Actes Sud

  • jetant sur l'épouvantable épisode de la terreur un éclairage original nourri de plusieurs années de recherches dans les archives de la révolution, paul belaiche-daninos révèle la lutte acharnée du baron jean de batz pour libérer marie-antoinette de la prison de la conciergerie.
    aidé dans son combat par le chevalier alexandre de rougeville, le baron de batz monte un vaste complot contre-révolutionnaire en achetant à prix d'or tous les responsables de la détention de la reine. c'est cette intrigue qui restera dans l'histoire sous le nom de "conjuration de l'oeillet". réquisitoire contre la peine de mort, dénonciation de la folie sanguinaire des artisans de la terreur et récit palpitant de ces soixante-seize jours de détention, cet ouvrage publié par actes sud a séduit un grand nombre de lecteurs avant d'être couronné par le prix jacques de fouchier de l'académie française (2006).

  • Géographe arabe du Xe siècle, né à Jérusalem, Mugaddasî est l'auteur d'un ouvrage considérable, La Meilleure Répartition pour la connaissance des provinces, où il dresse un tableau vivant et précis du monde musulman, du Maghreb à l'Indus et du Yémen à l'Asie centrale. Ouvrage d'un savant rompu aux disciplines religieuses et profanes de son temps, mais aussi d'un authentique écrivain, fin observateur des paysages et des hommes, il compte parmi les plus belles réalisations de géographie humaine au Moyen Age. André Miquel, sans doute le meilleur connaisseur de la littérature géographique arabe, nous donne ici une traduction libre de ce texte, n'hésitant pas, si besoin est, à élaguer, nuancer, regrouper, et parfois aussi à intervenir pour éclairer le lecteur occidental à propos de certaines notions connues des contemporains de Mugaddasî mais difficiles à cerner de nos jours. Il a en outre modifié l'ordre de présentation des pays afin de reconstituer en un seul récit l'itinéraire de l'auteur durant ses vingt ans de pérégrinations.

  • L'armée française débarque en egypte, près d'alexandrie, le 2 juillet 1798, après une extraordinaire partie de cache-cache d'un mois et demi avec la flotte anglaise en méditerranée (.
    ) bien au-delà des intentions personnelles de ceux qui ont conduit l'expédition, un immense événement a pris place, d'oú l'egypte et la france sortent à jamais différentes, parce que le regard que chacune d'elles porte sur le monde en est transformé. l'egypte verra désormais autrement l'avenir. et la france, autrement le passé. la première a subi l'effet de souffle de l'ouragan 1789, porteur des idées de liberté individuelle, d'égalité de droits, de la toute-puissance de la raison.
    La seconde, en découvrant l'egypte des pharaons, a enfin trouvé les sources d'une histoire de l'humanité qui n'est plus chrétienne ou européenne, mais universelle. de ce croisement de deux perspectives contraires, de cette rencontre inouïe dans un même espace de deux temps qui ne se touchent pas, il se trouve que nous possédons un double témoignage au jour le jour - deux chroniques qu'il suffisait de mettre en regard pour voir apparaître la trame de cette unique aventure.
    Vivant denon et abdel rahman el-gabarti furent en effet idéalement placés pour en restituer l'ambivalente vérité. n'ayant pas eu à porter les armes, ils sont restés, chacun au sein de son camp, au plus près possible du camp adverse. c'est pourquoi aujourd'hui, en les lisant ensemble, on croirait les entendre dialoguant, à l'insu de leurs compatriotes respectifs, d'un événement qui les oppose et les réunit tout à la fois.
    Un événement dont, bien avant la plupart de leurs contemporains, ils pressentent les conséquences à venir. extrait de la présentation de mahmuud hussein.

  • Au-delà de l'émerveillement et de la fascination exercée par le mythe, ce livre évoque deux mille ans d'histoire de la chine dans ce qu'elle à de plus essentiel - la construction de son identité par exclusion du monde extérieur - le long des trois mille kilomètres de la frontière nord, des steppes mandchoues aux portes du turkestan.

    Avec la première unification de l'etat, au iiie siècle av. j. -c. , sont scellées les limites de l'empire par une " grande muraille de dix mille lis ", face au monde barbare. loin d'être une barrière, ou un limes vide et figé, de tels espaces aux marges de la steppe et des terres cultivées ont toujours vibré et bouillonné d'affrontements et d'échanges. au fil des siècles, la " grande muraille " est devenue multiple.
    La présence obsédante de, l'étrangeté fait l'unité du livre, qui souligne en revanche la dispersion géographique, au cours des vaines recherches d'une frontière par les dynasties successives.
    L'europe médiévale, curieuse et inquiète, en quête de divin, découvrit ces étranges constructions. tour à tour " mur d'alexandre ", barrière contre les peuples de gog et magog aux portes de l'infernal tartare de l'antiquité, puis symbole de la grandeur d'un empire des sages, ou oeuvre monstrueuse d'un tyran, la grande muraille devint un mythe dans l'imaginaire de l'occident.
    Elle est aujourd'hui le symbole de la chine moderne !
    L'accord de la poésie, de la peinture et de la calligraphie est l'expression la plus achevée de l'âme chinoise. tous les sentiments que la muraille inspire ou cristallise s'y font écho : l'exil, la séparation, l'héroïsme, la souffrance, la mort. la transposition des dix-huit mesures chantées du cornet hun de cai yan (200 apr. j. -c. ), la poétesse captive des xiongnu : l'évocation de la célèbre légende de meng jiangnu, déplorant la mort de son époux : les poèmes de li po, wang wei, cen shen et d'autres de la dynastie tang, sont un contrepoint à la brutalité des horizons de pierres et de déserts, restituant la vraie dimension, l'empreinte dans la conscience chinoise de la grande muraille, " une merveille et une malédiction " (lu xun).

empty