Larousse

  • Au moment où les Égyptiens construisent les pyramides, des villes étonnamment modernes s'élèvent sur les bords de l'Indus ; à la même époque, l'art de la guerre connaît de profonds changements en Grèce, où les phalanges macédoniennes de Philippe II triomphent, en Italie du Nord avec les invasions gauloises et en Chine où se développent de nouvelles stratégies et tactiques ; lorsque Qin Shin Huangdi meurt, les troupes carthaginoises d'Hannibal s'épuisent en Italie et, alors que Cléopâtre devient reine d'Égypte, César est vainqueur de Vercingétorix.

  • De abeille à zodiaque, ce dictionnaire encyclopédique passe en revue les symboles, les croyances, les superstitions qui avaient cours dans l'Antiquité grecque et romaine et, plus généralement, dans le monde ancien du pourtour méditerranéen et qui imprégnaient la vie des sociétés d'alors. L'auteur nous promène tant à travers le monde minéral, végétal ou animal que dans le monde des signes, des nombres, des couleurs. Il nous entraîne sur terre et sous terre, dans les mers et dans les cieux, à la rencontre de divinités, d'animaux fantastiques, d'objets précieux. Son propos est illustré de centaines de citations et de dizaines d'extraits de textes anciens. Il présente les diverses facettes de chaque symbole retenu, émaillant son propos d'histoires et d'anecdotes. L'ouvrage se conclue par un glossaire des termes spécialisés, un index thématique des principales notions et articles associés ainsi qu'une large bibliographie regroupant les références essentielles utilisées pour la rédaction de ce dictionnaire.

  • Pupille de périclès, compagnon de socrate, l'athénien alcibiade, nommé stratège, est chargé de conduire l'expédition navale contre la sicile en 415. mais, accusé d'un double sacrilège, la mutilation de statues du dieu hermès, il s'enfuit à sparte, cité ennemie d'athènes. cette trahison ne sera pas unique puisque, soupçonné d'avoir fait un enfant à la reine de sparte, il trouve ensuite refuge auprès d'un satrape perse (ennemi de toutes les cités grecques)... ce récit passionnant mêle la vie d'alcibiade, un homme doué d'une beauté exceptionnelle et d'une ambition hors norme, et l'histoire des cités grecques au ve siècle avant j.-c. en effet, l'extraordinaire destin d'alcibiade se conjugue avec la chute de la démocratie, l'utilisation de la religion comme arme politique et la fin de l'hégémonie athénienne.

  • Le 18 juillet 64, alors qu'une chaleur de plomb écrase la capitale de l'Empire, un incendie se déclare.
    Durant dix jours, poussé par un fort vent du Sud, le feu dévore le quartier du Grand Cirque puis s'étend à la colline de l'Aventin et aux rues populaires du centre. Les vigiles, dépassés par l'ampleur du désastre, assistent impuissants aux progrès des flammes. Quand l'incendie est enfin maîtrisé, plus de 250 000 personnes (sur les 900 000 habitants que compte alors Rome) ont perdu leur logement. Et déjà les rumeurs enflent : certains accusent l'Empereur Néron d'avoir lui-même provoqué la catastrophe.
    D'autres dénoncent les chrétiens. La colère gronde...

  • La bataille de Marathon

    Brun-P

    La bataille de marathon, qui eut sans doute lieu le 17 septembre 490, fut le point d'orgue de la première guerre médique. lors de cette bataille, qui s'est déroulée dans la plaine de marathon, à une quarantaine de kilomètres au nord d'athènes, les troupes athéniennes contrèrent l'attaque de l'empire perse. dès l'antiquité, marathon a quitté la simple histoire pour entrer dans la mémoire collective, et a été depuis revendiquée et utilisée par beaucoup. ainsi, les athéniens se présentaient comme les sauveurs de la grèce face aux barbares. la révolution française s'est emparée de marathon et c'est à valmy qu'elle l'a comparée, perses et prussiens étant mis sur un même plan. en 1968, le « régime des colonels », organisa une reconstitution de la bataille ; il s'agissait de montrer au pays que l'armée hellénique saurait repousser un éventuel assaut des troupes turques comme leurs ancêtres l'avaient fait en 490...

  • discipline scientifique en pleine évolution, l'archéologie ne saurait se réduire à la découverte de sites spectaculaires. par-delà les clichés qui l'associent au mieux à une aventure romantique, au pire à la chasse aux trésors ou au pillage des ruines, cet ouvrage met au jour tous les aspects de ce long processus qui vise à la restitution des sociétés du passé et à la protection des patrimoines. de amphore à viking, de adn à pétrogluphes, de fer à indus, plus de 500 articles présentent les archéologues et savants, les techniques de prospection et de fouilles, les sites et les objets exhumés, les empires, les périodes historiques, les hommes et les sociétés. un index général et des cartes de localisation des sites facilitent en outre la recherche des informations.

  • Le mystère Toutankhamon

    Crancon-S

    • Larousse
    • 24 Septembre 2008

    " je vois des merveilles, sir, des merveilles.
    " ce 26 novembre 1922, le coeur de l'archéologue anglais howard carter bat la chamade. enfin, après quinze années de fouilles infructueuses financées par son mécène le comte de carnarvon, la vallée des rois lui offre un trésor tel qu'il n'aurait osé en rêver : la quasi-totalité d'un mobilier funéraire royal composé de plus de 5 000 objets - le trésor de toutankhamon. mais lorsque lord carnarvon meurt soudainement, la presse se déchaîne : le comte aurait été victime de la malédiction du pharaon.
    La prédiction d'une romancière est reprise à l'envi : " toute intrusion imprudente dans une tombe scellée sera suivie du plus terrible des châtiments. " désormais, chaque incident est jugé à cette aune. a travers un récit enlevé, sophie crançon présente ici toutes les facettes de cette fabuleuse découverte archéologique.

  • L'aventure commence ici avec les celtes. peut-être même avant. nous ne la connaîtrions pas sans jules césar et sans rabelais, sans les gaulois, les bretons, les irlandais. voici donc le cerf dans la forêt profonde. ses ramures et ses bois sont plus vaillants que l'hiver. dès le printemps, tout renaît avec lui. il se plaît dans les libres espaces des parisiens d'avant paris. les guerriers de vercingétorix, les bateliers de la seine et les empereurs de rome honorent le dieu qui protège les territoires. aussi les chrétiens se garderont-ils de l'ignorer. le cerf devient mystique. sur ses traces apparaissent saint denis, les rois de france, l'oriflamme des croisés, les lys de la monarchie. mais aussi gargantua, l'énorme falstaff ou le roi carnaval. nul ne sait le vrai nom de cernunnos. a sons de trompe et à travers bois il fait pourtant découvrir une autre histoire de france.

  • Elle chasse aux alentours, là où cesse la ville et commence la vie sauvage. elle est vierge. elle est amoureuse. mais quand on l'aime, elle tue. elle protège les jeux de l'enfance. elle se plaît aux tourments de l'adolescence. celles ou ceux qui domptent, ou se domptent, la rencontrent. artémis est la déesse du risque, la déesse de tous les dangers, y compris du grand péril des femmes à l'heure d'accoucher. douce et cruelle, certes, mais fine guerrière, habile politique. elle apparaît, mystérieuse, au fur et à mesure que la grèce s'arrache à la nature. elle est de tous les combats citoyens. rien pourtant ne peut l'assagir. athènes, si cultivée, la dispute à sparte l'impitoyable. son puissant temple d'ephèse fascine l'empire gréco-romain, défie le christianisme et, néanmoins, l'aide à se civiliser.

  • Aux conquistadores qui le découvrent, le monde andin présente, sans pour autant les dévoiler, ses rites et ses idoles étranges - anciennes divinités que les missionnaires espagnols ne tardent pas à diaboliser tout en cherchant à en percer l'énigmatique sens.
    Parmi ces figures, un créateur tout-puissant, que l'on vénère dans le temple du soleil, près du lac titicaca : viracocha. un être fabuleux, surgi, pour certains, du lac sacré, et qui prend des formes diverses, " écume de la mer ", père du soleil ou maître resplendissant de la montagne d'où sont sortis les peuples - et même incarnation d'un apôtre chrétien ! en s'appuyant sur les témoignages des chroniqueurs du xvie siècle, le récit entraîne le lecteur dans un périple plein de rebondissements sur les chemins de l'ancien empire inca.
    Une quête aux sources de la légende, pour débusquer, à travers maints exemples d'avatars anciens, coloniaux et modernes, les métamorphoses du vénérable dieu aux sceptres.

  • Isis est inséparable de l'Egypte pharaonique. C'est là que la découvrirent des mercenaires et commerçants grecs. De la déesse africaine, ils firent l'une des divinités les plus populaires du bassin méditerranéen, dont le succès suivit l'expansion hellénistique puis romaine. Le culte d'Isis connaît sa plus grande expansion lorsque s'installe le christianisme. La Vierge Marie supplante Isis, tout en en reprenant des traits. Néanmoins, de la Renaissance jusqu'à nos jours, la figure d'Isis connaît un étonnant retour dans l'hermétisme, la symbolique et l'imaginaire. Son voyage continue.

  • Odin, le grand dieu scandinave, est inséparable de son fils thor.
    Odin, le père universel, dieu de l'intelligence et de la ruse, est admiré mais craint, tandis que thor, dieu de la foudre, est celui vers lequel se tournent plus volontiers les vikings - c'est son nom que l'on retrouve le plus dans la toponymie et les dénominations nordiques. odin a créé le monde en l'extrayant du chaos, thor le défend contre les géants et toute menace extérieure. odin, la création achevée, règne, souverain, laissant à thor, parfois truculent, le soin des exploits héroïques.
    Cependant, si thor est le dieu le plus populaire, odin reste celui qui détient le savoir : il connaît le destin des dieux, leur " crépuscule ". car ces dieux, conçus à l'image des hommes, sont mortels. faisant revivre ce premier âge d'or de la mythologie scandinave, ce livre entraîne le lecteur jusque dans cette dernière épopée, où se trouve peut-être la clé de l'attrait que suscite toujours le panthéon nordique

  • Dans un récit clair et vivant, l´auteur nous montre comment la bataille la plus célèbre de l'Antiquité est devenue l'emblème de la résistance grecque à l'envahisseur et le symbole de l'esprit de sacrifice des Spartiates.

empty