Tourisme & Voyages France

  • Depuis dix ans, Paris est devenu la terre d'accueil de plus en plus d'espèces, le terreau inattendu d'une biodiversité foisonnante qui s'est adaptée a? la ville. Ce mouvement ne fait que commencer. La cité de demain affiche clairement sa couleur : verte. Tous les grands projets architecturaux, les aménagements de Paris invitent avec force la nature au coeur de la ville. Moins de pollution, plus de vies, plus de bien-être ont favorisé le retour des animaux dans Paris.
    La Plus Belle Ville du monde, le film de Fréderic Fougea (diffusion sur M6) raconte différentes péripéties d'animaux et la manière dont en arpentant Paris en quête de nourriture ou de partenaires, ils se réapproprient la cité. Nous les ignorons la plupart du temps, nous les voyons parfois de loin, mais ils nous intriguent souvent et nous rendent un peu de cette nature trop oubliée : faucons pèlerin, bombyx, oies cendrées, renards, canards, pigeons ou ragondins...
    A côté de la richesse patrimoniale de notre ville-lumière se déploient de nombreuses espèces animales, parfois tout près de nous, parfois juste de passage. En suivant le déroulé du film et ses aventures tour à tour émouvantes ou cocasses, le livre qui accompagne le film donne quelques éclairages scientifiques sur les espèces, ainsi que de nouvelles perspectives sur Paris et son Histoire. Vue du point de vue des animaux, la ville prend une autre dimension.

  • En dix ans, Marc Lathuillière a fait le portrait de plus de cinq cents Français à travers l'Hexagone. Tous, du charcutier à la cinéaste, portent un même masque. Une réflexion critique sur la muséification et la désindustrialisation de la France, et sur le formatage de notre identité par l'image. Ce livre réunit 160 des meilleurs portraits. Le résultat ? Un décalage constant entre l'esthétique photographique forte d'une France touchante, portée à nue, et la rigidité du masque imposé, toujours le même, qui remet en doute l'authenticité des décors et des personnages. Se faisant pour la première fois critique d'art, Michel Houellebecq signe une préface aussi crue que juste.

  • La tour Eiffel, le Sacré-Coeur, Notre-Dame, les ponts de la Seine balayés par les vents d'automne, les parties de pétanque sur la place Dauphine, les terrasses animées des cafés ; pourrait-on imaginer la capitale sans ces images ? Elles font le paysage historique et humain de Paris, images magiques qui font dire au touriste de passage comme au parisien : " Ça, c'est Paris ! ".
    C'est ce Paris éternel que raconte Aude de Tocqueville, en suivant le fil conducteur d'une journée buissonnière dans la capitale. De l'heure du premier café au " gai Paris " des noctambules, au rythme de la vie des quartiers et des parisiens, à travers un texte vivant et érudit, truffé de références historiques et littéraires.

  • Paris s'est construit autour de ses monuments. Chacun raconte une époque. Tous ensemble, ils tissent le fil d'un passé extraordinairement riche, toujours émouvant car il permet de comprendre que la ville lumière se réinvente sans cesse.

    Le parti pris original de ce livre est de raconter l'histoire de Paris à travers ses merveilles architecturales. Des Arènes de Lutèce au Couvent des Bernardins, du Louvre au Musée du Quai Branly, de la Place de la Bastille à la Grande Arche de La Défense, le lecteur est transporté au coeur du patrimoine parisien.

    Grâce aux photos inédites de Jean-Marc Durou et aux récits enthousiastes d'Aude de Tocqueville surgissent ainsi 21 siècles d'histoire en images...

  • Qui n'a jamais passé du temps à sa fenêtre, regardant la vie qui s'anime dans chaque appartement, imaginant et fantasmant les situations ?
    Morceaux de vie, temps immobile, vision de Paris, mélancolie, impossibilité de communiquer et pourtant désir de l'autre - les photographies de Gail Albert Halaban nous racontent la vie urbaine, autant que notre condition humaine.

    Ces 65 photographies, prises pour la plupart à l'occasion de ce livre et pour quelques-unes publiées en 2012 par M. le supplément du Monde, nous montrent des Parisiens dans le quotidien de leur appartement.

    Posés, mis en scène avec la participation des habitants - ceux qui sont photographiés, et ceux dont la fenêtre en vis-à-vis sert de point de vue. dans cette mise en abyme, ces clichés mêlant détails d'architecture, jeux de lumière, et scènes très élaborées finissent par faire naître un sentiment d'étrangeté à partir d'une réalité tout sauf banale.

    Texte de Cathy Rémy, du Monde et préface de Christian Caujolle

empty