Pu De Limoges

  • Le volume réunit vingt-et-une contributions relatives à l'Église médiévale et au jeu des autorités. La période centrale retenue est celle du Moyen Âge, mais les structures du gouvernement de l'Église médiévale se construisent sur le legs de l'Antiquité et l'ouvrage ne néglige pas les évolutions ultérieures. Qui détient l'autorité à l'intérieur de l'Église, société structurée et hiérarchisée ? Les réponses ont varié. L'évêque de Rome a affirmé sa primauté au cours de l'Antiquité tardive. Les évêques, agissant collégialement en concile, ou individuellement à la tête d'un diocèse, participent au gouvernement de l'Église. L'Église s'inscrit dans une société que des princes entendent régir. Le dialogue entre les deux puissances met côte à côte, ou souvent face à face, empereurs, rois, seigneurs et autres princes temporels d'une part, pape, évêques et autres dignitaires ecclésiastiques d'autre part. Les autorités, religieuses ou séculières, édictent du droit, régissant la vie de l'Église et celle de ses membres, clercs ou laïques. Le droit relatif au mariage illustre la collaboration, ou le heurt, des deux puissances et témoigne aussi d'un autre dialogue, celui que l'Église instaure entre une doctrine exigeante et la réalité humaine.

empty