Presses Polytechniques Et Universitaires Romandes

  • Le réemploi des éléments de construction est aujourd'hui devenu une ambition dans de nombreuses politiques publiques en matière de gestion des ressources. Les principes d'urban mining, de métabolisme urbain et de bouclage des flux de matériaux s'installent progressivement dans les esprits et les pratiques, mais de nombreux défis techniques, législatifs, sociaux et culturels freinent encore l'évolution des usages vers un modèle d'économie véritablement "circulaire" pour le secteur de la construction.
    Rassemblant des chercheurs et des concepteurs spécialisés dans les questions d'économie matérielle, le groupe Rotor présente ici un état des lieux sans précédent du réemploi des matériaux de construction. Il expose les obstacles qui subsistent, les solutions permettant d'y remédier, illustre le propos d'exemples remarquables et replace cette pratique dans sa dimension historique. Fruit d'une expérience internationalement reconnue, notamment dans le cadre de Rotor Deconstruction, entreprise active dans la valorisation d'éléments de construction de réemploi, cette référence fait également le point sur les dimensions et les perspectives économiques de cette pratique.
    Largement illustré et tout en couleur, ce livre s'adresse aux étudiants et praticiens actifs dans le domaine de la construction (architectes, ingénieurs civils) ou concernés par le réemploi des matériaux de construction (bureaux d'études, commanditaires, pouvoirs publics, consultants en environnement).

  • Véritable référence pour les professionnels du bâtiment, ce livre est le seul existant en France sur les surélévations en bois. Directement concerné par la construction écologique et le développement durable, il répond aux besoins de place des locataires et permet de remettre une habitation existante aux normes énergétiques actuelles.

    Les nombreuses illustrations en couleur et les études de cas existants en font un ouvrage complet et agréable à consulter.

  • On a peine à le croire, mais c'est la réalité: jusqu'aux débuts de la Renaissance, aucun comptable ou commerçant de chez nous ne pouvait effectuer une addition par écrit; tout simplement parce qu'il ne disposait que des chiffres romains, et que ceux-ci ne se prêtent pas au calcul écrit. Il devait s'installer à une table de compte, et y représenter ses montants par des jetons, qu'il déplaçait sur des lignes ou dans des colonnes. Ce qui a tout changé, c'est l'arrivée des chiffres arabes. Car eux permettent le calcul écrit. Et pas seulement l'addition, mais tout ce que nous entendons par calcul élémentaire. La transition a pris des dizaines d'années, amorcée ici et là par un auteur courageux désireux de faire connaître le nouveau calcul. Et devenu ainsi, dans sa langue et dans son pays, un père du calcul écrit. C'est aux plus marquants de ces auteurs que l'on rend ici hommage, dans un livre qui veut être agréable comme une promenade: on y expose brièvement leur vie, et l'on y commente pour chacun d'eux cinq problèmes très simples, tirés de l'ouvrage par lequel il a ouvert la voie. C'est l'occasion d'évoquer au passage un travers moderne, le syndrome du rétroviseur, qui brouille parfois l'image qu'on se fait du calcul écrit à ses débuts.

  • Le paysage est immédiatement visible, le sol, généralement non! Cet ouvrage débute dès lors par ce que l'on aperçoit: le paysage. S'échelonnant de la plaine agricole plus ou moins urbanisée aux marges glaciaires de l'étage alpin, douze paysages sont présentés ici. Au fil de sa caractérisation, chacun d'entre eux révèle peu à peu les sols qu'il abrite.

    Ce livre s'attache ensuite au portrait de plus de cinquante types de sols, observés en Suisse occidentale et typiques de l'Europe moyenne. À partir de descriptions de terrain et d'analyses de laboratoire, la formation du sol et ses interactions avec la végétation sont exposées en détail. Les fonctions d'habitat, de régulation, de production, de support, de source de matières premières et d'archive sont discutées, tout comme les questions relatives aux atteintes au sol et aux mesures de conservation à adopter. De brèves synthèses sur la diversité pédologique, ainsi que sur les facteurs et les processus qui contrôlent la formation des sols sont également proposées.

    Enfin, cet ouvrage accorde une large place aux usages du sol, qu'ils soient forestiers, agricoles, viticoles ou urbains. Cinq annexes thématiques, dont une clé amovible de détermination des types de sols et des formes d'humus, complètent l'ensemble.

    L'organisation en quatre parties autonomes offre au lecteur la possibilité de cheminer selon son intérêt ou sa motivation, pour comprendre un paysage, un type de sol ou un usage.

    Ce livre, sans précédent, richement illustré et accompagné d'un glossaire, s'adresse en premier lieu aux étudiants et aux praticiens dans le domaine de l'environnement nature ou construit (pédologues, biologistes, géologues, géographes, agronomes, forestiers, gestionnaires du territoire), mais il passionnera également tous les amateurs de nature désireux de percer les secrets d'un paysage ou les mystères d'un sol.

  • Dernier texte majeur en langue d'oc resté inédit, et unique manuscrit mathématique conservé écrit dans cette langue, l'Arithmétique composée par un auteur inconnu à Pamiers vers 1430 est pourtant destinée à occuper une place de choix dans l'histoire des mathématiques. On y trouve d'abord la première acceptation d'un nombre négatif, à savoir pour l'une des inconnues d'un système d'équations linéaires.

    L'auteur explique ensuite, lors de sa recherche d'approximations de racines carrées ou cubiques d'entiers, comment on peut construire une suite infinie de fractions rationnelles entre deux entiers voisins ; ceci l'amène à se poser la question de la comparaison de deux ensembles infinis, celui des naturels et celui des fractions.

    Cet ouvrage intéressera non seulement les étudiants et les enseignants de mathématiques, mais aussi toute personne curieuse de suivre l'exposé fort clair d'un enseignant du XVe siècle initiant ses lecteurs aux applications commerciales des mathématiques tout en soumettant à leur réflexion quelques questions menant bien au-delà de l'enseignement conventionnel.

  • La relation entre photographie et architecture est aussi ancienne que l'invention de la photographie elle-même. La toute première image photographique jamais réalisée, en 1826 ou 1827, par Joseph Nicéphore Niépce, représente les édifices présents dans la cour de la demeure familiale. Au fil du temps, ces liens se sont développés, instituant progressivement la photographie comme l'outil privilégié des architectes contemporains pour documenter les phases d'un projet ou le résultat final de son exécution.

    Sur la base d'une interaction forte entre texte et images, l'auteur retrace ici l'évolution de la photographie d'architecture, depuis sa conception au XIXe siècle, entre art et source documentaire, et entre production amateur et proto-professionnelle, jusqu'au rôle essentiel qu'elle joue aujourd'hui.

    De Daguerre à Baldus, Moholy-Nagy ou Couturier, et de Viollet-le-Duc à Mies van der Rohe, Le Corbusier ou Pagano, cette référence constitue la première synthèse ample et structurée de l'histoire de l'iconographie photographique d'architecture, des origines à nos jours. Cette édition constitue une version révisée et augmentée de l'édition italienne originale.

  • Analyser une structure signifie, pour le concepteur-projeteur, en comprendre le fonctionnement, le jeu des forces, savoir justifier l'arrangement des composants, leurs formes et proportions, saisir les principes de résistance et de stabilité essentiels en liaison avec les matériaux sélectionnés.
    Ce livre donne une initiation à l'analyse des structures. les auteurs présentent une approche naturelle, concrète et souvent intuitive des phénomènes - sans sacrifier néanmoins la rigueur nécessaire - étayée des méthodes de dimensionnement des cas les plus simples (seules les structures formées de barres, poutres et câbles sont traitées). ils cherchent à sensibiliser le lecteur aux problèmes liés au comportement des structures afin d'en réaliser une saine conception.
    Cet ouvrage se veut aussi un trait d'union facilitant le dialogue avec l'ingénieur spécialisé. initialement écrit pour les étudiants en architecture, ce livre s'adresse plus largement à tous ceux qui veulent s'initier à l'art de construire.

  • Si elles jouissent actuellement d'un regain d'intérêt, les infrastructures de mobilité doivent être repensées. Soumises à des logiques de mutualisation des potentiels, des investissements et des risques, elles tendent à se combiner avec d'autres types de programmes - habitat, travail, loisirs, équipements publics -, et apparaissent comme de puissants leviers de transformation urbaine et de rééquilibrage territorial. Dès lors, comment relever le pari de concevoir de nouveaux types d'"architectures infrastructurelles" complexes et contextualisées, capables d'intégrer d'autres fonctions que la mobilité, mais aussi un environnement climatique, social, urbain et paysager spécifique?

    La présente publication explore ce champ d'innovation à partir des travaux de recherche et des projets produits au cours des cinq dernières années, sous la direction de la Professeure Inès Lamunière, dans le cadre du Laboratoire d'Architecture et de Mobilité Urbaine (LAMU) de l'EPFL. A travers une série de contributions issues de différentes disciplines - architecture, génie civil, art, histoire -, la première partie du livre apporte autant de points de vue sur la problématique aux multiples facettes des infrastructures intégratives. Quant à la seconde partie de l'ouvrage, elle propose une sélection de projets qui mettent en oeuvre les méthodes et outils de conception développés au sein du LAMU, et témoignent tous, par leur diversité, de la capacité du projet d'architecture à réinvestir la culture de l'infrastructure.

    Dans la mesure où elles prennent le pari d'intégrer plutôt que de dissocier, d'entrer en relation avec le contexte plutôt que de s'en abstraire, d'innover plutôt que de reproduire des solutions standardisées, les démarches de conception défendues ici sont toujours productrices d'"objets risqués". C'est précisément en cela qu'elles ouvrent, à l'ère de la métropolisation, de nouvelles perspectives en matière de projet architectural et urbain.

  • Locarno Muralto, Genève Vernier, Lausanne, Fribourg et Zurich... En moins de cinq ans, Dominique Perrault a remporté quatre concours et un mandat pour des projets d'envergure sur sol helvétique. Cette émergence soudaine du travail de l'architecte français en Suisse n'est pas le fruit du hasard, mais l'aboutissement d'un processus de longue haleine, qui l'a fait participer à de nombreux concours. En un peu plus de deux décennies, l'agence Dominique Perrault Architecture (DPA) a ainsi développé plus de 30 projets pour ce pays. Chacune des cinq propositions qui sont actuellement en cours de réalisation repose sur une forte réflexion urbanistique, même dans le cas de périmètres d'études restreints à un îlot, comme à Fribourg et à Zurich : il s'agit toujours de créer des connexions, redéployer une spatialité, développer le projet en redéfinissant les paramètres topographiques, géographiques et urbains.

    Cet ouvrage, publié à l'occasion de l'inauguration du premier bâtiment de l'architecte en Suisse, sur le campus de l'EPFL, accompagne l'exposition "Dominique Perrault Architecture - Territoires et horizons". Il présente tous les projets suisses de DPA en cours, une sélection de 16 projets suisses non construits ainsi qu'une série de projets internationaux de référence. Il offre l'opportunité de découvrir le travail d'un architecte qui, au-delà du soin porté à l'objet architectural en soi, sait mettre en oeuvre une véritable vision urbaine.

empty