illustre la nécessité pour l'empereur d'établir un consensus entre les principales couches sociales : armée, Sénat, peuple romain, élites provinciales et chevaliers. Les textes de cet ouvrage, issus de contributions d'historiens et d'archéologues, et nourris des avancées scientifiques les plus récentes, invitent à découvrir les rouages du pouvoir dans l'Empire romain à travers l'analyse des mécanismes de la succession dynastique et de l'usurpation.

  • Collection architecture

    Collectif

    • Centre pompidou
    • 25 Mai 2016

    Cet ouvrage offre une importante sélection de la collection d'architecture du Centre Pompidou. Cette collection, qui a aujourd'hui 25 ans, constitue par sa richesse la référence internationale en la matière.
    Quelque 250 notices scientifiques rédigées par les conservateurs du Musée national d'art moderne et leur équipe ou par des historiens de l'architecture et une iconographie abondante éclairent le travail des architectes, ici présenté suivant des entrées par créateur, agence d'architecture ou collectif. Cette approche permet d'apprécier tout à la fois la singularité d'une oeuvre et l'itinéraire d'une carrière au regard de ce qui est commun à la discipline, emblématique d'une période, d'un courant de pensée ou d'un territoire géographique.
    Si la collection d'architecture compte parmi ses pièces plusieurs édifices grandeur nature, elle est pour l'essentiel composée de dessins originaux et de maquettes d'étude. Témoignant du processus de conception, des toutes premières esquisses jusqu'aux plans de détails, ils donnent des clés d'accès essentielles à ce domaine de création qui trouve son aboutissement dans l'acte de bâtir.
    Toute collection est affaire de choix et d'engagement : choix de ceux qui la constituent et engagement des architectes qui la soutiennent. La collection du Centre Pompidou en est l'illustration, réunissant architectes français et étrangers, tenants de l'expressionnisme, du futurisme, du constructivisme, héros du mouvement moderne, protagonistes de la reconstruction et de la production de masse, adeptes de l'industrialisation, inventeurs ou théoriciens, visionnaires et utopistes, constructeurs des villes d'aujourd'hui.

  • Versailles & le monde

    Collectif

    • Snoeck gent
    • 20 Janvier 2022

    Avec plus de 7 millions de visiteurs par an, le château de Versailles figure aujourd'hui parmi les sites historiques les plus fréquentés au monde. Dès sa création, suivant le souhait de Louis XIV, la résidence royale est la plus accessible d'Europe. Ouverte à tous quotidiennement, les principales cérémonies de la cour sont accessibles pourvu d'être « correctement vêtu » et, pour les hommes, de porter une épée. Cette singularité provient du fait qu'en France, la monarchie repose sur le principe d'accessibilité et de visibilité permanentes du souverain.
    Louis XIV fait ainsi de Versailles le théâtre du spectacle quotidien qu'il donne à sa cour mais aussi à l'ensemble de ses sujets et aux visiteurs venus de l'Europe et du monde entier. Par ailleurs, Versailles est l'instrument diplomatique central de la politique de magnificence de la Couronne. Les relations des ambassadeurs et visiteurs étrangers témoignent toutes, à différents degrés, de cette première impression de stupéfaction émerveillée à la vue du palais et de ses jardins.
    A partir de 1682, lorsque Versailles devient le siège officiel de la cour et du gouvernement, l'attraction exercée par le palais et, avant son extension, par les immenses jardins dessinés par Le Nôtre, amène à un défilé perpétuel de voyageurs, princes et diplomates, artistes et commerçants, architectes et savants, philosophes et aventuriers venus de tous les continents. Ces visiteurs d'un jour font le voyage pour admirer ce « palais sans pareil », espérant également apercevoir le roi lors de la procession quotidienne vers la Chapelle, le soir au Grand Couvert, ou lorsqu'il sort dans les cours ou se promène dans les jardins.
    La fascination pour ces civilisations situées « aux confins du monde », mystérieuses encore à bien des égards, attise le goût des collectionneurs et inspire les artistes. Le Mercure galant publie les comptes rendus détaillés de la réception de ces ambassades extraordinaires, tandis que les éditeurs d'estampes parisiens produisent en abondance des images riches d'informations sur leurs tenues vestimentaires, leurs moeurs et leur apparence, contribuant ainsi à infuser dans la société un goût pour l'exotisme.
    En 1688, Louis XIV amorce une active politique diplomatique en direction de l'Empire du Milieu en envoyant des Jésuites à la cour de Pékin. Cette décision audacieuse permet d'établir des relations durables et privilégiées avec l'empereur Kangxi. Deuxième empereur de la dynastie Qing mandchoue, Kangxi est un souverain éclairé, tolérant, ouvert aux idées extérieures, aussi passionné de sciences et de techniques que fin lettré. Son règne marque un moment de reconnaissance mutuelle : Louis XIV ne se reconnaît pas d'égal dans le monde si ce n'est l'empereur de Chine. Phra Naraï, le roi de Siam, n'avait-il pas envoyé à Versailles son ancien ambassadeur à Pékin afin qu'il puisse confirmer si Louis XIV était bien un aussi grand souverain que l'empereur de Chine.

  • Des jardins et des livres

    Michael Jakob

    • Metispresses
    • 23 Mai 2018

    - Des jardins & des livres documente l'exposition homonyme de la Fondation Martin Bodmer qui aura lieu à Genève du 27 avril au 31 août 2018.
    - L'ensemble est formé par 174 notices commentant les objets exposés et rédigées par les meilleurs spécialistes internationaux, ainsi que par 10 essais d'auteurs de renom portant sur le jardin dans les livres et sur le livre comme modèle de jardins.
    - Des jardins & des livres entend illustrer de manière savante et élégante le dialogue pluriséculaire entre l'art des jardins et le livre. Doté d'un très riche appareil iconographique, le volume présente différents aspects du va-et-vient incessant entre ces deux réalités artistiques, c'est-à-dire aussi bien des livres de jardin ou des manuels de jardinage que des textes littéraires à l'origine de jardins bien réels.

  • Lucien Clergue ; les premiers albums

    Collectif

    • Reunion des musees nationaux
    • 4 Novembre 2015

    Publié à l'occasion de l'exposition Lucien Clergue. Les premiers albums, Grand Palais (14 Novembre 2015 - 15 Février 2016).

    Lucien Clergue né à Arles en 1934, est décédé le 15 Novembre 2014.
    Il apprend le violon avant de se consacrer entièrement à la photographie. Ses premiers travaux sont marqués par la mort, les bombardements, il photographie les charognes des bords du Rhône, les corridas. Puis ce seront les nus de la mer, les paysages de Camargue et les éléments qui la compose: l'eau, le sable, les herbes, les signes du vent.

    Ses rencontres avec Cocteau puis avec Picasso en 1953 seront décisives. Une amitié très forte les liera jusqu'à leur disparition. Cocteau s'inspirera des photos de gitans de Clergue pour décorer la Chapelle de Villefranche. Picasso illustrera le livre Corps Mémorable.
    Toute la vie de création artistique du photographe est alimentée par ses amitiés avec le monde artistique. Il découvre et lance le gitan Manitas de Plata avec qui il fera le tour du monde. Il côtoie des écrivains tels que Saint John Perse, Michel Tournier, des artistes de son temps, monde qu'il photographie régulièrement.
    En 1968, il fonde avec Michel Tournier le festival international de photographie d'Arles qui s'y tient chaque année en juillet. Il y invite les photographes les plus célèbres. Il est le premier photographe à être élu membre de l'Académie des beaux-arts de l'Institut de France en 2006.
    Il a publié plus de 75 livres, réalisé une vingtaine de courts et moyens métrages. Ses oeuvres figurent dans les collections des plus grands musées.

  • Sheila Hicks ; lignes de vie / lifelines

    Collectif

    • Centre pompidou
    • 31 Janvier 2018

    Une exposition consacrée à S. Hicks, figure légendaire de l'art textile. Sa vie et son oeuvre sont retracées, à travers 150 oeuvres étalées sur six décennies de création.

  • Les jardins de Versailles

    Collectif

    • Reunion des musees nationaux
    • 23 Octobre 2019

    Cet ouvrage pratique permet de s'orienter dans les immenses jardins des châteaux de Versailles et du Trianon, mais aussi de connaître, au cours de la promenade, l'histoire des bosquets, bassins ou parterres, des sculptures qui les ornent, ainsi que de la flore et de la faune qui s'y épanouissent, et de quelques-uns des végétaux remarquables que l'on peut y admirer.
    Certaines des fêtes parmi les plus fastueuses qui ont été données dans les jardins sont également évoquées, et illustrées par des gravures ou des peintures.
    L'ouvrage est richement illustré de photographies et de reproductions de tableaux et augmenté de deux plans détaillés pour aider le lecteur à se repérer, ce qui en fait le guide de référence des jardins de Versailles et de Trianon.

  • Les grands félins sont sans doute les prédateurs auxquels les hommes se sont le plus souvent identi?és, se mesurant à leur force et leur puissance, leur vouant à la fois crainte et admiration. Du regard porté sur ces animaux dès la Préhistoire est née une multiplicité de symboles et mythes dans les sociétés antiques du Proche-Orient, d'Égypte, de Grèce et Rome, mais aussi dans les cultures anciennes et prémodernes d'Asie, d'Amérique et d'Afrique.
    Cette exposition interdisciplinaire allie histoire de l'art, archéologie, ethnologie et histoire naturelle a?n de mieux comprendre le rôle joué par les grands félins dans les diverses conceptions du monde et de l'humanité.

  • Un guide pour créer des oeuvres d'art en s'amusant, en apprenant à expérimenter à la façon des professionnels. Avec les conseils et techniques de huit artistes contemporains.

empty