XIXe siècle

  • Dans son testament dicté à Sainte-Hélène, Napoléon met la dernière touche à la geste impériale en chargeant Edouard Bignon (1771-1841), un de ses diplomates les plus fidèles, d' "écrire l'histoire de la diplomatie française de 1792 à 1815" . L'Empereur s'assure ainsi du jugement de la postérité. Dès 1829-1830 paraissent les six premiers tomes d'une Histoire de France qui en comptera quatorze et se clôturera en 1846.
    A l'ampleur de cet ouvrage répond la brillante analyse d'abondantes sources documentaires. Conformément au voeu de son commanditaire, l'Histoire de France est la première histoire du Consulat et de l'Empire jamais publiée. Loin d'être une apologie des conquêtes du grand homme, elle propose une réflexion inédite sur les années 1799-1815. L'intuition brillante de son auteur est de mettre en lumière une des tensions fondamentales de l'Empire : l'impossibilité pour Napoléon d'obtenir une paix en Europe sans amoindrir la position française et donc sa propre légitimité.
    Jusqu'ici indisponible, voici la première anthologie de cette Histoire de France, laquelle restitue deux spécificités : l'étude de la France et de son empire au sein de l'Europe, et sa narration par un acteur impérial, attaché aux valeurs de 1789 et à la Charte de 1814.

  • Le 2 juillet 1816, la frégate La Méduse s'échoue sur un banc de sable au large de la Mauritanie, avec à son bord 400 passagers. Cent cinquante d'entre eux sont abandonnés sur un radeau construit à la hâte qui dérive pendant treize jours. Sans provisions, les naufragés de La Méduse s'entre-tuent pour survivre, les rescapés dévorant la chair des cadavres gisant à leur côté. Quinze seulement survivent. Quatre témoigneront de cette expérience hors du commun. Leur récit bouleverse et divise la France de la Restauration. À travers la mise en cause du capitaine, dont l'incapacité est avérée, c'est le gouvernement lui-même qui est attaqué. Mais, au-delà de cette dimension politique, les Français découvrent avec stupeur et horreur cette aventure tragique et macabre qui touche les replis les plus sombres de l'âme humaine. Les souvenirs des guerres de l'Empire rejaillissent. La catastrophe de La Méduse, immortalisée par le peintre Géricault au salon de peinture et sculpture de 1819, permet d'exprimer un indicible refoulé pendant quinze ans.
    Reprenant, à partir des récits des témoins et d'archives inédites, le déroulement du naufrage et de ses suites, l'auteur emprunte les détours romanesques de l'aventure des naufragés et explore les profondeurs d'une société marquée par un quart de siècle de violences de guerre.

  • En 1898, Louise Michel achève la rédaction de son histoire de la Commune : « Écrire ce livre, annonce-t-elle au lecteur, c'est revivre les jours terribles où la liberté nous frôlant de son aile s'envola de l'abattoir ; c'est rouvrir la fosse sanglante où, sous le dôme tragique de l'incendie, s'endormit la Commune belle pour ses noces avec la mort, les noces rouges du martyre. Dans cette grandeur terrible, pour son courage à l'heure suprême lui seront pardonnés les scrupules, les hésitations de son honnêteté profonde. » Quelque vingt-cinq années après les événements, cette figure de la Commune de Paris n'a pas perdu de sa fougue.
    Dans ce récit passionné, elle raconte, jour par jour, les épisodes de ce drame qui lui valurent d'être emprisonnée puis déportée pendant près de dix ans en Nouvelle-Calédonie. La richesse et la précision de ses informations font de ce texte un document exceptionnel sur la Commune et ses acteurs. De plus, ses qualités stylistiques et la force de son écriture élèvent ce témoignage émouvant au rang des grands classiques de notre littérature politique.
    Cette nouvelle édition, entièrement revue, est augmentée de nombreux éclaircissements critiques, d'un index et d'un dossier photographique.

  • Ce livre, vendu à plus de 65 000 exemplaires depuis sa réédition en 1967 dans la « Petite collection Maspero », reste un grand classique. Son auteur, acteur et témoin de la Commune de Paris, se mit au travail au lendemain de la défaite et ce travail dura vingt-cinq ans. Il a enquêté avec acharnement auprès de tous les survivants, dans l'exil à Londres, en Suisse, puis consulté tous les documents disponibles à l'époque.
    Le résultat est cette « somme », qui n'est pas seulement un récit historique événementiel, de l'insurrection à la répression : elle est un tableau de tous les courants de la pensée sociale, de tous les affrontements internes, un bilan des réalisations ou des tentatives, « mesures éparses, tôt dispersées au vent de la lutte et des divergences, mesures significatives pourtant », qui caractérisent, pour Jean Maitron, cette Commune qui fut « un trait d'union plutôt qu'une coupure dans l'histoire du mouvement ouvrier français ».
    « La dernière barricade des journées de Mai, écrit Lissagaray, est rue Ramponneau. Pendant un quart d'heure, un seul fédéré la défend. Trois fois il casse la hampe du drapeau versaillais. Pour prix de son courage, le dernier soldat de la Commune réussit à s'échapper. » La légende veut que ce dernier combattant anonyme ne fut autre que Lissagaray lui-même : tant il est vrai que chez lui la modestie de l'historien va toujours de pair avec la ténacité et l'intransigeance du militant.

  • « Nous étions fermement persuadés que le vaisseau coulerait sous peu d'heures et, néanmoins, le feu continuait avec la plus grande vivacité, aux cris de «Vive l'Empereur !». » Malgré le panache et la bravoure des marins de l'Empire, pour les Français la bataille de Trafalgar signifie désastre et renoncement. Pour les Anglais, c'est une apothéose : ce 21 octobre 1805, la flotte commandée par l'amiral Nelson parvient à défaire l'armée navale franco-espagnole. Nelson en sort déifié, la Royal Navy en tire un immense prestige, et continue au XXIe siècle de célébrer son anniversaire avec une ferveur religieuse. En France, même si Napoléon construit encore des navires de guerre, c'est l'abandon de tout espoir de contester la maîtrise des mers aux Anglais et le début d'une amnésie volontaire.

    L'amiral Rémi Monaque dresse un tableau complet de la bataille, depuis ses prémices jusqu'à ses conséquences lointaines. Grâce au portrait des principaux acteurs du drame, à l'étude des trois marines impliquées et à la description des conditions de vie à bord comme des techniques de combat, il permet au lecteur de vivre la terrible journée dans toute son horreur et sa complexité. Il met aussi en pleine lumière le rôle joué par l'Empereur et offre à travers cette nouvelle édition le livre de référence sur Trafalgar.

  • Si les images de la guerre de 1870-1871 sont nombreuses - Napoléon III à Sedan, les barricades de la Commune, la charge des cuirassiers de Reichshoffen -, sa réalité et ses enjeux sont méconnus. Pourtant, les conséquences du premier conflit franco-allemand de l'ère moderne sur l'Europe sont immenses. Citons, à titre d'exemple, le cas de l'Alsace-Lorraine, perdue par la France lors de cette guerre. Elle n'aura de cesse de la réclamer, jusqu'à la Première Guerre Mondiale.
    Pour nous donner à comprendre ce conflit essentiel, Alain Gouttman a ouvert tous les dossiers : les circonstances du déclenchement du conflit, le déroulement des opérations jusqu'aux capitulations de Sedan, Metz et Paris, les raisons de la suprématie allemande lors des combats, les répercussions de la guerre dans les opinions publiques françaises et allemandes, la Commune de Paris...
    Ainsi se dessine une synthèse appelé a devenir une référence sur le sujet, tant dans la richesse des apports que par les capacités de narration de son auteur.

  • Les chiffonniers de Paris au XIXe siècle : un sujet original et inattendu. Un sujet d'une grande richesse, entre histoire, économie, urbanisme, littérature et art.
    Morceau de vieux linge, le chiffon sert à la fabrication du papier. Or la demande explose après la révolution industrielle, avec l'essor de l'instruction et l'abondance de la presse. Le chiffonnier est à la fois l'inquiétant rôdeur des nuits de la capitale et l'agent indispensable des progrès de la société. Sa figure hante l'oeuvre des écrivains et des peintres, d'Hugo à Baudelaire et Théophile Gautier, de Daumier à Gavarni.
    Dans son Tableau de Paris, Louis-Sébastien Mercier repérait en 1781 sa montée en puissance : «Le voyez-vous, cet homme qui, à l'aide de son croc, ramasse ce qu'il trouve dans la fange et le jette dans sa hotte?... Ce vil chiffon est la matière première qui deviendra l'ornement de nos bibliothèques, le trésor précieux de l'esprit humain. Le chiffonnier précède Montesquieu, Buffon et Rousseau».
    On voit les dimensions que prend le sujet. Antoine Compagnon les explore avec une érudition inépuisable. De l'hygiène des rues de Paris à l'administration des déchets ; de la prostitution, dont le monde recoupe celui des chiffonniers, à leur recrutement et aux mythes qui les entourent.
    C'est à une plongée toujours surprenante dans le Paris nocturne que nous convie l'auteur, le Paris des bas-fonds et celui de l'imaginaire collectif. Qui croirait que le premier dessin cité dans le Grand dictionnaire universel de Pierre Larousse à l'article «Caricature» montre un chiffonnier?
    Le crépuscule du chiffonnage parisien date de la fin du Second Empire : on fabrique maintenant le papier avec la fibre de bois et, en 1883, le préfet Eugène Poubelle décrète que les ordures seront déposées dans des récipients, lesquels prendront son nom.
    Mais le malfaisant marchand d'habits des Enfants du paradis, le film de Carné, suffit à illustrer la survivance du chiffonnier dans les représentations de Paris.

  • Un an après Waterloo, le monde est frappé par une catastrophe restée dans les mémoires comme l'« année sans été ». Que s'est-il passé ?
    En avril 1815, près de Java, l'éruption cataclysmique du volcan Tambora a projeté dans la stratosphère un voile de poussière qui va filtrer le rayonnement solaire. Ignoré des livres d'histoire, ce bouleversement climatique fait des millions de morts. On lui doit aussi de profondes mutations culturelles, dont témoignent les ciels peints par Turner ou le Frankenstein de Mary Shelley.
    L'auteur nous invite à un véritable tour du monde. Au Yunnan, les paysans meurent de faim. Dans le golfe du Bengale, l'absence de mousson entraîne une mutation redoutable du germe du choléra, dont l'épidémie gagne Moscou, Paris et la Nouvelle-Angleterre. L'Irlande connaît une effroyable famine, suivie d'une épidémie de typhus. En Suisse, des glaciers fondent brutalement, détruisant des vallées entières. Aux États-Unis, des récoltes misérables provoquent la première grande crise économique, etc. Ce livre, qui fait le tour d'un événement à l'échelle planétaire, sonne aussi comme un avertissement : ce changement climatique meurtrier n'a pourtant été que de 2 °C...

  • La proclamation de la Commune est un livre comme on n'en fait plus : un livre d'histoire, écrit par un philosophe qui multiplie les incursions dans l'économie et la sociologie, et adopte une perspective totalisante où transparaissent les débats politiques de son temps.
    En choisissant la journée du 26 mars 1871 comme objet et borne de son étude, Henri Lefebvre ne se contentait pas de répondre à une exigence éditoriale*, mais entendait arracher la Commune à ses interprétations mécanistes et téléologiques - bourgeoise ou stalinienne -, pour lui rendre toute sa puissance créatrice.
    S'il analyse, en marxiste, les conditions économiques, politiques et historiques de l'événement, c'est pour en souligner l'imprévisible, le contingent et l'exceptionnelle nouveauté. Pas plus que ses victoires, l'échec de la Commune n'était écrit d'avance. Et l'horizon des possibles qu'elle ouvrit au mouvement ouvrier dépasse de loin la conscience historique de ses acteurs. « Restituer non seulement les faits, mais leur signification aujourd'hui obscurcie », telle est la tâche que se donne Lefebvre dans ce livre foisonnant.
    Le tableau qu'il dresse de la période, de l'effondrement du second Empire à la proclamation de la Commune est multiscalaire : la mémoire et les aspirations des contemporains y comptent autant que les données macroéconomiques. On y retrouve des thèmes chers à l'auteur : l'urbain (« l'insurrection parisienne de 1871 fut la grande et suprême tentative de la ville pour s'ériger en mesure et norme de la réalité humaine »), la vie quotidienne (« la quotidienneté se transforme en fête perpétuelle ») et le problème, resté irrésolu, de l'État, que les communards abordèrent avec un mélange de naïveté, de sensibilité fédéraliste et d'inventivité sociale. Son récit n'élude pas les grandes questions stratégiques qui traversent l'historiographie de gauche de la Commune : le rôle du Comité central de la garde nationale, les contradictions du « complexe idéologique » constitué par les différents courants (blanquistes, proudhoniens, républicains et internationaux), l'organisation militaire, l'habileté et la bassesse de l'adversaire (Thiers), etc. Mais ce livre est avant tout un hommage, dont la valeur prospective reste intacte, à l'« extraordinaire mélange de grandeur et de folie, de courage héroïque et d'irresponsabilité, de délire et de raison, d'exaltation et d'illusion » qui fait le « style » de la Commune.

  • Septembre 1845. La conquête de l'Algérie paraît terminée. L'armée française contrôle tout le pays, à l'exception du Sahara. L'encombrant maréchal Bugeaud annonce sa démission. C'est alors qu'Abd el-Kader, réfugié au Maroc, reprend la lutte. Il anéantit une colonne française à Sidi-Brahim, prélude à une brillante campagne, dans laquelle il démontre ses qualités de stratège. Les plateaux d'Oranie, le massif du Dahra, la plaine du Chélif s'embrasent à l'appel des confréries. La France des notables s'obstine et envoie des renforts. Les généraux de l'armée d'Afrique recourent à des méthodes tristement éprouvées. L'insurrection est écrasée. L'armée triomphe, mais l'avenir de la colonisation demeure encore bien incertain. Jacques Frémeaux signe le premier ouvrage de fond sur cet épisode méconnu de la « pacification » française en Algérie.

  • Au fil de cette balade littéraire en 101 étapes dans les vingt arrondissements, le lecteur-flâneur explore le Paris vécu, pittoresque et parfois excentrique de la Bohème et des petits métiers du XIXe siècle. Il se familiarise avec le « Matelas épatant » de la rue des Vertus, fait connaissance avec « La Marchande de plaisirs » du Palais Royal ou « Le Tatoueur » de la rue Polonceau, s'étourdit à « La Foire de Ménilmontant », visite « L'Éléphant » de la place de la Bastille ou encore assouvit son goût du sensationnel à « La Cité du sang » de La Villette ou au « Ratodrome » de la porte Maillot...
    Cet ensemble de « petites histoires » restitue des expériences urbaines hautes en couleur, et invite le lecteur à se perdre dans les « faubourgs de l'imprimé » en découvrant des auteurs comme Germain Nouveau, Octave Uzanne, Georges Montorgueil, Émile Goudeau, Jules Vallès au travers de textes touchants, étonnants et humoristiques.

  • La construction d'un espace politique, économique, social et culturel européen n'est pas une idée neuve. Mais au 19e siècle, l'idée se heurta à la force de la nation comme modèle politique.  De 1815 à 1871, l'Europe des nations domine la vie politique du temps : du congrès de Vienne et de la Sainte- Alliance à l'achèvement de l'unité italienne et allemande, des peuples aspirent à former des nations érigées en États, sous l'oeil bienveillant ou hostile des grandes puissances. Tout en dressant le portrait de ces puissances et des régions particulièrement concernées par la question des nationalités, cet ouvrage s'intéresse aux grands mouvements culturels européens comme le romantisme et montre l'essor économique parallèle de l'Europe.  Il analyse ensuite l'Europe des nationalismes de 1871 à 1914, période de tensions politiques, économiques, culturelles, militaires (naissance de la Triple-Entente et de la Triple- Alliance). L'accent est mis sur les mouvements d'idées, sur l'émergence simultanée de courants socialistes pacifistes et internationalistes et de courants nationalistes bellicistes et antisémites.
    L'Europe domine le monde par la colonisation et par la culture, mais cette domination externe s'accompagne de déchirements internes, autour des Balkans ou du Rhin, qui entraînent l'Europe sur la voie de la « marche à la guerre ». 

  • Déjà traduit dans une dizaine de langues, ce maître livre d'histoire globale se classe d'emblée par son ambition, son écriture et l'ampleur de ses approches au rang des Braudel ou Hobsbawm (dont il offre un contrepoint libéral).
    Cet ouvrage offre un panorama historique particu- lièrement ambitieux du monde au xix e siècle, une époque de fort bouleversement. À partir d'une masse de sources et d'une grande variété d'angles de vision se dessine le portrait à facettes d'une époque cru- ciale de notre histoire. Osterhammel s'appuie sur des structures et des modèles, des ruptures marquées et des continuités, des similitudes et les différences.
    Cette histoire globale du xix e siècle est d'abord une his- toire des villes, des transports, de la production, des échanges, des migrations, de la démographie, etc.
    à l'échelle du monde. Ce sont avant tout les phéno- mènes transnationaux ou transcontinentaux, non événementiels, qui occupent le devant de la scène.
    L'objet de cette histoire, ce sont donc les structures « braudéliennes » de la vie quotidienne et des dyna- miques à l'oeuvre.La mise en service des égouts de Londres est ainsi présentée comme un événement de portée mondiale...
    L'auteur décentre le point de vue par rapport à l'his- toire nationale et événementielle. Il rétablit le poids des événements hors d'Europe occidentale à une plus juste mesure. C'est bien une histoire post-colo- niale et une histoire mondiale, c'est-à-dire ni particuliè- rement européenne ou nationale, même pour le siècle de la domination européenne (ou « occidentale ») du monde.

  • La France en Algérie... Une histoire longue et douloureuse, dont les conséquences se font encore sentir dans les événements qui touchent les deux pays, liés pour le meilleur et pour le pire depuis près de deux siècles. Mais sait-on vraiment comment tout a commencé? Du débarquement de l'armée d'Afrique à Sidi Ferruch, en 1830, jusqu'à la veille de la Première Guerre mondiale, l'auteur raconte les étapes de l'établissement de la France en Afrique du Nord : la guerre et la reddition d'Abd el-Kader ; l'arrivée et l'installation des premiers colons ; l'utopie du "royaume arabe", que Napoléon III ne sait pas imposer ; puis, après 1870, l'action de la République qui croit consacrer l'Algérie française.
    Pour les Algériens d'aujourd'hui, cette période est celle d'une très dure conquête, de la perte de leurs meilleures terres, de l'installation d'un régime oppressif et injuste. Les Français la méconnaissent trop souvent, quand ils n'en rejettent pas les fautes sur les seuls colons. Cependant, en 1914, le système colonial paraît solide, fondé sur une administration efficace, une certaine collaboration des élites musulmanes, le dynamisme des colons et la résignation des paysans algériens.
    La réalité est plus complexe, l'équilibre plus fragile qu'on ne pense. Analysant la mentalité des hommes qui ont déclenché la conquête et de ceux qui ont résisté, la violence qui se déchaîne des deux côtés, les erreurs manifestes et les bonnes intentions parfois funestes, cet essai montre les résultats des mauvais choix, nés de l'incompétence des dirigeants et de l'ignorance des peuples. ri nous permet de mieux comprendre la force et la complexité des relations qui persistent entre les deux pays.
    Ces dernières seront étudiées dans un second volume traitant de la période allant de la Grande Guerre à la Guerre d'Algérie.

  • Ce livre constitue une perspective historique (celle de la minorité) sur cet épisode révolutionnaire et il est, selon les mots de Bernard Noël, un véritable « traité idéologique ».
    Pour Arnould, comme pour Lefrançais, membres tous deux de la « minorité » socialiste, non jacobine, non blanquiste, la Commune a trouvé « la formule exacte de la souveraineté populaire » en substituant le principe de la fédération, de l'union libre de collectivités autonomes, à tout centralisme politique. La formule inédite de la souveraineté par l'union, redoublée par l'anonymat de l'auto-gouvernement, accomplit les grandes idées du socialisme utopique. Mais cet accomplissement est vite contrarié par la situation de guerre étrangère et civile. Aussi la Commune se trouve-t-elle soumise à une tension contradictoire entre le socialisme utopique et le pragmatisme jacobin. Soumise à cet antagonisme, lui-même aggravé par la guerre, il faut à la Commune devenir efficace dans l'urgence ou abandonner le gouvernement à un Comité de salut public.

  • Durant plus de 130 ans de présence française, de 1830 à 1962, colons et Algériens se sont côtoyés, croisés, affrontés, haïs, aimés... Durant plus de 130 ans, ils ont vécu sur la même terre et été les acteurs volontaires ou désignés de la domination coloniale. Draria, aujourd'hui faubourg d'Alger, a été l'une des premières implantations françaises. En une dizaine d'années à peine, ce hameau agricole s'est peuplé de familles de paysans et d'artisans venus de France ou d'Europe.
    Les nouveaux arrivants ont pris possession des lieux et établi les règles d'une coexistence qui s'est achevée avec la guerre d'indépendance de l'Algérie. Colette Zytnicki se penche sur un siècle de vies partagées dans le village de Draria. Elle suit, génération après génération, l'histoire quotidienne des familles de colons et d'" indigènes ". Elle révèle les bouleversements les plus profonds et les histoires banales ou hors du commun qui dessinent les contours de la vie d'un village à l'heure coloniale.

  • Au sud de la Sicile, une île est en train d'émerger, ou plus exactement de resurgir. Julia pour les Français, Ferdinandea pour les Italiens, Graham pour les Britanniques, l'île avait déjà fait parler d'elle en 1831, quand les revendications des trois pays avaient failli dégénérer en guerre navale. Puis elle disparut subitement après six mois d'existence. Pour elle, un duel opposa un officier français à un prince sicilien. L'île intermittente reçut la visite de Walter Scott ; elle inspira aussi Fenimore Cooper, Alexandre Dumas et Jules Verne.

    Aujourd'hui, l'île est en train de remonter à l'air libre et devrait bientôt réapparaître. Sa position stratégique nourrit de nouveau les ambitions des puissances riveraines. Or la France a des droits sur cette terre, dont elle a formellement pris possession le 29 septembre 1831. À partir de sources diplomatiques, scientifiques et littéraires, Bruno Fuligni nous dépeint l'île Julia comme un être vivant, capricieux et mystérieux : une belle qui fit rêver de grands noms de la littérature et que les puissants n'ont jamais cessé de convoiter.

  • Dans le voyage en Italie de Franz Liszt, nombreux sont les chefs-d'oeuvre vus qui, sans donner leur nom à une composition, enrichissent à coup sûr l'imaginaire de cet artiste, un «enfant du siècle» à la recherche, dans les autres arts, d'émotions qu'il transpose en musique.
    Cet ouvrage en forme de récit initiatique nous ouvre les portes de l'intimité du compositeur Franz Liszt qui, entre 1837 et 1839, parcourt l'Italie avec sa compagne, Marie d'Agoult.
    Grâce à leur correspondance et au journal que rédige quotidiennement Marie, on assiste à l'évolution de l'artiste dans sa recherche d'échanges entre les disciplines artistiques, jusqu'à ce que ses découvertes deviennent pour lui sources d'inspiration. Marie d'Agoult note avec constance les lieux visités, les réactions advenues, communes ou individuelles, partagées ou divergentes. Du lac Majeur à Pavie, de Milan à Venise, de Gênes à Florence, de Pise à Rome, d'Assise à Arezzo, Franz et Marie apprennent et façonnent leur regard artistique au contact des oeuvres qu'ils contemplent. On déambule avec eux à travers les ateliers des sculpteurs de l'Antiquité (Praxitèle, Lysippe, Léokadiès), des peintres (Michel-Ange, Giovanni Bellini, Dürer, Léonard de Vinci, Véronèse, Titien), des sculpteurs (Donatello, Jacopo Sansovino, Bartolini) ou encore des architectes (Palladio, Longhena).
    C'est à la découverte de ces oeuvres d'art à travers le prisme de Liszt et Marie que le lecteur est ici convié. Synesthésie, quête artistique permanente, acquisition d'une culture «décloisonnée» par deux êtres vifs-argents, dont on voit s'accroître les connaissances et la sensibilité aux arts visuels. À travers eux, la composition musicale en a bénéficié, la critique d'art aussi. Cet ouvrage rend compte, de cette démarche constituant une page importante de l'histoire du Romantisme et des créations du compositeur Franz Liszt.

  • Le meurtre de Fualdès, ancien procureur impérial de l'Aveyron, le 19 mars 1817, est l'une des plus célèbres affaires criminelles du dix-neuvième siècle. Formidable fiasco policier et judiciaire, elle a vu la naissance de la presse à sensation, des reporters dépêchés sur place faisant partager à la France puis à l'Europe entière, et jusqu'aux États-Unis, le feuilleton des évènements. Ce livre écrit par des historiens nous montre comment l'opinion s'emparant du fait divers sécrète une mythologie du crime.

  • L'ouvrage étudie les relations entre le paysage et les identités contemporaines au Pays basque espagnol. À partir d'une approche qui combine l'histoire et la géographie culturelles, il analyse le processus de construction historique du paysage basque en mettant en évidence ses multiples significations politiques et sociales.

  • C'est une jolie histoire comme il pourrait en arriver plus souvent grâce au travail effectué par les musées et aux nouvelles technologies.
    L'histoire d'un homme, Alfred Binant qui commande en janvier 1871, trente six tableaux de grands formats à une équipe de peintres pour relater des événements civils et militaires du Siège de Paris, exalter le courage, l'héroïsme, la patience et le dévouement des Parisiens encerclés.
    L'ensemble est ensuite donné à la Ville de Paris, treize sont au musée Carnavalet.
    Quid des vingt-trois tableaux manquants ?
    Les recherches mènent contre toute attente vers la Ville de Digne-les-Bains qui conserve des exemplaires modello en tous points comparables à leurs grands frères.
    Les trente-six « miniatures » restaurées sont présentés pour la première fois à Digne avant de rejoindre les collections du musée d'art et d'histoire de Saint-Denis pour enrichir son fonds unique sur la guerre de 1870 et la Commune de Paris.

  • Le Second Empire : une période injustement négligée par l'histoire, fer de lance de la modernité !
    Sans Second Empire : pas de Paris haussmannien, pas d'éclairage public, pas de grands magasins...
    Une approche décalée mais traitée avec sérieux, qui passionnera un large public.

    Une parution prévue au moment de l'exposition « Spectaculaire Second Empire » au Musée d'Orsay.

empty