Sculpture / Arts plastiques

  • Présentation de la première rétrospective française consacrée au plasticien hongrois, installé à Paris depuis les années 1930. Les auteurs retracent son parcours et les étapes de son cheminement artistique. Inventeur de l'art optico-cinétique, son oeuvre touche particulièrement l'imaginaire populaire de la seconde moitié du XXe siècle.

  • Ce livre, richement illustré, offre une synthèse originale sur la sculpture byzantine médiévale. On y découvre une nouvelle approche de la sculpture envisagée comme production sociale et examinée en tant qu'objet archéologique sous toutes ses facettes : matériau, mise en oeuvre, choix et signification des décors, rôle idéologique et économique des commanditaires, localisation et organisation des équipes de sculpteurs, emplacement de la sculpture dans son environnement architectural et liturgique. Á la fois synthèse et manuel, cet ouvrage met également en lumière les renouvellements techniques et formels qui ont caractérisé les sculptures byzantines et dont l'étude a été négligée jusqu'ici.

  • L'abcdaire de cezanne

    Collectif

    Pour entrer dans l'univers du peintre, par ordre alphabétique : tous les lieux, les artistes qu'il a fréquentés, ses oeuvres, ses procédés stylistiques et son univers.

  • Cette monographie sur la vie et l'oeuvre d'Alberto Giacometti (1901-1966) s'appuie sur l'analyse de plus de 500 de ses sculptures, peintures, dessins, gravures et lithographies, ainsi que sur ses écrits théoriques et sur ses déclarations. Elle présente également le contexte historique, artistique et culturel de sa vie. Format compact.

  • Statues, bronzes, stèles ou figurines en terre cuite : cet ouvrage présente en 125 oeuvres un panorama de 1500 ans de sculpture grecque, avec photographies et commentaires. Tous les styles, techniques et matériaux sont présentés, ainsi que les principaux musées à visiter. Un guide original et unique en poche pour les étudiants en art comme pour le voyageur à destination de la Grèce touristique.

  • César

    Sous La Direction De

    Un catalogue retraçant la carrière d'un sculpteur à l'oeuvre étonnante, avant tout connu pour ses compressions et le trophée qui porte son nom.
    Première anthologie de cette ampleur, cet ouvrage a vocation a devenir une référence scientifique sur l'artiste, amendée par sa dernière compagne et ayant-droit.
    Tout sur César ! Biographie complète, textes inédits, écrits de l'artiste et approche thématique de l'oeuvre...

  • L'enfer selon Rodin

    Collectif

    • Norma
    • 18 Octobre 2016

    L'Enfer selon Rodin permet de revivre la création d'une icône de l'art : La Porte de l'Enfer, l'oeuvre centrale de toute la carrière d'Auguste Rodin (1840-1917). Commandée en 1880 pour le musée des Arts décoratifs, cette porte qui ne s'ouvre pas va occuper Rodin pendant vingt années durant lesquelles il va inlassablement revenir sur son thème, l'épurant et tirant quelques-unes de ses sculptures les plus connues : Le Penseur, Le Baiser, Ugolin ou encore Les Ombres.
    S'inspirant de La Divine Comédie de Dante et des Fleurs du mal de Baudelaire, le sculpteur crée une oeuvre exceptionnelle par le nombre de personnages grouillant à sa surface (près de 200), par sa taille (6,35 m de haut et 4 m de large) et par son traitement des corps.
    Le catalogue présente les cent cinquante oeuvres exposées - dont cinquante « dessins noirs » rarement présentés et une trentaine de sculptures montrées pour la première fois -, qui permettent de découvrir l'histoire fascinante de ce chef-d'oeuvre dont l'influence fut considérable dans l'évolution de la sculpture et des arts, abordant de manière inédite les passions humaines.
    Véritable condensé des recherches stylistiques du sculpteur, La Porte de l'Enfer sera également un point de départ pour de nombreuses variations permises par ses techniques de prédilection : fragmentation, assemblage, agrandissement, répétition, qui permettent de cerner l'obsession de l'artiste pour un thème qu'il travaillera jusqu'à en livrer une version beaucoup plus dépouillée à l'Exposition internationale de 1900, visible au musée Rodin de Meudon.

  • Dans l'antiquité classique romaine les premiers «?recueils?» de modèles à imiter étaient grecs et l'un des moyens les plus sûrs et les moins onéreux pour le rejoindre parfaitement devaient s'offrir aux artistes sous la forme de statues de plâtre moulées, modestes relais des valeurs éthiques tant convoitées.
    A l'époque moderne, ces mêmes valeurs recherchées, qu'elles soient morales ou politiques, renouvellent ces gestes d'appropriation de l'Antique par la constitution d'une repertoire semblable présenté dans la salle des Antiques du Roi au Louvre.
    A partir du 7 novembre 2019, l'Académie de France à Rome - Villa Médicis -, pensée autour de cette idée, et le musée du Louvre, parents donc par nature, conjugueront leurs oeuvres pour presenter une exposition autour de l'appropriation de l'Antiquité en France, puis en Europe.
    Adossées à leurs collections respectives, et aux résultats de vastes campagnes de restaurations conduits depuis plus d'une décennie, les deux institutions sont en effect aujourd'hui en mesure de restaurer la mémoire de ces oeuvres et d'écrire de belles pages de la transmission des modèles et de la creation française du XVIIe au XXe siècle, richement illustrés dans le present ouvrage.

  • Ousmane sow

    Collectif

    Enfin une rétrospective complète de l'oeuvre d'Ousmane Sow, de l'atelier aux expositions.
    Cet ouvrage nous plonge dans l'univers d'Ousmane Sow ; dans l'intimité de sa maison et de son atelier de Dakar, ou aux Fonderies de Coubertin, il nous propose de vivre la naissance des oeuvres, sculptures originales ou bronzes, et d'entrer ainsi au coeur de la création, tout au long d'un " travail de mémoire " initié par Béatrice Soulé.
    On y retrouvera les oeuvres qui constituent ses séries les plus connues : les Nouba, les Masaï, les Zoulou, les Peul, et la Bataille de Little Big Horn, que plus trois millions de visiteurs purent découvrir à Paris, en 1999, sur le Pont des Arts.
    On y découvrira également l'oeuvre de Victor Hugo, des oeuvres inédites, et celles de ses oeuvres en cours de réalisation : une re-création de petites sculptures Nouba, et les prémices de la naissance de la nouvelle série qu'il va consacrer aux hommes qui ont compté pour lui, de Nelson Mandela à Mohamed Ali, en passant par le Général De Gaulle ou Martin Luther King.
    Comme elle a pu le faire dans les deux films qu'elle a réalisé sur son oeuvre (films réunis dans un DVD distribué par Actes Sud), Béatrice Soulé invite le lecteur à la suivre également dans l'atelier d'Ousmane Sow à Dakar et aux Fonderies de Coubertin où elle nous propose de vivre la naissance des oeuvres, originales ou bronzes.
    C'est également la première fois que l'on poussera les portes de la maison de l'artiste à Dakar, une maison qu'il considère comme une oeuvre à part entière.
    Avec l'irruption de ses Noubas au milieu des années 1980, Ousmane Sow replace l'âme au corps de la sculpture, et l'Afrique au coeur de l'Europe. En passant d'un continent à un autre, il rend hommage, dans sa création sur la bataille de Little Big Horn, aux ultimes guerriers d'un même soleil. Des peuplades d'Afrique aux Indiens d'Amérique, il recherche le fluide de ces hommes debout. Comme s'il s'agissait pour lui d'offrir en miroir à ces ethnies nomades, fières et esthètes, cet art sédentaire qui leur fait défaut : la sculpture.
    Révélé en 1987 au Centre Culturel Français de Dakar, où il présente sa première série sur les lutteurs Nouba, l'artiste expose six ans plus tard, en 1993, à la Dokumenta de Kassel en Allemagne. Puis, en 1995, au Palazzo Grassi, à l'occasion du centenaire de la Biennale de Venise. Son exposition sur le Pont des Arts au printemps 1999 attira plus de trois millions de visiteurs. Depuis, son oeuvre a été exposée dans une vingtaine de lieux, dont le Whitney Museum à New York.

  • Au terme d'une carrière souvent marquée par l'incompréhension ou l'hostilité de ses contemporains, Auguste Rodin (1840-1917) s'affirme comme l'un des plus grands sculpteurs de tous les temps, en qui les jeunes générations d'artistes voient « un dieu bienveillant ». Cet ouvrage nous invite à la redécouverte de ce créateur aux innombrables facettes, dont les plus célèbres réalisations (Les Bourgeois de Calais, Le Baiser, La Porte de l'Enfer, Le Penseur...) appartiennent désormais à l'imaginaire collectif. Une iconographie diversifiée associe dessins, aquarelles, documents d'archives et nouvelles prises de vue des sculptures, spécialement effectuées pour ce livre.

  • "Les sculptures de Zaric nous invitent à découvrir un univers dans lequel l'homme et l'animal se métissent. Cet anthropomorphisme est mis au service d'une oeuvre qui évoque, la fragilité, l'amour, la méditation, l'espoir, le déracinement, la vanité, l'éros. Emprunt d'une force qui puise aux sources des mythologies et de l'esthétique antique, Zaric livre un miroir du monde plein d'humour grinçant et enchanteur." Pierre Starobinski

  • Auguste Rodin (1840-1917) est considéré comme l'un des pères de la sculpture moderne. À chaque génération, le public et les artistes se sont positionnés par rapport à lui, , souvent pour s'en inspirer - telles les relectures du Penseur - ou renchérir sur une invention, un aspect, une forme.
    Car Rodin a revisité toutes les facettes de l'art de la sculpture, et bien au-delà : ainsi l'invention de l'assemblage, de la figure partielle ou du collage précède la pratique de Matisse et Picasso, son usage du dessin devance les grands expressionnistes germaniques, son rapport à la photographie annonce celles de Brancusi ou de Man Ray. À chaque phase déterminante de sa carrière, puis, à chaque géné-ration après sa mort, un Rodin différent est mis en exergue, découvert, mis en lumière. Ces mutations du regard contemporain, loin d'épuiser l'oeuvre de l'artiste, ont permis à chaque époque un enrichissement de sa compréhension.

  • Giuseppe penone

    Collectif

    Le livre s'ouvre sur une mise en perspective historique de l'oeuvre de Penone par le critique d'art américain Benjamin Buchloh. Ensuite, à travers sept thématiques pensées et décrites par l'auteur belge Laurent Busine, on découvre le fil d'une oeuvre dense et complexe. Le souffle, le regard, la peau, le coeur, le sang, la mémoire, la parole sont autant de pierres de touche pour la découverte de «l'objet de la sculpture». Quant à l'auteur et critique d'art français Didier Semin, il déploie à partir de L'Arbre voyelle - sculpture réalisée en 1999 pour le jardin des Tuileries à Paris - l'histoire et la magie poétique de toute l'oeuvre de Penone. Depuis les premiers travaux jusqu'aux pièces récentes, en s'attardant aussi bien sur les sculptures, les dessins, les photographies que sur les écrits encore rarement publiés, la monographie révèle, au fil des pages, une oeuvre unique dans l'histoire de l'art moderne et contemporain.
    Giuseppe Penone, né à Garessio en 1947, est un artiste majeur de la scène artistique internationale. Il est associé au mouvement de l'Arte povera, fondé par le critique d'art Germano Celant à la fin des années 1960. L'oeuvre de Penone se caractérise à la fois par la beauté de ses formes et de ses matériaux et par la vitalité d'une interrogation sur l'homme et la nature. Elle se confronte aux questions qui la dépassent, comme celles du temps, de l'être, du devenir et de la mémoire. Mettant l'accent autant sur le processus créateur que sur l'oeuvre elle-même, l'artiste s'identifie au fleuve, au souffle, à ce qui par essence est mouvement et vie. Il révèle le rythme incessant au coeur du cycle naturel qui, avec le temps, altère les êtres et les choses.

  • Le sculpteur Giuseppe Penone, né en 1947 à Garessio, aux confins de la Ligurie et du Piémont, est un artiste majeur de la scène artistique internationale. Plus jeune représentant de l'Arte Povera, c'est avec une oeuvre dont le titre rend hommage à sa double ascendance géographique qu'il entre en scène en 1968. Cette oeuvre inaugurale, Alpi Marittime, est une série d'interventions dans la nature avant d'être une série de photographies.
    D'emblée se pose avec elle la question suivante : Où commence l'oeuvre et où s'arrête l'archive ?
    Le livre croise des travaux parfois distants de plus de quarante ans, pour montrer comment, tout en se ramifiant, l'oeuvre de Penone reste fidèle à ses premières intuitions.
    Ses archives ayant été grandes ouvertes, l'attention de l'auteur s'est principalement portée sur des oeuvres rares, parfois inédites, certaines anciennes, d'autres récentes, dont l'approche, lorsqu'elle n'a pas été rendue possible par la photographie, est favorisée par des récits précis, nourris d'informations recueillies avec une grande complicité auprès du sculpteur.
    Les oeuvres les plus célèbres d'un artiste en occultant inévitablement d'autres, cet ouvrage, qui les considère toutes au stade de la conception, tend à placer en pleine lumière des expérimentations et documents demeurés à l'arrière-plan, abolissant la distinction entre positif et négatif, intérieur et extérieur, individuel et universel, oeuvre en cours de réalisation et oeuvre réalisée. C'est en somme le portrait d'un artiste à l'oeuvre que l'on découvre ici, tout aussi déterminé même quand il diffère de plus de quarante ans la présentation de certains de ses travaux.

  • Il s'agit de la deuxième exposition présentée dans la Petite Galerie du musée du Louvre, co-dirigée par Jean-Luc Martinez et Benjamin Millepied. Ce catalogue, comme l'exposition, tente de répondre au défi de la représentation du mouvement dans l'art, depuis la matière inanimée jusqu'aux nouveaux codes élaborés par les chorégraphes-danseurs au début du XXe siècle.Avec son regard d'historien, Georges Vigarello introduit le livre et montre comment il existe une invention progressive de la dynamique du corps dans les arts visuels, en réponse à ce défi de donner existence au mouvement, dans la sculpture, la peinture ou la gravure, qui demeurent nécessairement statiques. Suivant le découpage de l'exposition, un parcours en quatre temps est proposé au lecteur. La première partie sera consacrée à la matérialité des oeuvres, à la difficulté pour l'artiste de traduire le mouvement. Puis il s'agira de s'intéresser au décryptage des codes de représentation, les mouvements et les gestes étant le résultat de normes sociales révélatrices de l'image que se fait d'elle une civilisation à un moment donné de son histoire. La troisième partie interrogera le séquençage du mouvement, et montrera ainsi la difficulté pour l'artiste de capter un mouvement rapide qui soit réaliste et de le représenter. La quatrième partie enfin, dédiée à la danse, permettra de retrouver les problématiques précédemment développées, autour de trois axes principaux (le passage de la représentation allégorique de la danse à l'observation directe des corps dansants ; les avant-gardes artistiques et les nouveaux codes du mouvement dansé autour de 1900 ; la danse dans l'univers des Grecs de l'Antiquité, source d'inspiration des artistes).
    Richement illustré de reproductions de peintures et de sculptures photographiées au plus près des oeuvres pour en marquer la matière et le rythme, cet ouvrage proposera également des vidéos accessibles par flashcodes.

  • Présente près de 300 oeuvres historiques et contemporaines d'Afrique de l'Ouest, et plus particulièrement de Côte d'Ivoire. Les essais critiques restituent les sculptures dans le contexte religieux et stylistique de leur époque.

  • La notion de "serendipity" qui recouvre l'art de trouver quelque chose que l'on ne cherchait pas initialement est le fil conducteur de cet ouvrage. "Ce qui est distinctif dans l'oeuvre de Prune, c'est qu'elle avance des représentations très fortes : elle joue avec des mythes, mis en scène à travers des images très directes, qui interpellent et qui bousculent. Pourtant, ce qu'elle construit va au-delà. Elle suscite d'autres représentations que celles qu'elle offre en premier lieu." François Ansermet, psychanaliste. Ce livre met en lumière 10 années d'une pratique artistique riche, inspirée de voyages, d'observations, de rencontres et de recherches et qui a donné naissance à des projets aussi variés que les Bébés domestiques, Process, le triptyque sacré Holy Daughters-Holy River-Terracotta Daughters, dernier projet retentissant qui a voyagé de Paris à Shanghai, Mexico, New York, Zurich.

  • Charles Despiau

    Elisabeth Lebon

    En accordant magistralement l'esprit classique à la problématique de la modernité, Charles Despiau fut internationalement reconnu dans l'entre-deux guerres comme une figure de proue de la sculpture non académique et exposé aux côtés de Picasso, Brancusi, Matisse, Lipchitz, Maillol, Alberto Giacometti, Laurens, Zadkine...
    Cet ouvrage retrace la carrière de Charles Despiau, restitue la place importante qu'il occupa sur la scène artistique internationale de l'entre-deux guerres, et tente d'éclaircir les raisons pour lesquelles il a été écarté à la fois des musées et de l'histoire de l'art moderne, particulièrement dans son propre pays.

  • Maîtres Invisibles de Rachid Koraïchi est une création constituée de 99 bannières en coton. L'ouvrage présente cette oeuvre inédite et exceptionnelle ainsi que son processus de fabrication.

empty