Histoire

  • Peu de souverains ont laissé une trace aussi profonde dans les légendes et dans les contes que le roi Salomon. Personnage historique ayant régné de 970 à 930 avant J.-C., bâtisseur du Temple de Jérusalem, fondateur de villes et de forteresses, prophète élu de Dieu ayant empire sur les démons, détenteur d'objets magiques, ce fils de David, grand amoureux de la reine de Saba, réputé pour sa sagesse, auteur de livres de médecine, de lapidaires et d'un herbier, a fait l'objet de mille récits et a trouvé sa place au panthéon des hommes ayant marqué l'Histoire.
    En s'appuyant sur nombre de témoignages (hébraïques, arabes, latins, grecs, russes, indiens...) importants, mais souvent inconnus car dissimulés dans des ouvrages anciens, rassemblant un corpus de récits populaires de quatorze pays, Claude Lecouteux retrace la légende du roi Salomon, légende qui, au fil du temps, a été embellie, développée, enrichie d'apports extérieurs, donnant ainsi naissance au souverain mythique aux multiples facettes.
    43 illustrations issues de manuscrits anciens.
    Notes et index des auteurs et des oeuvres.

  • Siegfried, Odin, la Lorelei, le Roi des Aulnes, autant de personnages mythiques bien connus. Pourtant, s'étendant de l'Allemagne à l'Islande, la mythologie germanique, et plus précisément germano-scandinave - souvent victime de préjugés en raison de fâcheuses récupérations historiques -, reste dans l'ensemble trop ignorée.
    Du Moyen Âge à nos jours, s'appuyant notamment sur les Eddas, les Sagas, les légendes et les traditions populaires, ce dictionnaire nous invite à arpenter des espaces enchantés où foisonnent dieux, fées, elfes, lutins, revenants, nains et géants. Il nous décrit, par exemple, les cultes rendus aux sources et aux arbres, maints rituels magiques, nous conte l'éternelle errance du Chasseur maudit, l'étrange aventure de Peter Schlemihl et de nombreuses autres histoires fabuleuses.
    Unique en son genre, oeuvre d'un éminent spécialiste, cet ouvrage nous dévoile ainsi toute la richesse et la poésie d'une des plus grandes cultures européennes.

  • Au XIXe siècle, à trois reprises - lors des chantiers haussmanniens, des bombardements prussiens de 1870, puis de la Commune - Paris se couvre de ruines. A partir d'archives et de témoignages, Eric Fournier retrace avec précision les violences infligées à la cité, et les bouleversements qu'elles impliquèrent dans la sensibilité de ses habitants. En rapprochant les grands travaux impériaux du sombre projet prêté aux communards - anéantir la capitale -, il met en lumière le lien qui unit le désir de contrôler la ville au besoin de la détruire. Il s'attache à comprendre comment le peuple de Paris, qu'il soit acteur ou spectateur, vécut l'intensité des chocs successifs, la disparition de son cadre de vie ou le remaniement brutal de sa géographie mentale. Il étudie enfin l'apparition, sur les pierres encore fumantes, d'un étonnant tourisme des ruines largement commenté par de véritables Guides. Dans cet ouvrage original, décrivant les ravages que provoquèrent alors la démesure des rénovations, puis l'explosion des obus, les incendies et les combats de rue, Eric Fournier se fait ainsi l'historien des Parisiens traumatisés par le surgissement et l'amoncellement des décombres au coeur de leur cité.

  • Arthur, Lancelot, Perceval, la fée Morgane, Escalibor, Brocéliande. nul n'ignore ces noms célèbres, mais qui connaît Guivret le petit, le chevalier Outredouté, Gormon Coeur Fier ou Le Beau Couard ? À vrai dire, il n'est guère facile de s'aventurer seul dans le vaste palais des mythologies arthuriennes.
    En éminent médiéviste, Philippe Walter nous offre le sésame permettant de pénétrer et de découvrir le monde foisonnant de la légende de la Table ronde. Il restitue à la matière celtique - bretonne, mais aussi galloise et irlandaise - la place privilégiée qui lui revient, sans négliger toutefois l'héritage indo-européen ou la greffe biblique si manifeste dans la quête du Graal.
    Avec près de six cents rubriques, ce dictionnaire se veut d'abord un guide de lecture, allant des premiers textes du VIIIe siècle à l'épanouissement courtois du XIIe siècle jusqu'à la christianisation tardive de la fin du Moyen Âge. Novateur dans sa démarche pluridisciplinaire, entrecroisant littérature, histoire, anthropologie, archéologie et philologie, il nous offre une synthèse magistrale jamais réalisée jusqu'alors.

  • Bien au-delà des célèbres Madelon ou Chanson de Craonne, Pascal Wion entreprend ici de raconter, au travers de ces couplets à la mode en leur temps, l´histoire du terrible conflit. Précieux témoins de la mémoire collective d´alors, ces refrains oubliés nous font revivre ces quatre années tragiques durant lesquelles Poilus et civils exprimèrent ainsi leurs espoirs, leurs railleries, leurs désillusions et, surtout, leurs souffrances.

  • Saint Martin sur son âne, saint Christophe à tête de chien, saint Hubert accompagné de son cerf, voilà bien des saints bizarres et fort peu catholique. Et pour cause. Derrière les figures vénérées de notre calendrier se dissimulent d'anciennes divinités païennes que le christianisme médiéval dut assimiler pour s'imposer. Et, dans un subtil compromis religieux, L'Eglise sut inscrire son message dans les grands cycles festifs de l'année celtique qui lui avaient préexisté.
    Eminent spécialiste du Moyen Age et la Légende dorée, Philippe Walter retrace la lente constitution de cette mythologie christianisée - totalement étrangère à la Bible - et redonne toute leur cohérence aux croyances, fêtes et rites souvent incompris, mais toujours présent dans notre culture.

  • En 1658, plusieurs religieuses du couvent des Ursulines d'Auxonne se disent possédées par les démons. Les exorcismes effectués par les aumôniers restent d'abord secrets. Mais, en 1660, l'« épidémie diabolique » s'étend hors les murs et atteint les habitants de la ville.
    Des exorcismes publics ont alors lieu dans l'église paroissiale.
    Soupçonnées de sorcellerie, des femmes laïques sont condamnées au bannissement, tandis que deux d'entre elles sont massacrées par la population.
    Benoît Garnot recherche les causes de ces possessions, en observe les symptômes, décrit leur traitement, puis examine les regards contradictoires portés de l'extérieur sur cet étrange épisode. Il décrypte les véritables raisons des actes et des déclarations des jeunes nonnes, et dégage leur signification réelle. Cet ouvrage se présente ainsi comme une « étude de psychologie historique », réalisée à l'occasion d'un événement exceptionnel qui a fourni des archives exceptionnelles.

  • Les morts qui reviennent ont une histoire. A partir des récits anciens, des rites et des coutumes funéraires subsistant parfois de nos jours, Claude Lecouteux tire de l'oubli les fantômes et les revenants d'antan, jusqu'alors négligés par les historiens. Le Moyen Âge de l'Europe du Nord offre, dans notre civilisation occidentale, un champ privilégié pour décrire le retour des défunts et retracer le combat que l'Eglise leur livra. Qui revient ? A quels moments se produisent les hantises ? Pourquoi certains morts amènent-ils fécondité et prospérité tandis que d'autres répandent terreurs et massacres ? Quelle force anime le cadavre jusqu'à le faire sortir de sa tombe et de quelle conception de l'au-delà de tels phénomènes relèvent-ils ? Car s'ils constituaient jadis de redoutables manifestations, fantômes et revenants n'en étaient pas moins intégrés dans la mentalité collective d'alors.

  • Anna, grande Déesse-Mère, Dagda à la massue, difforme et tout-puissant, Lug, maître du Temps, Merlin, barde magicien... Voici rassemblée dans ce dictionnaire unique toute la mythologie celtique - divinités munies de leurs attributs magiques, créatures merveilleuses, druides légendaires, héros aux exploits fabuleux...

    Tout en privilégiant les aspects archaïques et préchrétiens, cet ouvrage révèle combien ces histoires et ces croyances nous restent proches. Ne donnent-elles pas leurs noms à nos villes, à nos fleuves ? Et se perpétuant dans les traditions populaires - celles de la Dame blanche, de la Vouivre ou de la Tarasque -, ne constituent-elles pas pour l'Occident, depuis le XIIe siècle, une inépuisable source littéraire ? Qui ne se souvient du Graal, des amours de la Blonde Yseult, du tonitruant Gargantua ou du cri de Mélusine ?

    S'appuyant sur les textes mais aussi sur les découvertes les plus récentes - notamment, celles de l'archéologie -, Jean-Paul Persigout nous invite à arpenter la mythologie celtique dans sa diversité et sa pleine extension géographique. De l'Irlande à l'Ecosse, du pays de Galles à la Cornouailles, de la Gaule à la Bretagne, il nous guide, à travers cet ouvrage rigoureux mais accessible à tous, au c¦ur d'un imaginaire foisonnant, trop souvent déguisé ou oublié.

  • Peut-on vraiment dire, comme l'a affirmé Barthes, que tout est « mythe » ? Etude des mythes en littérature, la mythocritique connaît aujourd'hui un essor important et une mise au point - terminologique, théorique et méthodologique - s'avérait nécessaire. Réunissant des spécialistes reconnus, ce dictionnaire propose tout à la fois d'explorer le mythe dans de multiples domaines - Antiquité, Bible, biographie, épopée, fantastique, musique, poésie... - et d'en exposer les méthodes d'analyse. Loin de chercher à fixer des bornes, à définir des concepts, en somme, à offrir un bilan clos, les auteurs présentent, au contraire, un bilan dynamique des approches contemporaines sur - et autour de - la mythocritique. Ceci, sans enfermer leur propos dans le carcan d'un traité, ce qui contredirait l'ouverture de cette discipline aux autres champs de la critique.

  • Après Contes, Diableries et autres merveilles du Moyen Âge, Claude etCorinne Lecouteux nous offre ici un ensemble de récits de voyage où lemerveilleux est omniprésent. On y rencontre des créatures fantastiquescomme ces hommes à tête et au cou de grue, des objets magiques divers,des philtres, des arbres qui parlent, des démons hideux infligeant d'horriblessupplices, des métamorphoses temporaires, des fées séductrices... Ensomme, tout un monde fabuleux qui nous transporte dans un ailleursmythique et qui reflète les rêves, les croyances et les traditions des hommesdu Moyen Âge.Claude et Corinne Lecouteux accordent une attention particulière aux illus-trations des manuscrits et des incunables car elles révèlent ce que les clercsjugeaient digne d'être peint ou dessiné. Le présent ouvrage comporte ainsiprès de deux cents illustrations.
    />

  • Crâne doué de parole, lion bienveillant, pape diabolique, nain magicien, pucelle venimeuse., au Moyen Âge, trouvères et troubadours disposent d'un vaste répertoire de figures surnaturelles issues de la tradition orale.
    Des contes d'animaux aux légendes héroïques, de l'apologue sur l'amour et le mariage à la fable de sagesse, les récits adaptés et transcrits par les poètes et les romanciers nous sont ici présentés dans leur riche diversité, et nous permettent de mieux saisir les mentalités d'autrefois.
    Avec une immense érudition et pour notre plaisir, les deux maîtres d'oeuvre, Claude et Corinne Lecouteux, font ainsi revivre à travers ces merveilles et diableries l'univers médiéval et son fabuleux imaginaire.

  • Les recettes de guérison et de protection possèdent une histoire qui se perd dans la nuit des temps. elles se transmirent d'abord de bouche à oreille, entre initiés, puis trouvèrent le chemin de l'écrit, ce qui nous permet de les connaître aujourd'hui. les vecteurs de la transmission furent les codex de pharmacie et les traités médicaux, les médicinaires et les antidotaires - recueils médiévaux de recettes de médicaments -, les herbiers, les lapidaires.
    Puis ces ouvrages savants ont peu à peu accueilli les pratiques des mages.
    L'Église, bien sûr, n'eut de cesse de combattre ces pratiques héritées du paganisme et fit alors appel à Dieu, au ban et à l'arrière-ban des prophètes, des apôtres et des saints, ces derniers se spécialisant sur certaines guérisons, le plus souvent en rapport avec leur martyre. on brisa les dents de sainte apolline, aussi l'invoque-t-on pour les maux de dents.
    Claude lecouteux a réuni, classé et commenté dans cet ouvrage près de six cents recettes et pratiques de guérison et nous offre ainsi une nouvelle étude exceptionnelle sur la mentalité magique médiévale.

  • Autrefois par les nuits d'hiver, dans le ciel ou sur terre, on entendait passer une troupe effrayante et mystérieuse, un étrange cortège de fantassins et de cavaliers, les uns ensanglantés, les autres portant leur tête sous le bras. C'était la Chasse sauvage, la terrible cohorte des damnés.
    Croyance populaire profondément enracinée dans les mentalités, la Chasse sauvage avait jadis une fonction sociale et correspondait à une véritable conception du monde. Mais soumise à l'usure des mémoires et aux assauts de la " vraie foi " que fut le christianisme, elle se trouva déformée et mêlée à d'autres traditions.
    Cet ouvrage rassemble les multiples facettes du mythe, et ce jusqu'à une époque récente.?Poursuivant ses magistrales recherches sur les légendes et les superstitions liées à la mort et à l'au-delà, Claude Lecouteux nous plonge, une nouvelle fois, au coeur des hantises et des peurs de l'homme médiéval.

  • Le Père Noël n´est pas tombé du ciel... Le jovial vieillard vêtu de rouge, que l´on croise en décembre dans les rues illuminées, n´est nullement une invention récente. Et, par le passé, ce bonhomme tant attendu par les enfants suscita souvent appréhension et frayeur... Mais qui se cache vraiment derrière la célèbre barbe blanche ?

    Remontant jusqu´aux sources médiévales, Karin Ueltschi retrace la généalogie mythique du Père Noël, montre la cohérence symbolique de ses « accessoires » - du traîneau à la hotte - et redonne ainsi à cette figure, tout à la fois familière et secrète, sa véritable et étonnante stature.

  • Le livre des grimoires

    Claude Lecouteux

    • Imago
    • 25 Août 2008

    Grimoires.
    A l'évocation de ce mot, surgit un univers inquiétant oú magiciens et sorciers d'antan se livrent, sur fond de figures cabalistiques, à d'étranges opérations se déroulant dans la nuit, dans un cimetière, à un carrefour ou dans l'antre d'un cabinet secret. le roman, le cinéma et même la bande dessinée ont fortement popularisé ces images stéréotypées. mais quelle réalité recouvre cette fascination ? au moyen age, le grimoire désigne un ouvrage écrit en latin, mélange de recettes diverses pour guérir certains maux, conjurer ou invoquer les démons, fabriquer des talismans ou des amulettes, lever ou jeter des sorts.
    D'abord en petit format, fascicule de poche à l'usage des mages " en déplacement ", il se transforme en grand in-folio, monumental volume de consultation. eminent connaisseur du moyen age, et de ses " curiosités ", fervent et authentique collectionneur de grimoires, claude lecouteux entreprend ici d'ouvrir ces livres énigmatiques et d'en présenter le contenu. obscurs, cryptés, truffés de symboles, de dessins et de mots hermétiques, les grimoires, sans perdre de leur densité poétique, nous deviennent, au terme de ce voyage guidé, plus accessibles et nous révèlent ainsi nombre de leurs mystères.

  • Mal contagieux pourrissant lentement les corps, reléguant de sinistres compagnies en marge des communautés humaines, la lèpre, endémique dès les premiers siècles de notre ère, obsédante, impressionna l'homme médiéval plus que toute autre calamitié. Quelle était la vie quotidienne du lépreux de jadis ? Rejeté, coupé des siens et des hommes - et même déclaré « mort au monde » lors de funèbres liturgies - errant ou confiné dans les maladreries, comment survivait-il ? Qui l'assistait dans sa souffrance, et comment les léproseries étaient-elles organisées ? Que pouvaient les médecins d'alors contre un fléau suscitant tant d'effroi et de fantasmes ? Quelle était, dans le calvaire des lépreux - ces pitoyables exclus - la part des rumeurs, des réactions populaires ou des croyances religieuses ? Lazare, et d'autres personnages bibliques, permettaient à l'homme du Moyen Age de déchiffrer la sombre énigme de cette tragique maladie : salaire du péché, image de la déchéance humaine ou signe paradoxal d'élection rapprochant mystérieusement le ladre du Christ, la lèpre devient marque de damnation ou de salut. Cet ouvrage, fruit de quinze années de recherche, fait surgir du passé la terrible silhouette du lépreux agiatant sa crécelle et devant qui chacun s'écarte.

  • La lutte de Vercingérorix - alliance des Gaulois divisés, victoire de Gergovie, défaire d'Alésia et reddition à César - est inscrite dans la mémoire des Français comme un premier drame national. Mais comment un idéal politique a-t-il pu se façonner autour d'un héros vaincu dont on sait, en fait, peu de chose ? Par l'étude des historiens, des écrivains, des manuels scolaires, des discours politiques et des oeuvres d'art, André Simon met en lumière la façon dont le chef gaulois s'imposa peu à peu pour devenir, au XIXe siècle et jusqu'à notre époque, le « premier des Français ». La royauté se réclamait de Clovis, fondateur de la monarchie chrétienne. Mais les républicains, bientôt suivis de toutes les familles idéologiques, cherchèrent à ancrer la légitimité de leur pouvoir en Vercingétorix. Ce champion de l'indépendance, de la liberté, de l'unité nationale, représenta dès lors pour tous la nouvelle incarnation de la patrie. Salué pour sa bravoure et le sacrifice qu'il fit de sa personne pour épargner les siens, plaint pour son martyre, Vercingétorix, tout comme Jeanne d'Arc, offre dans les grands revers nationaux un mythe consolateur où le vaincu apparaît plus noble que son vainqueur, et garantit ainsi la résurrection de son pays. A l'heure où les métamorphoses de notre société suscitent des interrogations sur les problèmes d'identité, cet ouvrage original permet, à travers un modèle, de mieux comprendre l'élaboration et l'utilisation à des fins souvent antagonistes, des fondements mêmes de l'idéologie française.

  • Récits, nos rêves et nos hantises. Mais de quelles croyances sont-ils la survivance ? Claude Lecouteux a décelé, dans les légendes germano-scandinaves et dans maints aspects de la culture européenne, une conception religieuse oubliée : l?âme, ou plutôt le Double, peut, sous une forme humaine ou animale, s?échapper du corps pendant le sommeil, la transe ou même le coma, puis réintégrer son enveloppe charnelle.
    Et si certains subissent, bien malgré eux, cet étrange voyage, d?autres, parfois accusés de sorcellerie, savent le provoquer. Étonnant archéologue de l?âme médiévale, Claude Lecouteux révèle l?importance de la croyance au Double, et en saisit les métamorphoses à travers les siècles. Ainsi, loin d?être des fantaisies ou de vagues superstitions, fées, sorcières et loups-garous témoignent d?une vision ancienne, combattue, refoulée mais cohérente, du monde et de l?au-delà.

empty