Omnibus

  • S'immiscer dans la Vie secrète de Montmartre des dernières années du XIXe siècle, c'est avant tout atteindre les sommets de la Butte et y découvrir un village modeste, tranquille et silencieux, formé de rues étroites et tortueuses qu'environne un vaste décor bucolique constitué de moulins, de sources, de fermes et de guinguettes ou cabarets immortels comme Le Lapin Agile ou Le Moulin de la Galette.
    Avec ses peintres, ses poètes, ses grisettes et les mille personnages savoureux peuplant la zone du Maquis, qu'ils soient bohèmes, chiffonniers, marchands de peaux de lapin ou rempailleurs de chaises, le « Haut Montmartre » avec ses valeurs mélancoliques et fantasques domine alors le « Bas Montmartre », un monde contraire où s'agitent chansonniers, musiciens, fêtards, chasseurs, boxeurs, souteneurs, marchands de drogues, déclassés et même quelques peintres, transfuges du « monde d'en Haut » ou bien voluptueux disciples du Boulevard dont Toulouse-Lautrec ne fut pas le moindre ! Des milliers d'anecdotes et de témoignages réunis à des centaines de photographies, pour beaucoup inédites, composent cet ouvrage qui a trouvé le ton juste pour conter l'univers insolite de Montmartre, immense réceptacle de joies, de talents et d'imaginations, et perpétuel instantané de l'Âme parisienne, qu'elle soit riche ou misérable.

  • Une promenade de la place Maubert et sa potence à la rue de l'Odéon et ses librairies, en passant par la rue Galande, la rue Mouffetard et le célèbre boul'Mich. Des nombreux témoignages d'auteurs comme Louis Sébastien Mercier, Gustave Le Rouge, et Georges Renault, ou encore Balzac sont illustrés de centaines de photographies d'époque.

    Bien avant de devenir un quartier à la mode, le Quartier latin fut longtemps peuplé de poètes, d'étudiants, d'ouvriers, de petits artisans, de bourgeois, d'escarpes, de révoltés et autres braillards qui y menaient une vie mouvementée, loin des splendeurs rutilantes des Grands Boulevards. Chaque place, chaque ruelle et chaque cul-de-sac rappelle ces existences agitées : la place Maubert et sa potence, son bûcher et son marché aux mégots ; la rue Galande et ses bouges à faire frémir ; la rue Mouffetard et son marché pouilleux, repaire de chiffonniers et de clochards, ou encore le boul'Mich et ses terrasses où coexistaient joyeusement fêtards rupins et artistes sans le sou. Dans les cafés, avec Verlaine comme porte-étendard, écrivains et chansonniers avaient le verbe haut, admirés par de pauvres poètes faméliques s'essayant à la vie de bohème alors que dans la rue, ou du haut de leurs fenêtres, les prostituées racolaient quelque provincial en goguette ou l'ombre furtive d'un pauvre bougre en mal d'amour. Riche de nombreux et saisissants témoignages illustrés par des centaines de photographies et de documents rares, La Vie secrète du Quartier latin vous propose une virée inédite à travers ces rues parfois inquiétantes qu'arpentent passionnément depuis des siècles des générations d'étudiants, d'artistes et de misérables à la recherche d'une vie meilleure.

empty