Livres en VO

  • Ce dictionnaire illustré réunit pour la première fois plus de trois mille termes français de botanique dont il fournit l'étymologie, la définition (ainsi que les différents sens chaque fois que ces derniers varient selon les auteurs), la traduction anglaise, les antonymes et synonymes, les termes associés scientifiquement ou lexicalement.
    Les entrées qui le composent se rapportent aux plantes vasculaires, c'est-à-dire aux fougères et à leurs alliées (Ptéridophytes), aux résineux et aux conifères (Gymnospermes) et aux plantes à fleurs (Angiospermes) ; il serait donc mal avisé d'y rechercher des termes liés spécifiquement aux mousses, hépatiques, algues, lichens ou champignons (ces derniers formant d'ailleurs aujourd'hui un règne à part des végétaux : le règne fongique).
    Relevant de domaines très divers (architecture, cladistique, écologie, génétique, morphologie, nomenclature, paléobotanique, palynologie, phylogénèse moléculaire, physiologie, phytogéographie, systématique et réglementation), les termes définis contribuent à la juste description des plantes et de leurs milieux. Il ne s'agit pas pour autant d'un ouvrage d'identification : ce n'est en effet pas une «flore», et il est inutile d'y chercher les noms des plantes.
    Les définitions, qui font l'objet d'une formulation claire et courte, sont souvent accompagnées d'exemples illustrés : de nombreux dessins originaux facilitent ainsi la découverte et la compréhension. Ce généreux corpus iconographique comprend environ trois cents dessins explicatifs, vingt-quatre lettrines et trente-deux illustrations botaniques (gravures, photographies, dessins et peintures).
    Véritable «thesaurus végétal», Les Mots de la botanique offrent un accès simplifié à toute la littérature botanique écrite en langues française et anglaise puisque chaque entrée propose la traduction du terme en anglais. De même, une table des équivalences anglais-français est fournie en fin d'ouvrage.
    Ce vocabulaire spécialisé se rencontrait jusqu'à présent dans maints ouvrages scientifiques, notamment français ou anglais, mais n'avait jamais été systématiquement rassemblé.
    Fruit de quinze années de travail, il deviendra un outil indispensable pour tous ceux qu'intéresse le monde végétal : le spécialiste comme l'amateur, le pédagogue comme le curieux, le professionnel comme le traducteur.

  • La géologie est, avant tout, une science de terrain : observations et prélèvements y sont le matériau de base de toute recherche. Pour en tirer parti, le géologue doit faire appel a beaucoup d'autres disciplines : physique, chimie, biologie, etc.
    Le vocabulaire du géologue reflète cette pluridisciplinarité et désigne donc une multitude de notions et d'objets. Il évolue en fonction des sciences qui l'utilisent et, au besoin, le modifient ou l'enrichissent.
    C'est pourquoi il était indispensable de disposer d'un dictionnaire pratique et actuel. Les auteurs ont mené à bien cette tâche difficile avec le souci de rendre cet ouvrage maniable et lisible. Cela les a conduit à effectuer une sélection rigoureuse des termes définis dans des domaines tels que la géologie sédimentaire, structurale, marine, la pétrologie, la minéralogie, la géophysique, la géomorphologie, la paléontologie, la préhistoire, etc.
    Les termes sont généralement suivis de leur étymologie et de leur définition. Parfois, pour une meilleure compréhension de la notion, le lecteur est renvoyé à un article plus développé, à caractère encyclopédique, qui peut constituer le point de départ d'une étude plus approfondie.
    Cette sixième édition tient compte des dernières avancées dans le domaine embrassé, notamment en matière de préhistoire. Elle est enrichie de 8 planches en couleur. Elle comporte la traduction des termes en anglais.
    L'ouvrage est destiné aux amateurs, aux étudiants et aux professionnels. Ils y trouveront aussi bien des réponses lexicographiques à leurs questions que matière à réflexion.

    Alain Foucault est professeur au Muséum national d'histoire naturelle.
    Jean-François Raoult était professeur à l'université des sciences et techniques de Lille.

  • Vocabulaire illustré de la construction garde son concept original, organisé par thèmes fonctionnels, en 131 fiches illustrées de plus de 500 dessins numérotés renvoyant aux termes précis.
    Chaque mot est associé à sa traduction en anglais, avec éventuellement son commentaire : définition, synonymes, dérivés, antonymes, renvois à d'autres sens, avertissement en cas de risque de confusion. Double index et double table des matières facilitent le cheminement et la recherche terminologique.
    Bien plus qu'un dictionnaire, ce guide pratique et pédagogique permet de connaître précisément près de 2 500 termes en français et en anglais à partir de leur visualisation graphique et de leur mise en relation avec leur environnement. Le Vocabulaire illustré de la construction permet d'acquérir ou de maîtriser le vocabulaire technique, ce qui est utile pour interpréter précisément un texte technique, rédiger la description d'un ouvrage ou garantir l'exactitude des échanges professionnels.

    Cette deuxième édition est enrichie de vocabulaire relatif au système de sécurité incendie, aux enveloppes thermiques aux façades double peau, au protection solaire et au isolation de baies, aux appareillages de connexion et de commande et à l'éclairage.

  • Très tôt, l'Homme primitif prend conscience de la notion du temps. Mais certainement pas comme on la comprend aujourd'hui, basée sur l'écoulement des heures. Non, ce sont les alternances du jour et de la nuit et les cycles des saisons qui éveillent d'abord sa curiosité, tout comme la course du Soleil et la Lune.
    Pour être en mesure de fixer des repères temporels et historiques comme de prévoir les périodes de récolte et de chasse, l'Homme a élaboré des calendriers qui se référaient aux cycles lunaires ou solaires. Les calendriers romains de l'Antiquité, par exemple, étaient lunaires. L'imprécision de leurs calculs nécessitait toutefois des corrections régulières pour coïncider avec les saisons. Lunaire sous Romulus, le calendrier devient luni-solaire sous César. Il prend alors l'appellation de julien. Nécessitant lui-même de nouveaux ajustements au cours des siècles, il sera à nouveau revu par le pape Grégoire XIII. En 1582, il donne naissance au calendrier grégorien dont l'emploi dans le monde des affaires est quasi universel aujourd'hui.
    Ainsi, des origines à l'époque contemporaine, des horlogers ont développé des instruments images du Cosmos, et créé des objets hier scientifiques et utilitaires, aujourd'hui porteurs de rêve et d'émotion.
    L'horlogerie, fille de l'astronomie, ouvrage de la Fondation de la Haute Horlogerie, tente de démystifier l'astronomie mise en regard de la mesure du temps. Cette fabuleuse histoire de la science des mouvements du Soleil, de la Terre, de la Lune et de l'Univers permet au lecteur de mieux comprendre la fonctionnalité des complications astronomiques développées aujourd'hui.
    La montre-bracelet perpétue une formidable aventure humaine et continue de fasciner les amateurs de belle horlogerie à travers calendriers, phases de lune, quantième perpétuel et annuel, etc.
    Cet ouvrage présente des reproductions de documents anciens, des photographies de garde-temps, tels cadrans solaires, horloges, pendules, montres de poches et bracelet, à fonctions astronomiques. Il est complété de notices explicatives sur le disque de Nebra, le mécanisme d'Anticythère et l'horloge astronomique de Prague. Il se termine par un riche lexique de termes utiles à quiconque s'intéresse à l'horlogerie astronomique.

empty