Belin

  • La question des origines de la Grande Guerre préoccupe les historiens. Pour deux raisons majeures : parce qu'elle est la première guerre totale de l'histoire ; parce que, détruisant un ordre ancien, elle inaugure l'ère des totalitarismes.
    Le débat a été récemment relancé par la publication d'ouvrages qui s'inscrivent dans la lignée des Somnambules de Christopher Clark (traduit en français par Flammarion, en 2013), et qui tentent d'affranchir l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie du reproche qui leur est traditionnellement fait d'avoir déclenché le conflit. Gerd Krumeich soutient la thèse contraire et entend rétablir les faits à l'appui d'un examen minutieux de la diplomatie internationale et de son rôle fondamental lors de la crise de juillet 1914.
    La guerre est due aux jeux et contraintes des Alliances : c'est l'action de l'Autriche-Hongrie contre la Serbie et le soutien inconditionnel que l'Allemagne apporte à cette politique offensive qui ont joué un rôle décisif. Il faut également prendre en compte le choc entre les États-Nations et les Empires et l'obsession permanente du complot belliqueux : l'Allemagne entend ainsi rompre avec l'encerclement que lui font, selon elle, subir la France et la Russie, aidées de l'Angleterre.

  • Pour la première fois, la guerre 1914-1918 vue sous l'angle des chevaux !

    Ce livre traite d'une question totalement ignorée des ouvrages historiques généraux, celle des effectifs équins et de leur « conservation » durant la Première Guerre mondiale. Malgré le développement spectaculaire de la motorisation, l'insuffisance de ces effectifs a constitué une menace permanente sur la capacité opérationnelle des armées, en particulier durant le dernier trimestre du conflit. L'auteur identifie, puis explique les causes immédiates des pertes en chevaux et mulets enregistrées au cours des cinquante-deux mois de guerre, et conduit à proposer au lecteur trois causes profondes à cette hécatombe : l'imprégnation de l'organisation des armées par le concept de guerre courte, l'illusion induite par la compensation des pertes par des achats à l'étranger, les négligences et abus constatés tout au long de la guerre dans l'utilisation et l'entretien des équidés. Les textes réglementaires et les échanges de correspondances entre les armées et les organes ministériels, puisés dans les archives du Service historique de la Défense, ont constitué l'essentiel de sa documentation.

empty