Pu De Rennes

  • Ce livre étudie l'alimentation au pays de Rabelais, de Vatel et d'Antonin Carême au moment où la cuisine française se sépare nettement des autres cuisines européennes et acquiert une flatteuse et durable réputation d'excellence. Du Moyen Âge finissant au commencement de l'époque contemporaine, Florent Quellier dresse le panorama des discours et des pratiques du boire et du manger des Français d'hier, ses contraintes techniques, diététiques et religieuses et le détournement hédoniste de l'alimentation dans les deux derniers siècles de l'Ancien Régime.

  • La mer et le désert, l'île et l'oasis, des objets qui entrent a priori assez rarement en relation mutuelle. Pourtant, depuis Hérodote, qui décrit les oasis du désert Libyque comme des « îles des Bienheureux », une connivence a souvent été entrevue entre ces deux entités, et le parallèle s'est prolongé jusqu'aux époques contemporaines. Ce volume rassemble les contributions de spécialistes de toutes les périodes historiques et de disciplines diverses, autour d'un rapprochement à la fois stimulant et porteur d'interrogations.

    Avec le soutien de l'université de Poitiers.

  • Naguère parée de toutes les vertus, la viande est aujourd'hui l'objet d'une "stigmatisation diffuse". Une série de scandales retentissants alarme les populations, soulevant des vagues d'inquiétudes, de résistances et de stigmatisations. Sont placées au coeur du débat les normes de la production carnée (alimentation, médication et stabulation des troupeaux, impact environnemental, éthique des abattages...], les modes de transformation (viandes falsifiées...), ou encore les pratiques de consommation (prescriptions religieuses, modes de cuisson potentiellement cancérigènes...).

    Pour comprendre le présent et explorer le futur, il faut recourir à l'Histoire qui éclaire, au travers des sociétés passées, des phénomènes économiques, techniques, sociaux ou culturels aussi fondamentaux que l'acquisition et la découpe des aliments, la constitution de la profession de boucher, les représentations symboliques, les normes sanitaires et les prescriptions religieuses entourant la chair des animaux.

    Ce livre invite au voyage dans les cultures carnivores, depuis les sociétés anciennes où la viande pouvait nourrir les dieux autant que les hommes, jusqu'à un monde de contradiction, où la "bidochemania" côtoie le véganisme, et où l'on recherche des viandes issues de l'agriculture biologique, produites dans des terroirs de qualité, tout en imaginant une alimentation de demain totalement déconnectée de l'animalité.

  • De l'Antiquité gréco-latine à nos jours, ce livre analyse comment le corps du gourmand se construit au sein de relations sociales et d'enjeux politiques, religieux, médicaux ou moraux. Écrit par des littéraires, des historiens et des historiens de l'art, il interprète les incarnations de la gourmandise en s'appuyant sur une histoire de l'alimentation et une histoire du corps en plein essor dans l'historiographie actuelle.

  • Outil politique, les banquets des mondes proche-orientaux, grecs, celtes, étrusques et romains assoient les légitimités et fédèrent les sujets, les amis et les alliés. Ce livre en étudie des aspects particuliers tels que la réalité d'une commissatio romaine spécifique, le jugement porté sur l'ivresse ou encore l'imaginaire du banquet romain. Manières de table et figures de la commensalité, choix des mets et cadre des festins, tryphè royale et circulation des surplus sont présentés dans un dialogue entre les espaces culturels, en soulignant les héritages et les ruptures.

  • La monarchie perse, la tyrannie grecque, les monarchies hellénistiques sont toujours présentées par Athénée dans le contexte des banquets. Mais les thèmes qui se dégagent de ces récits - luxe ostentatoire, pratiques du don, relations entre convives, respect ou non respect des normes et des traditions - permettent d'aborder de manière bien plus large l'institution royale et ses représentations à travers l'histoire grecque. S'inviter à la table des rois avec Athénée devient ainsi le moyen d'esquisser une histoire des conceptions grecques sur la monarchie, tout comme d'éclairer des moments précis de l'histoire des monarchies.

  • Depuis un demi-siècle, la sociologie politique a mis l'accent sur la notion de "minorité" qu'ignoraient aussi bien l'Antiquité grecque que la France des Bourbons. Si les minorités religieuses sont donc une construction des sciences sociales, elles constituent cependant depuis des siècles des communautés dont on retrouve des caractéristiques à différentes époques.

    Le présent ouvrage envisage la place que tient la religion dans l'identité des minorités, à partir de trois axes : la spécificité de l'identité religieuse des minorités, puisque celles-ci se définissent selon d'autres critères (linguistiques, sociaux, politiques, etc.) que la religion ; la manière dont les minorités religieuses ont été observées et jugées par des personnes qui leur étaient extérieures (juristes, théologiens, voyageurs ou diplomates) ; les stratégies adoptées pour vivre sa différence.

    L'espace retenu est l'Europe et la Méditerranée, du Ve siècle avant J.-C. à la fin du XVIIIe siècle. Cette zone, marquée par le développement des trois religions monothéistes, offre un cadre d'étude cohérent. Les historiens disposent de sources variées, qu'ils peuvent croiser, pour suivre l'évolution des relations entre des communautés qui s'y côtoient depuis des siècles.

  • Cet ouvrage présente l'étude des vestiges botaniques (ou carpologie) de quatre sites alpins (la Grande-Rivoire dans le Vercors, l'abri-sous-bloc ALP 1 dans la Chartreuse et en Savoie le site du Chenet des Pierres en Tarentaise et la grotte des Balmes en Haute-Maurienne). Il montre comment les communautés humaines, il y a plus de 6 000 ans, tiraient profit de leurs ressources végétales, cultivées ou sauvages, pour subvenir à leurs besoins.

  • Les textes réunis ici aident à mieux saisir la figure de l'« autre » à travers le Moyen Âge. Ils s'attachent, en développant des perspectives temporelles, thématiques, géographiques et culturelles variées, à interroger ce qui distingue et ce qui unit, ce qui fait que le « nous », parfois, est un « autre » - aujourd'hui comme hier - et que l'« autre » résonne en « nous », participant de nos appartenances et servant de façon décisive à les forger.

    Publié avec le soutien de l'université de Nantes.

  • Cette étude sur la culture chansonnière des mouvements de compagnonnages est une vaste enquête inédite, de nature à la fois historique, musicologique et ethnologique. Elle examine ce que chanter signifie pour des collectifs de travailleurs manuels, constitués d'individus autodidactes de la musique : ce qui compte avant tout, c'est la participation de cet art au « commun idéal » compagnon.

  • L'alimentation s'avère une clé essentielle pour comprendre la communauté, les hiérarchies sociales, la division du travail, les genres, l'échange, la spiritualité et la communication. Provenant de l'anthropologie, de l'archéologie, de l'histoire et de la sociologie, les contributions à cet ouvrage étudient les réponses qu'on apporté différentes sociétés au problème de l'approvisionnement alimentaire.

  • Depuis plus d'un siècle la notion de « nuisible » fait l'objet d'une contestation de plus en plus vive. Si la notion de « nuisible » demeure centrale dans la gestion du sauvage par nos sociétés, elle s'avère très variable selon l'époque, l'espèce, le territoire ou le groupe social considéré. Pour dresser un état de la recherche, historiciser cette notion et éclairer les enjeux actuels, il convient de croiser les regards afin de caractériser les différentes conceptions de la notion de « nuisible » qui coexistent actuellement et d'en retracer les origines, tout en s'ouvrant aux acteurs du présent.

  • La dévoration de l'homme par l'homme est un thème souvent repris mais peu abordé sous l'angle historique. Comment comprendre que l'un des plus puissants tabous de la culture occidentale soit si méconnu ? Ce livre comble en partie cette lacune en proposant un panorama cohérent des visages multiples - et souvent inattendus - du cannibalisme dans l'Occident antique et médiéval.

  • Cet ouvrage montre la mondialisation comme la maritimisation du monde, avec « l'histoire des siècles asiatiques » que connut l'Europe entre 1600 et 1800. Il réexamine le concept de « rencontre » entre Européens et Asiatiques, et montre comment les petites communautés européennes doivent faire leurs apprentissages de l'Asie et de l'océan Indien.

    Avec le soutien de l'UBS.

  • Dans l'abondante historiographie des villes et de l'Atlantique, ce livre souligne les liens entre la cité - lieu emblématique de pouvoirs -, les acteurs qui la dynamisent et l'imprègnent, les traces patrimoniales qui en résultent à l'échelle locale comme intercontinentale. Cinq thématiques y sont développées : villes, pouvoirs et dominations sociales, être et faire sociétés coloniales, circuler dans le monde atlantique et ses périphéries, territoires, dynamiques économiques et financières, figures et discours du patrimoine.

  • Si l'histoire religieuse des populations littorales a suscité de nombreux travaux, elle a souvent omis d'étudier les expressions de la foi des hommes embarqués en mer. Les périples nautiques ne sont pourtant pas une ellipse temporelle hors de l'histoire : les navigations hauturières durent longtemps et bien des missionnaires embarqués ont forgé leur foi dans l'épreuve des flots. La charge des âmes à bord soulève quantité de préventions historiques, qu'il s'agisse de l'encadrement religieux ou qu'il s'agisse de la délivrance des sacrements.

  • Le développement du réseau d'égouts de Paris fut à la fois un triomphe de la technique et une réussite politique. Les égouts eux-mêmes constituaient un phénomène culturel significatif, et les hommes qui y travaillaient suscitaient la fascination du public. Donald Reid montre en quoi l'observation des comportements des vidangeurs de fosses d'aisances et des égoutiers, et l'étude des représentations que les autres se font de ces travailleurs, permettent de réfléchir aux fondements matériels et culturels de la vie quotidienne.

    Dexter Prize 1992 de la Society for the History of Technology.

  • L'histoire des « compoix », c'est également l'histoire des relations tissées entre l'État, les territoires et les populations : les anciennes matrices cadastrales des communautés rurales et urbaines se tiennent en effet à la confluence de grands courants de l'histoire du Sud du royaume, tant leur production s'avère le fruit de la rencontre des intérêts économiques, sociaux et politiques des différents acteurs du territoire languedocien. Ils sont donc récipiendaires, dans une longue durée, de nombreux enjeux fiscaux, spatiaux et sociétaux.

    Édité par l'Association d'histoire des sociétés rurales.

  • Employées par la plupart des commentateurs à l'occasion des soirées électorales, les expressions de « fief », « bastion », « terre de mission » et « désert » électoraux semblent communément renvoyer à une identité politique locale où s'entremêlent tradition, folklore et jeu d'influence d'une famille ou d'une personnalité politique. Ces expressions soulèvent de véritables enjeux méthodologiques pour les historiens travaillant sur les identités et cultures politiques, l'approche biographique ou la monographie.

    Avec le soutien de l'université de Poitiers.

  • Sur la rive gauche de l'estuaire du Léguer, le haut promontoire granitique du Yaudet en Ploulec'h (Côtes-d'Armor) présente, même à l'oeil non exercé, les vestiges manifestes d'une présence humaine très ancienne. Cet ouvrage fait état des fouilles entreprises de 1991 à 2002 par une équipe franco-britannique qui cherchait à donner un sens aux éléments bâtis et à vérifier la véracité de la tradition épiscopale. Les occupations du site correspondent très nettement aux grandes évolutions que connurent les communautés humaines de la péninsule armoricaine.

  • Cet ouvrage réunit une vingtaine de spécialistes et couvre de nombreux espaces géographiques : l'Afrique romaine, l'Asie mineure, l'Étrurie, la Grèce et Rome, sans compter les terres du midi, la Vendée ou encore le Rhin. Les questions qui sont abordées touchent à l'organisation et à la défense des territoires (bornes, arpentage, frontières, fortifications), à l'armée, à l'architecture, à l'urbanisme et au pouvoir, aux rapports ville/campagne ou encore à la construction et à l'évolution des sociétés (peuplement, métissage, acculturations).

  • Au sein d'une abondante historiographie sur les expositions universelles, les dimensions culturelles et identitaires suscitent actuellement l'attention des chercheurs. Ce courant participe de l'intérêt pour l'idée de modernité au XIXe siècle - technique, économique, sociale, culturelle, politique - comme enjeu fédérateur, mais aussi conflictuel, autour duquel les participants ont construit leur identité.

    Avec le concours du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) - Centre Alexandre Koyré (UMR 8560), des Archives nationales et du laboratoire ICT de Paris Diderot-Paris 7.

  • De La période précédant l'ouverture de La guerre de Succession du duché de Bretagne en 1341, il ne reste que quelques rares documents de nature comptable ou financière. Aussi ce volume entend-il rassembler, pour la première fois, tous les documents de ce type connus aujourd'hui dans une édition conforme aux normes actuelles en la matière. Quelques-uns ont déjà été publiés, principalement aux XVIIIe et XIXe siècles, mais ils sont inédits pour la moitié d'entre eux. Les premiers, chronologiquement, sont les plus vieux comptes abrégés des recettes et dépenses domaniales ducales, fragmentaires et remontant aux années 1260. Leur forme laisse toutefois penser qu'ils ne sont pas les premiers de leur genre : il en existait vraisemblablement depuis les dernières années du XIIe siècle. Les Mauristes dom Lobineau et dom Morice en ont consulté d'autres de la même série et en ont édité certains, aujourd'hui perdus. Il faut ensuite attendre les années 1287-1291 pour trouver de nouveaux documents comptables, en l'espèce ceux entourant l'exécution testamentaire du duc Jean Ier (1237-1286). Les dernières années du règne de Jean II (1286-1305) sont un peu mieux représentées, avec deux comptes domaniaux de recettes (1300, 1303) et le premier compte d'hôtel conservé (1305).

    La mort accidentelle du duc en 1305 fut l'occasion d'une production de documents comptables rendant compte d'une exécution testamentaire complexe et qui dura plus de vingt ans. Ils éclairent l'état de ses ressources et des aspects de la politique qu'il mit en oeuvre. Rien de semblable n'est conservé pour les règnes d'Arthur II (1305-1312) et de Jean III (1312-1341), et il ne reste, pour celui de Charles de Blois et Jeanne de Penthièvre, que deux comptes domaniaux, l'un pour leur vicomté de Limoges (1344-1347), l'autre pour leur châtellenie de Touffou dans le pays de Retz (1348-1352), tous les deux renseignant sur l'administration pendant la guerre de Succession.

    L'édition de ces comptes est précédée d'une introduction générale sur les débuts de l'administration financière ducale et sur quelques aspects des carrières des principaux officiers ducaux autour de 1300. Des cartes et des illustrations la complètent, qui témoignent de l'action des ducs de Bretagne de la maison de Dreux, tandis qu'un index des noms propres (lieux et personnes) et un autre des matières facilitent l'accès aux documents.

  • Cet ouvrage, tiré d'une thèse de doctorat en archéologie soutenue à l'université François-Rabelais de Tours, a pour objectif de restituer les étapes de la construction d'une micro-région du Berry par les sociétés de la Protohistoire à l'époque contemporaine. La combinaison de la micro-échelle spatiale et du temps long constitue l'originalité de l'approche et favorise un meilleur repérage des ruptures et des continuités dans l'occupation du sol. Mais considérer l'évolution d'un espace dans la longue durée implique la nécessité de traiter plusieurs sources différentes : données archéologiques, sources textuelles et planimétriques, données environnementales. Sur le plan méthodologique, cette approche est l'occasion de définir des outils aptes à étudier les dynamiques de l'occupation du sol de manière diachronique et à favoriser les comparaisons micro-régionales, notamment par la mise en oeuvre de modélisations statistiques et spatiales au sein d'un système d'information géographique. Ainsi, la comparaison des évolutions observées dans la microrégion étudiée avec d'autres études de cas, ainsi que sa restitution au sein d'un contexte régional élargi au Berry antique et médiéval, permet de mesurer tous les apports de l'approche microrégionale à la connaissance des dynamiques de l'occupation du sol, en dégageant les tendances communes des particularismes locaux.

empty