Editions Du Linteau

  • L'architecture gothique est-elle perfectible ? Aux environs de 1855, les Romantiques, s'appuyant sur le Moyen Age et le passé national, sont en passe de l'emporter sur les Classiques, mais le " canon grec ", à la fois symbole de la démocratie et canon de la beauté, a la vie dure.
    L'Institut aussi. Le monde architectural est à la recherche d'un style qui soit enfin propre au XIXe siècle. Le fer peut-il engendrer cette architecture nouvelle ? Le XIXe siècle peut-il enfin sortir des copies et se trouver son style ? Tels sont les objets de la querelle.

  • Publié en fascicules de 1878 à 1881, ce livre n'avait pas, à ce jour, été réédité. Il est cependant exceptionnel. Jamais, à notre connaissance, un architecte n'a analysé avec ce recul, cette lucidité et ce souci du détail une oeuvre juste achevée. Garnier le fait en outre avec un allant, une fougue et une liberté de ton qui en rendent la lecture distrayante autant qu'instructive : ses digressions - sur le métier d'architecte, sur les rapports des artistes et des architectes... - sont d'une étonnante actualité. On y a joint le ctalogue de ses oeuvres architecturales et écrites. La préface, signée de Bernard Marrey, rappelle le contexte politique dans lequel fut lancé le concours et les vicissitudes politiques et économiques du chantier.

empty