Droit public

  • L'aspect des villes reflète la grande peur cachée qu'ont leurs habitants de s'exposer. Dans leur esprit, « s'exposer » suggère davantage le risque d'être blessé que la chance d'être stimulé. La peur de l'« exposition » renvoie d'une certaine façon à une conception militarisée de la vie de tous les jours, comme si le modèle « attaque et défense » s'appliquait aussi bien à la vie subjective qu'à la guerre.
    Avec cet ouvrage, Richard Sennett retrace la naissance de cette crainte et comment s'est édifié le mur séparant la vie intérieure de la vie extérieure. La construction de ce mur s'explique en partie par notre histoire religieuse : le christianisme engagera la culture occidentale sur la voie de la séparation de l'expérience intérieure et de l'expérience extérieure. L'ombre de ce mur continue d'obscurcir la société laïque Un des traits caractéristiques de l'urbanisme moderne est qu'il dissimule derrière ses murs les différences qui existent entre les individus. Ainsi, les urbanistes n'ont créé dans nos villes que des espace « inoffensifs », insignifiants, des espaces qui dissipent la menace du contact social : miroirs sans tain des façades, autoroutes isolant les banlieues pauvres du reste de la cité, villes-dortoirs. Cette approche compulsive de l'environnement s'enracine, en partie, dans des malheurs anciens, dans la peur du plaisir, qui ont conduit les individus à traiter leur environnement de façon

  • Droit de l'ubanisme

    Grégory Kalflèche

    En dix ans, le droit de l'urbanisme a été complètement et profondément rénové.
    La loi SRU de 2000 qui avait remis à plat les plans d'urbanisme (PLU, SCOT...) a été elle-même largement retouchée par la loi Grenelle 2. Cette « grenellisation » insère des exigences environnementales nouvelles dans une hiérarchie des plans renouvelée, ainsi qu'un développement d'une approche intercommunale de l'urbanisme. Les autorisations d'urbanisme elles-mêmes ont été simplifiées par une ordonnance de 2005. Désormais, 3 permis (permis de construire, d'aménager et de démolir) viennent autoriser toutes les constructions dans un temps déterminé. La réorganisation de tous les services de l'urbanisme et la sécurisation que cela a apporté aux opérateurs économiques font de ces changements une réforme majeure. Le droit de l'aménagement n'a pas été en reste puisque les ZAC (zones d'aménagement concertées) se sont vues greffer des concessions d'aménagements soumises à concurrence et que les lotissements ont été redéfinis dans le cadre général des permis d'aménager.
    Ce manuel de droit de l'urbanisme aborde toutes ces évolutions et les remet en perspective, dans une optique pratique et en prenant le recul nécessaire à une compréhension des tendances profondes. Avec une approche résolument moderne et une organisation classique, cet ouvrage saura convaincre les étudiants ainsi que les praticiens voulant avoir une vision juridique précise, complète et moderne de leur métier.

  • Comment le projet urbain peut contribuer à faire la ville durable.
    Face aux peurs liées aux dérèglements environnementaux, aux crises économiques et sociales, le renouveau des projets urbains est un message d'espoir. Ce livre présente des projets urbains innovants qui dessinent une nouvelle donne, renouent avec des savoirs anciens, mettent des techniques en constante progression au service des projets et assument un rôle croissant de la société civile. Affrontant le triple défi de la connaissance, de l'engagement politique et de l'évolution comportementale et démocratique, les projets urbains, qui savent établir des liens entre les hommes, les espaces et les fonctions, sont capables d'anticiper l'avenir et d'oeuvrer à une meilleure équité sociale et territoriale.

  • Est-ce le hasard, le destin ou la chance qui m'ont conduit, en ma qualité d'avocat, pendant plus de quarante ans, à jouer un rôle dans la création et le développement du droit de l'environnement ?

    Quarante ans à essayer de changer les choses dans un domaine difficile, mais vital pour les habitants de la planète ? Boues rouges de la Montedison, Amoco Cadiz, pollution du Rhin par les Mines de potasse d'Alsace, Erika, Cattenom, Creys-Malville..., autant de procès que j'ai dû monter à partir des années 1975-1980, d'abord seul, puis avec Corinne Lepage, au moment même où le mot "environnement" n'existait pas.

    Quarante ans à garder confiance dans les juges et dans le droit, avec la certitude que pour que le droit nouveau naisse, il fallait qu'il émerge du droit ancien.

    Que de chemin parcouru, que de chemin à parcourir encore. C'est ce voyage que je vous invite à découvrir, que vous soyez juriste ou non. Un voyage qui vous montrera ce dont la société civile est capable en s'alliant à des élus locaux de bonne volonté. Un voyage qui vous prouvera que, jamais, il ne faut renoncer à une vie acceptable et humaine sur terre, pour nous et nos descendants."

  • Le grand Paris, c'est un grand tournant dans l'histoire des projets de transports. Les communicants l'ont emporté sur tous ceux qui pensent d'abord aux franciliens et à l'amélioration de leurs conditions de vie, de logement et de transport dans une métropole dynamique et durable. Pour les promoteurs du grand Paris, le bon projet est celui qui fascine, mobilise, fait bouger les lignes, et assume son irrationalité, notamment financière. Pour eux, l'objectif n'est pas le consensus, mais la victoire. Ils l'ont obtenue, provisoirement, sur le papier. Transformer l'essai sera beaucoup plus difficile, car les vrais problèmes demeurent : dégradation des conditions de vie des franciliens, difficultés à financer des investissements pharaoniques, besoin de retrouver plus de cohérence entre habitat et emploi. Ils reviendront immanquablement à la surface. La question du grand Paris n'est pas derrière nous, elle est devant nous, et pour de longues années. Il faut s'y préparer.

  • Y a-t-il trop d'hommes sur terre ? Au grand banquet de la nature, l'humanité est-elle de trop ? Dans notre imagination, la peur du nombre a remplacé la peur de la bombe : non seulement, nous dit-on, il n'y aura bientôt plus de quoi nourrir la planète mais la surpopulation est directement ou indirectement responsable du trou dans la couche d'ozone, du réchauffement climatique, de l'érosion des sols, bref de toutes les catastrophes écologiques qui guettent l'espèce humaine à l'aube du XXIe siècle.
    Hervé Le Bras démontre qu'il n'y a pas une parcelle de vérité dans les terribles prédictions chiffrées que nous assènent nos Cassandre. Les chiffres masquent des arguments d'autorité, et les arguments d'autorité sont le paravent de nos préjugés et de nos peurs. La surpopulation est un mythe : telle est en substance la conclusion qui s'impose ici après une analyse serrée. Et, comme tout mythe, celui-ci nous en apprend plus sur nous-mêmes que sur le monde qui nous entoure.

  • Au fil de son histoire, la ville de Paris a acquis des terrains situés en Ile-de-France pour répondre aux différents besoins de son développement : alimentation en eau, énergies, assainissement et traitement des déchets, espaces verts et logements.
    Cet ouvrage présente l'évolution et le devenir de ces territoires, offrant ainsi un nouveau regard sur la formation de la métropole parisienne au travers de ces histoires communes.

  • A l'heure où le " Grand Paris " est au centre du débat politique, le Schéma directeur d'aménagement et d'urbanisme de 1965 mis en oeuvre par Paul Delouvrier est souvent cité comme une référence et une source d'inspiration pour les décideurs d'aujourd'hui. Résistant, grand commis de l'Etat, Paul Delouvrier définira lui-même le projet d'aménagement de la région parisienne qui lui a été confié par De Gaulle comme " l'aventure la plus passionnante de sa vie ", ce qui lui vaudra le surnom de " Haussmann des faubourgs ". Plus de quarante ans après son lancement, le Schéma directeur a abouti à des réalisations (parmi lesquelles le RER, le périphérique, les villes nouvelles) qui ont changé le quotidien des " franciliens ". Ce recueil de témoignages jette un regard nouveau sur le " Grand Paris " d'aujourd'hui.

  • L'espace public, ce lieu de liens, ne peut plus se penser comme il l'est depuis une vingtaine d'années.
    L'urgence d'une véritable politique du paysage, ambitieuse dans ses moyens mais raisonnablement modeste dans ses objectifs, s'impose à mesure que le tissu social se désagrège au rythme des réhabilitations des centres-villes et de la mise sous cloche d'espaces au nom du développement durable. II est encore possible de reconquérir le territoire pour en faire un espace véritablement public.

  • Jamais autant qu'en 2013, la classe politique ne se sera autant intéressée à la législation touchant à la famille. De la naissance à la fin de la vie, toutes nos habitudes vont être radicalement bouleversées dans les prochaines années : droits de l'embryon, PGA, PMA, statut des beaux-parents, droit des successions, droit à mourir dans la dignité, et bien entendu mariage des personnes de même sexe, débat qui a enflammé les esprits depuis le début de l'année 2013. Loin des polémiques et dans un vocabulaire accessible aux non-spécialistes du droit, Emmanuel Pierrat et ses associés vous aideront à comprendre de quoi notre vie, et notre mort, seront faits demain.

empty