Littérature traduite

  • Après avoir théorisé la Troisième Révolution industrielle, Jeremy Rifkin développe son grand projet de New Deal vert mondial. Il s'agit d'un véritable plan de transformation de la société pour faire face au changement climatique en construisant un monde post-énergies fossiles.

    Jeremy Rifkin, qui travaille main dans la main avec les gouvernements pour promouvoir cette nouvelle donne verte - aux États-Unis, en Europe ou en Chine - propose un véritable mode d'emploi. Un manuel de transition globale qui permettrait de produire 100 % de l'électricité à partir de sources propres et renouvelables ; d'améliorer et d'augmenter l'efficacité du réseau énergétique, du réseau des transports ou du secteur du bâtiment ; d'investir dans la recherche et le développement de technologies vertes ou de proposer de nouveaux emplois nés de cette nouvelle économie.

    Le temps nous est compté et le consensus scientifique ne peut plus être remis en question : le dérèglement climatique dû à l'homme et issu de la combustion de matières fossiles va mener l'humanité à la sixième grande extinction de la vie sur Terre.

    Mais partout les solutions existent et sont à notre portée. Aujourd'hui, les intérêts des dirigeants politiques, économiques et financiers convergent avec ceux des citoyens : c'est ce que démontre le célèbre prospectiviste.

    Voici un ouvrage particulièrement documenté qui redonne de l'espoir et plus que jamais l'envie d'agir pour la planète.

  • 1979. À peu près tout ce que nous comprenons à l'heure actuelle du réchauffement climatique était compris. Et même mieux compris, sans doute. Les principaux aspects du problème étaient tranchés, sans débat possible, et les spécialistes, loin de se disputer sur l'établissement des faits, travaillaient à en affiner les conséquences. Il y a trente ans, nous aurions pu sauver la Terre. Pourtant nous n'avons rien fait. Après des années d'enquête et plus de cent interviews réalisées avec le soutien de la Fondation Pulitzer, Nathaniel Rich retrace comment la planète a raté son rendez-vous avec le climat, comment malgré les efforts de plusieurs lanceurs d'alerte, d'intérêts parfois concordants, souvent contradictoires, y compris de l'industrie pétrolière, rien n'a été fait pour stopper le changement climatique.

    Implacable et passionnant, Perdre la Terre est un document pour l'histoire. Notre histoire. Un récit fascinant dans lequel l'auteur semble placer le lecteur à la table des négociations pour lui faire entendre les cris d'alarme, les silences coupables, les atermoiements de conscience, la force de l'inertie et des renoncements, et peu à peu l'imminence de la catastrophe. Perdre la Terre n'est pas seulement le roman impitoyable d'occasions historiques manquées, c'est aussi l'évaluation claire et détaillée de la façon dont nous en sommes arrivés là - et de ce que nous pouvons et devons faire avant qu'il ne soit vraiment trop tard.

    Nathaniel Rich est journaliste au long cours pour le New York Times. Fasciné par l'attraction paradoxale qu'exercent les catastrophes sur la société contemporaine, il interroge dans ses articles la manière dont le monde et la littérature s'accommodent du désastre.

  • David G. Haskell, 45 ans, biologiste américain, a observé durant une année une parcelle d'un mètre de diamètre d'une forêt des Appalaches. De janvier à décembre, il y a scruté à la loupe le monde animal et végétal. Dans une atmosphère de recueillement digne du Walden de Thoreau, il décrit l'infinie ingéniosité des lois qui gouvernent le vivant, et interroge ni plus ni moins la place de l'homme en son coeur. Ce livre a reçu un accueil enthousiaste aux Etats-Unis où il a...

  • Trier ses déchets, manger bio et local, pratiquer le covoiturage... Depuis quelques années, ces réflexes écologiques ont intégré notre vie. Pourtant, entre nouvelles pratiques, modes en constante évolution et injonctions permanentes, nous sommes encore trop souvent démunis face aux défis environnementaux. Comment faire en sorte que les choses changent vraiment ?

    En cultivant un nouvel équilibre entre la Terre, l'Âme et la Société.

    C'est en effet à partir de cette trinité inspirée de la Bhagavad-Gita hindoue que Satish Kumar, ancien moine jaïn et infatigable disciple de Gandhi, a développé une approche de l'écologie basée non pas sur la peur et l'urgence sanitaire, mais sur une vision globale et spirituelle de notre place dans l'univers. Car ce n'est qu'en prenant conscience de notre totale dépendance à l'égard de la nature et des autres espèces que nous pourrons sauver la planète et construire un futur viable.

  • Sepp et Margit Brunner vivent des produits de leur ferme qu'ils travaillent depuis des années en permaculture. Dans l'Alpe autrichienne où ils sont nés, leur domaine est devenu un lieu d'expériences culturales et d'épanouissement personnel. Ils y organisent des séminaires afin de transmettre leur savoir.
    Dans ce livre, ils présentent à la fois le concept de permaculture et donnent les principes de base pour aménager et faire vivre un jardin en harmonie avec le cycle de la nature. Qu'il s'agisse d'organiser l'espace, d'associer les espèces, de favoriser le cycle de l'eau, de conserver la chaleur ou de soigner les plantes, ils nous guident pas à pas, de la théorie à la pratique.
    Avec eux, transformons nos jardins et balcons en oasis qui nous approvisionneront en produits frais et sains, réjouiront nos coeurs par une abondance de couleurs et de parfums, et abriteront nos amis du monde animal et végétal.

  • Les mobilisations citoyennes historiques provoquées par un pro­jet de taxe carbone injuste et opaque l'ont bien montré : la question écologique ne peut pas être pensée sans la question sociale.

    L'impératif de justice sociale doit donc devenir la boussole de la transition climatique.

    À ce titre, le projet de dividende carbone élaboré par James Boyce est une stratégie transparente, efficace et crédible pour préserver durablement un environnement sain pour tous, tout en assurant une politique de redistribution juste et équitable. Elle propose de donner un prix au carbone afin de limiter les émissions de CO2 mais surtout d'en répartir les recettes fiscales sous forme de dividendes égaux pour toutes et tous. Concrètement : un bonus-malus reversé directement à chaque citoyenne et citoyen qui contribue­rait à atténuer à la fois la crise climatique et la crise des inégalités !

    Fondée sur le principe que les dons de la nature nous appar­tiennent en commun, et non aux entreprises ou aux gouverne­ments, cette « taxe carbone juste » est portée par l'un des meilleurs spécialistes au monde de l'économie politique de l'environnement. Avec son Petit manuel de justice climatique à l'usage des citoyens, Boyce explique tout simplement comment réussir la transition in­dispensable du xxie siècle.

  • La manifeste fondateur d'une « réhabitation biorégionale » de la Terre Imaginons un monde structuré par la diversité culturelle et écologique, plutôt que par des paramètres nationaux et économiques.
    Sale offre ici une introduction magistrale au biorégionalisme - ce mode d'organisation alternatif de la société, à des échelles de territoires écologiquement salubres, avec des communautés attentives aux individus et des systèmes économiques renouvelables.
    Sale insiste notamment sur les répartitions naturelles de populations, les modes d'habitat et de soin des bassins-versants, ainsi que sur les propriétés communales et aux responsabilités de la terre.
    Cet ouvrage invite au développement réaliste de ces communautés biorégionales et des lieux où elles sont établies, afin de mettre en place une société propre à l'épanouissement social et écologique.

  • La grande primatologue propose dans ce livre une critique transversale des grandes questions alimentaires de notre époque. Elle accuse la surexploitation des ressources, l'élevage intensif, le ravage des océans, le transport excessif des aliments, et les manières de les produire et de les préparer industriellement tout en les appauvrissant. et propose des solutions immédiates.
    Les ressources naturelles à la base de l'alimentation de l'homme et des animaux sont gravement menacées : déforestation, surexploitation des sols, élevage intensif, pollution des océans. C'est en constatant que ces problèmes sont liés au mode de vie adopté par les grands pays industrialisés que la primatologue Jane Goodall a commencé à s'intéresser de près à la nourriture des hommes - une nourriture de plus en plus dénaturée.
    Face à de tels enjeux, le Dr Jane Goodall propose des réponses immédiates, accessibles à tous. La grande dame des chimpanzés fait ainsi bénéficier le lecteur de ses expériences de scientifique et de fondatrice de l'Institut Jane Goodall, qui inscrit son action dans une démarche globale de protection de la biodiversité, d'aide à la gestion durable et équitable des ressources. Au-delà d'une synthèse des grandes questions alimentaires d'aujourd'hui, ce livre engagé propose des éléments concrets aux consommateurs qui veulent se réapproprier la liberté de bien se nourrir.

  • Ce livre s'adresse à toute personne désirant préserver l'endroit où elle vit, la Terre, et se battre pour un monde où l'homme vivrait en harmonie avec la nature. En s'appuyant sur «L'Art de la guerre» de Sun Tzu, le« Gorin No Sho» ou «Traité des cinq roues» de Miyamoto Musashi, sur la philosophie des médias développée par Marshall McLuhan ainsi que sur son expérience de terrain, Paul Watson, cofondateur de Greenpeace et capitaine du Sea Shepherd, désigné par le «Time Magazine» comme l'un des héros écologistes du XXe siècle, actualise ici son guide de stratégie générale et la philosophie biocentrique (par opposition à l'anthropocentrie) qui en découle.

  • Ce livre étudie et recense les cent solutions les plus efficaces pour lutter contre le réchauffement climatique : il aborde l'historique, le fonctionnement, la relation coût-économie ou l'impact carbone, en même temps qu'il décrit les impacts positifs de ces actions sur le monde financier, les relations sociales et l'environnement. Le but de cette analyse est de déterminer si nous pouvons réellement inverser la tendance d'accumulation de gaz à effet de serre d'ici trente ans.  

  • Si votre inquiétude face au réchauffement climatique se résume à une crainte de la montée du niveau de la mer, vous ne faites qu'effleurer la surface des catastrophes à venir. En Californie, les feux de forêt sévissent maintenant toute l'année, détruisant des milliers d'habitations. Les inondations déplacent des dizaines de millions de personnes chaque année dans le monde. Sans une révolution dans la façon dont des milliards d'êtres humains mènent leur vie, d'immenses parties de la Terre pourraient devenir inhabitables et d'autres très inhospitalières dès la fin du siècle.
    David Wallace-Wells voyage dans notre futur proche. Il met en lumière les problèmes climatiques : pénuries alimentaires, réfugiés climatiques, etc. Mais, surtout, il démontre brillamment comment le réchauffement aura des conséquences directes sur presque tous les aspects de la vie humaine, sur la vie politique et culturelle des nations, sur le sens de l'Histoire.
    La Terre inhabitable est à la fois une méditation sur la dévastation que nous avons provoquée et un appel passionné à l'action. De même que le monde a été amené au bord de la catastrophe en l'espace d'une vie, la responsabilité de l'éviter appartient maintenant aux jeunes générations.

  • Pour faire face aux multiples crises qui menacent aujourd'hui l'avenir de notre planète et de l'humanité, il faudra changer de paradigme agricole. L'agriculture biodynamique, qui remporte un succès croissant, peut contribuer de façon originale à cette nouvelle orientation : cet ouvrage permet de mieux comprendre son origine, ses fondements, mais surtout son potentiel pour l'avenir.  

  • Chez Wendell Berry, l'agriculture nourrit toute la personne, corps et âme. La terre en tant que communauté vivante : Berry a placé cette réalité au centre de sa vie de paysan et d'écrivain.
    Ancré dans Homère et Shakespeare, dialoguant avec Edward Abbey, William Blake, John Ruskin, Albert Howard, Masanobu Fukuoka... Wendell Berry a influencé des générations de penseurs, de militants et de paysans.
    Articulant de façon très abordable des questions de vie familiale et de sexualité, d'économie et de racisme, de nourriture et de critique littéraire, de théologie et de politique, l'oeuvre de Berry est centrée sur la question de la santé du terre.

  • Un jour de 2007, Pam Warhurst assiste à une conférence sur l'état de la planète. Elle écoute les discours se succéder et pense : «Ça fait des années que j'entends les gens dire que la planète va mal, que l'économie va mal, mais je ne vois jamais personne faire quoi que ce soit.» Pam habite Todmorden, une ville du Nord de l'Angleterre qui a subi de plein fouet la désindustrialisation. Elle cherche ce qu'elle pourrait faire pour aider à résoudre le problème, lorsque lui vient une idée : pourquoi ne pas proposer aux habitants de planter des légumes en pleine ville ? N'importe où, dans des bacs, dans des parcs. Et si changer la société commençait simplement par nous parler et faire pousser notre nourriture ? En quelques mois, puis quelques années, elle va sans le savoir lancer un mouvement qui se répand bientôt dans quatre-vingts autres villes du Royaume-Uni, plus de quatre cents en France et des centaines d'autres dans le monde. Un mouvement qui, au travers de l'alimentation, propose de relocaliser l'économie et le pouvoir. Des visiteurs viennent désormais du Japon, d'Australie, d'Afrique pour analyser le phénomène. Cet ouvrage raconte, de l'intérieur, l'histoire de ces personnes toutes simples, qui, en se rassemblant aussi joyeusement qu'intelligemment, ont inspiré une dynamique mondiale qui n'a pas fini de faire parler d'elle.

  • La grande primatologue Jane Goodall lance un vibrant appel afin que nous nous reconnections à la nature. Si l'on veut arrêter la destruction, il faut commencer par aimer profondément ce que l'on défend. Elle présente dans son nouvel ouvrage illustré une étude personnelle très complète des enjeux de la mondialisation qui menacent les graines, les sols, les plantes et les productions vivrières. Si elle pointe du doigt les dégâts, elle met aussi l'accent sur les avancées dans ce domaine, en particulier les multiples actions où la responsabilité sociale côtoie la protection du monde des plantes. Jane Goodall est l'une des invités officiels de la COP21, la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, Paris, 30 nov - 11 déc. 2015. Elle fait déjà l'objet d'une attention particulière des médias.

  • Les bons jardiniers savent que le sol est tout sauf une substance inerte. Un sol en pleine santé fourmille de vie - pas seulement de vers et d'insectes, mais d'une quantité stupéfiante de bactéries, de champignons et d'autres micro-organismes. Lorsque nous utilisons des engrais chimiques, nous portons atteinte à la vie microbienne qui normalement suffit à satisfaire les besoins des plantes. Dans le même temps, nous nous rendons de plus en plus dépendants de tout un arsenal de substances artificielles, dont beaucoup sont toxiques pour les humains comme pour les autres formes de vie. Mais il existe une alternative : jardiner pour renforcer le sol et son réseau alimentaire, ce réseau fragile et complexe d'organismes vivants dont les interactions créent un environnement favorable aux plantes. Dans cet ouvrage clair qui évite le jargon et les termes trop techniques, vous ferez connaissance avec les différents organismes qui composent le réseau alimentaire du sol. Vous apprendrez comment l'entretenir et le régénérer afin d'optimiser la qualité de ce sol grâce à l'emploi de compost, de jus de compost et de paillis, et quelles solutions favoriser en fonction de la composition de votre jardin (pelouse, potager, arbres et arbustes, vivaces et annuelles.). Bref, si vous voulez faire pousser des plantes vigoureuses et en bonne santé tout en cultivant votre jardin sans recourir aux produits chimiques, ce livre est fait pour vous.

  • Fécondité de la terre et Le Visage de la Terre sont deux textes fondateurs de l'agronome allemand Ehrenfried Pfeiffer, l'un des pionniers de l'agriculture biodynamique et biologique.
    Fécondité de la terre, paru en 1938, présente une méthode pour conserver ou rétablir la fertilité des sols, et invite à considérer la ferme comme un organisme vivant, diversifié et autonome.
    Paru quatre ans plus tard, Le Visage de la Terre montre comment, par l'observation du paysage et de la végétation, il est possible de diagnostiquer la qualité des sols et les dégradations dont ils font l'objet (qu'il s'agisse d'agriculture intensive, de déboisement, d'érosion...), puis d'y remédier.

  • Essai traduit du français par Christiane Randriamampionona et Christelle Fontaine. Ouvrage dirigé par James Aronson La restauration écologique permet de «réparer» les écosystèmes que les activités humaines ont détruits ou endommagés. Ce livre présente les fondements, les valeurs, les enjeux et la pratique de cette nouvelle discipline en plein essor.

empty