Voyage en France Voyage en France
Voyage en France Voyage en France

Voyage en France

Traduction PHILIPPE BLANCHARD  ''

À propos

Naissance au présent ouvrage. A cette époque, l'auteur a déjà beaucoup voyagé, en France même et ailleurs en Europe, et a lu quantité d'auteurs français. C'est donc en connaisseur du pays, de son histoire et de sa littérature qu'il va suivre un itinéraire qui le mènera d'abord à Tours et dans les châteaux de la Loire, puis au Mans et à Nantes, avant de se diriger vers le sud, où il passera par Bordeaux, Toulouse, Arles, Nîmes, Carcassonne, terminant son périple par la Bourgogne.
Tout au long de ses promenades, dans une prose raffinée, il décrit les monuments et évoque les lieux visités sous les différents angles que sa culture lui permet d'appréhender, citant Honoré de Balzac ou George Sand, aussi bien que John Ruskin, et proposant une réflexion permanente entre passé et présent. Ce vagabondage d'un grand esprit a longtemps servi de guide aux visiteurs anglo-saxons de nos contrées.
Une splendide "leçon de regard".

Rayons : Littérature générale > Récit > Récit de voyage

  • EAN

    9782221132012

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    372 Pages

  • Longueur

    18.4 cm

  • Largeur

    12.3 cm

  • Épaisseur

    2.2 cm

  • Poids

    237 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Poche

Henry James

Né à New York en 1843, mort à Londres en 1916, Henry James qui prit la nationalité anglaise un an avant sa mort, est l'écrivain qui a dépeint le plus finement la distance, qui n'a cessé depuis de s'élargir, entre l'esprit européen et la sensibilité américaine. C'est à Londres où il s'établit à partir de 1876 qu'il écrit ses plus grands chefs-d'oeuvre. Une série d'études sur la femme américaine dans un milieu européen fut inaugurée par Daisy Miller (1878). Le thème opposant innocence américaine et sophistication européenne se retrouve dans Les Européens (1878), Washington Square (1880), Les Bostoniennes (1885) et « Reverberator » (1888) et atteint sa conclusion avec Les Ambassadeurs (1903) où la civilisation est définie comme « la tradition ininterrompue de culture que l'Europe occidentale hérita du monde antique ».
La Différence a publié en poche dans « Minos » : « Reverberator », Une vie à Londres, L'Autre Maison, Heures italiennes, Esquisses parisiennes, Le Sens du passé et La Scène américaine.

empty