• De la période préromaine à l'Empire, des invasions lombardes, normandes ou sarrasines à la « pax cristiana », de la constitution d'États comme les Républiques maritimes ou les États de l'Église, des guerres d'Italie à la domination espagnole, des Lumières à la Révolution et à l'Empire, du Risorgimento au fascisme, pour finir avec la République italienne et ses derniers développements récents, l'histoire « des Italies » est infiniment riche, complexe, passionnante.
    Une histoire indissociable de celle de l'Europe, quelles que soient les périodes considérées.

  • Difficile d'imaginer un territoire sur lequel se sont succédé autant de civilisations brillantes et où tant de populations se sont tour à tour installées  ! Depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours, la Sicile a abrité quelques-unes des cités grecques, romaines et byzantines les plus prestigieuses, des établissements célébrés dans le monde musulman. Sa position de carrefour de la Méditerranée ne se dément pas, elle s'impose comme un point d'entrée en Europe, pour les migrants du xxie  siècle comme elle l'était par le passé pour les voyageurs venus d'Afrique ou du Moyen-Orient.
    La Sicile a été subjuguée par une poignée de chevaliers venus de Normandie, conquise mais jamais réellement dominée par l'Empire germanique, par les Angevins, par les Aragonais et les Espagnols, par les Bourbons de Naples, avant de devenir une province italienne unique en son genre. Terre de culture d'une densité et d'une personnalité historiques très fortes mais aussi victime de nombreux préjugés, la Sicile est un objet d'histoire à part entière.
    Ouvrage de référence autant que compagnon de voyage, le récit documenté de Jean-Yves Frétigné n'a pas d'équivalent sur le sujet.
      Maître de conférences à l'université de Rouen, ancien membre de l'École française de Rome, Jean-Yves Frétigné est spécialiste de l'histoire italienne des xixe et xxe siècles. Parmi ses ouvrages, sa biographie de Giuseppe Mazzini (préfacée par Pierre Milza, Fayard, 2006) a été couronnée par le prix de l'Académie du Maine.

  • « Un livre merveilleux : horrible, impressionnant, sanglant, parfois très drôle et toujours divertissant. » Robert Harris Dans un récit vivant et passionnant, Mary Beard et Keith Hopkins invitent le lecteur à un périple fait de légendes et d'histoires, au coeur du plus mythique des monuments : le Colisée de Rome.

    Le Colisée était le monument le plus imposant de la Rome impériale, dominant la cité. À l'origine, il pouvait accueillir plus de 50 000 spectateurs, friands de ses jeux meurtriers. Il reçoit aujourd'hui la visite de plus de 4 millions de visiteurs par an et il a attiré les touristes au fil des siècles, de Lord Byron à Mark Twain, et même Adolf Hitler.
    Mary Beard et Keith Hopkins nous content aujourd'hui l'histoire de la plus vaste arène de Rome : sa construction, les entraînements et les combats des gladiateurs et autres jeux du cirque qui s'y déroulaient, les foules d'amateurs qui se plaisaient à suivre ces jeux, les empereurs qui les mirent en scène et leurs détracteurs. Les auteurs racontent également ce que fut l'étrange seconde vie de ce monument : en effet, le Colisée fut aussi, tour à tour, un fort, une église, un jardin botanique et une fabrique de colle.

    Plein d'anecdotes et d'illustrations, ce livre est érudit et divertissant à la fois. Il n'existe pas de meilleure biographie du Colisée !

  • À Venise, le niveau des eaux s'élève inéluctablement, ronge les pilotis qui soutiennent les palais, érode les rives. De pharaoniques travaux sont entrepris pour empêcher que l'eau s'engouffre dans la lagune et inonde toujours plus les rues et les maisons.
    Cette ville à présent fragile fut pourtant triomphante hier, et ce livre raconte l'histoire de sa construction dans un milieu hostile, sopra le acque salse, sur les eaux salées. Dans les derniers siècles du Moyen Âge, quand Venise comptait bien plus d'habitants qu'aujourd'hui, au gré de chantiers innombrables et d'un effort humain et financier considérable, sans cesse de la terre fut charriée et amassée pour conquérir toujours plus d'espace. Grâce à ce travail de création ininterrompue, accompli malgré la menace permanente de l'écosystème, la ville sur l'eau a été bâtie, ornée, pour devenir ce « miracle de pierres ». Mais Venise n'est pas qu'un décor de marbre et de briques.
    Retracer l'aventure de l'invention de Venise, c'est aussi faire revivre les acteurs de cette histoire collective, restituer une culture urbaine et un imaginaire civique, ou comment les Vénitiens plaçaient leur histoire sous la protection et la providence divines.
    Cet ouvrage capital est la synthèse la plus aboutie et la plus complète qui existe à l'heure actuelle sur la naissance et le développement de Venise au Moyen Âge ; une ville qui, à la Renaissance, deviendra la Sérénissime.

  • Foyer de création artistique et littéraire, creuset de nouvelles pratiques religieuses, terre de vestiges antiques, l'Italie est à l'époque moderne une source d'inspiration et un objet d'admiration pour l'Europe entière. Elle devient alors à la fois la caisse de résonance de multiples ambitions étrangères et un laboratoire politique et social original, au moment où ses transformations économiques mettent en place un système de production dans lequel se décèlent déjà les contrastes entre le Nord et le Sud.
    Adoptant une perspective chronologique et thématique large, ce manuel entend proposer une grande synthèse sur quatre siècles d'histoire de l'Italie et souligner toute la richesse de cette période en présentant les plus récents renouvellements historiographiques. Il met en lumière la situation originale d'une Italie moderne qui, morcelée en de multiples États et inexistante sur le plan politique, voit pourtant se développer une identité géographique, symbolique et culturelle spécifique dont l'existence précède le projet d'un État unitaire.

empty