Livres en VO

  • Pour ce livre, les archives du Ministère des Affaires étrangères ont ouvert leurs fonds consacrés à la Chine depuis les premières représentations diplomatiques au XVIIIe siècle jusqu'à nos jours. C'est dans ce très riche matériau que 26 auteurs, universitaires, diplomates, archivistes, ont puisé pour évoquer, à travers une sélection de documents inédits, les personnalités qui ont fait de leur séjour en Chine plus qu'une mission, une expérience profondément enrichissante. De Chrétien Louis-Joseph de Guignes (1783) à André Malraux, en passant par Paul Claudel, Saint-John Perse et d'autres moins connus, c'est leur expérience de la Chine, sentimentale ou positiviste, scientifique ou littéraire, érudite ou inventée, que ce livre s'attache à restituer, à partir d'une évocation des personnalités devenues à l'issue de leur séjour passeurs de culture d'un monde à l'autre.

    Témoignage des liens culturels anciens entre la France et la Chine, l'ouvrage, destiné aussi bien aux lecteurs français qu'aux lecteurs chinois, est bilingue français-chinois.

  • Il s'agit d'un ouvrage de la catégorie « beaux livres » sur les églises romanes des deux Charentes.
    Les photos « esthétiques » de Philippe Julien-Labruyère, sont accompagnées de textes descriptifs, en français, dus à Isabelle Oberson (directrice de l'Atelier du patrimoine de Saintonge) et en anglais, dus à Maggie Cole.
    Le livre propose 116 églises des deux Charentes en 276 photos, la plupart d'extérieurs.
    La profusion de l'art roman en Charentes, notamment des petites églises rurales, est un facteur ancien de l'identité locale, qui illustre l'originalité d'une région ainsi que l'attachement à son patrimoine. Le texte fournit nombre d'explications historiques, architecturales et artistiques.
    « [.] Terres d'élection de l'art roman, la Charente et la Charente-Maritime conservent de très nombreuses églises, érigées aux XIe et XIIe siècles.
    Les sites multiples vers lesquels nous entraîne l'oeil du photographe permettent d'apprécier cette parure monumentale d'exception qui caractérise aujourd'hui beaucoup de villages et constitue une des composantes particulières et harmonieuses du paysage. Le territoire géographique de cette exploration artistique concerne la province de Saintonge, et plus particulièrement l'ancien diocèse de Saintes, vaste territoire dont les frontières allaient au-delà du département de la Charente-Maritime, qui morcelle les actuelles Vendée, Charente et Deux-Sèvres.
    Jouxtant la Saintonge à l'ouest, le diocèse charentais correspond à un petit territoire au coeur duquel se situe Angoulême, côtoyant à l'est le Limousin, et le Poitou au nord. La lignée des comtes de Taillefer, qui régna sur ces terres du Xe au XIIIe siècle, n'est pas étrangère à cette expansion de l'architecture religieuse, qu'elle accompagna souvent par des dons multiples [.]»

  • Dans ce bref essai, la grande historienne de l'Antiquité Marta Sordi analyse la transformation de l'Empire romain entre la fin de la dynastie des Constantiniens (364) et la mort de Théodose (395). Durant cette période, l'empire gouverné par des monarques chrétiens se transforme en un « Empire romain-chrétien », selon l'expression d'Augustin. Il connaît également un recentrage, le dernier, vers l'Occident, qui depuis la fondation de Constantinople, et jusqu'à la tragique campagne de Julien, avait été tant négligé. L'empire traverse durant cette période une succession de crises considérables dont il semble pourtant sortir renforcé grâce à l'action de grandes personnalités, si bien qu'à la mort de Théodose, il a retrouvé stabilité et unité, et sécurisé ses frontières. Chacun des six chapitres explore un aspect de cette transformation à la fois politique, institutionnelle et culturelle, en soulignant le rôle de saint Ambroise. Intellectuel, évêque et interlocuteur des empereurs, il est celui qui, pour reprendre les paroles de l'auteur, « fournit sa théologie du pouvoir à l'Empire romain-chrétien à l'heure où il prend enfin conscience de lui-même ».

empty